Nouveau record d’achalandage

Nathalie Deraspe Collaboration spéciale
Photo: ExpoHabitation

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Les organisateurs n’ont plus besoin de toucher du bois, les fondations sont solides comme du béton. Année après année, l’équipe derrière le salon ExpoHabitation de Montréal réussit avec brio à étonner le public, tant par la qualité que par l’ampleur de son offre. Bilan de l’opération : 109 200 visiteurs.

Jeudi, à quelques minutes de l’ouverture des portes du salon, l’excitation était à son comble. Des ouvriers allaient ici et là pour terminer les derniers ajustements d’un parcours de 2,5 km qui allait conduire la foule jusqu’aux 600 kiosques disséminés sur le parterre du Stade olympique, tandis que des designers mettaient la touche finale à leur décor. De leur côté, les exposants trépignaient d’impatience devant leur kiosque, pressés de pouvoir vanter aux visiteurs la qualité de leurs innovations.

Carrefour névralgique pour tout ce qui a trait à l’habitation, à la décoration et à l’immobilier, l’ExpoHabitation doit sans doute son succès à la formidable symbiose créée au fil des ans entre partenaires d’une même industrie, grands ou petits. Pour la plupart des participants, les retombées sont majeures. « Je n’oserai pas m’avancer, mais je pense que cela se chiffre à plusieurs millions de dollars », estime Robert Yelle, vice-président d’ExpoPromotion et promoteur depuis 10 ans du salon ExpoHabitation. À titre d’exemple, la ville de Waterloo a délivré 49 permis de construction d’une valeur de près de 7,5 M$ en 2015, soit un an après sa présence au salon.

En cette période de Saint-Valentin, les organisateurs ont eu droit à une vague d’amour sans précédent de la part du public. La température glaciale du week-end n’a pas refroidi les ardeurs des visiteurs venus profiter une fois de plus de cette vitrine exceptionnelle qu’est l’ExpoHabitation. Familles, curieux comme futurs propriétaires sont sortis satisfaits de leur expérience. Les exposants, eux, sont aux anges. « Il faut attribuer ce succès à la programmation, poursuit M. Yelle. Cette année, nous avons atteint un degré de finesse et de professionnalisme d’à peu près tout le monde. De plus, il y avait beaucoup de nouveautés. »

Robert Yelle et son associé Donald Cantin soutiennent que l’événement constitue une courroie de transmission bénéfique à toute l’industrie. Les visiteurs ne sont pas en reste puisqu’ils retrouvent tout sous un même toit. Y compris les conseils avisés de professionnels de l’immobilier, dont les conférences étaient d’ailleurs très courues.

Il fallait voir l’enthousiasme de la porte-parole Émilie Cerretti, qui dévoilait en exclusivité le chalet de ses rêves et plusieurs de ses trouvailles déco, ou discuter dans la cuisine d’Alexandre Tagliani, devenu autoconstructeur par passion. Heureux de sa quatrième résidence, le coureur automobile n’avait que des éloges à faire vis-à-vis de nos constructeurs. « On jalouse les autres, mais on ne se doute pas de ce qu’on est capables de faire ici », a-t-il lancé.

Pour plusieurs, le salon ExpoHabitation demeure une formidable plateforme de lancement. Aujourd’hui, bon nombre d’entre eux se retrouvent avec des carnets de commande qui débordent.