Après Espace MV3, Le Quatrième

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
Photo: Le Quatrième

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation

En 2009, Espace MV voyait le jour à Dorval. Aménagé là où se trouvaient anciennement les laboratoires de la société pharmaceutique Novartis, l’ensemble immobilier est rapidement devenu très prisé des acheteurs. À la suite du succès retentissant du projet, ses promoteurs ont décidé de lancer un nouveau développement domiciliaire à proximité du site originel : Le Quatrième.

Logé du côté sud du boulevard Bouchard, en face d’Espace MV, Le Quatrième sera construit sur un terrain qui appartenait jusqu’à récemment à la Queen of Angels Academy. Celui-ci s’inscrira dans la continuité des précédentes phases développées par le promoteur, mais sa conception sera un peu plus élaborée.

L’ensemble immobilier comportera un total de 265 logements, lesquels s’articuleront tous autour d’une impasse routière. Il sera constitué d’un amalgame de lofts en copropriété (227), de maisons urbaines (32) et de maisons unifamiliales détachées (6).

« On voulait créer une transition intéressante entre le quartier existant et le projet. C’est ce qui fait qu’on a choisi d’utiliser le tiers du terrain pour y aménager des maisons unifamiliales détachées et des maisons urbaines », précise M. Aurèle Cardinal, cofondateur du Groupe Cardinal Hardy et promoteur du développement Le Quatrième.

Les maisons urbaines seront réparties en quatre îlots au centre du projet, alors que les maisons unifamiliales détachées formeront un arc à l’une des extrémités du terrain. Toutes seront vastes et comprendront un étage où seront situées les chambres à coucher. Certaines seront pourvues de mezzanines et toutes seront dotées de stationnements.

Quant aux lofts en copropriété, ils seront répartis entre trois bâtiments : un de cinq étages, un de six et un de huit. « On a choisi d’adopter cette progression-là pour que chaque bâtiment puisse profiter de vues sur le lac Saint-Louis au dernier étage et sur les toits-terrasses », note M. Cardinal.

L’un des bâtiments de lofts abritera un salon urbain accessible à tous les résidants du projet. Celui-ci jouxtera une terrasse avec une aire de restauration ainsi qu’une piscine extérieure.

Dans le respect de l’environnement

Dans un esprit de développement durable, Le Quatrième sera aménagé dans le respect de l’environnement et du cadre bâti avoisinant. « C’est un projet qui est très orienté sur l’intégration de la nature et de l’environnement bâti, indique M. Cardinal. Ce que ça signifie, c’est notamment que nous allons préserver des armatures existantes sur le terrain et que nous conserverons la topographie actuelle. Les bâtiments seront entourés de beaucoup de verdure. Par exemple, il y aura un parc important à l’entrée du projet. On va aussi faire de la rétention des eaux pluviales sur l’ensemble du terrain. »

En ce qui a trait à la construction, l’emploi de produits écoresponsables sera préconisé. Incidemment, le bois, les matériaux sains et les matériaux locaux seront largement utilisés. Également, tous les équipements nécessitant de l’eau pour fonctionner seront pourvus de dispositifs permettant les économies.

« L’accès au transport collectif, c’est aussi très important pour nous et c’est quelque chose auquel on a accordé beaucoup d’attention lorsqu’on a décidé d’aller de l’avant avec Le Quatrième, ajoute M. Cardinal. Le projet est situé à proximité d’un arrêt d’autobus et la gare de train de banlieue se trouve à environ huit minutes de marche. On a prévu plusieurs espaces pour les bicyclettes pour favoriser leur utilisation. On a aussi décidé d’inclure des prises pour pouvoir recharger les automobiles électriques ! »

Fait intéressant, bon nombre de stationnements du projet seront aménagés au niveau souterrain pour permettre aux résidants de profiter d’une meilleure qualité de vie. Les accès motorisés seront restreints et le trafic automobile sera considérablement réduit.

Clientèle

D’après l’architecte, une clientèle variée devrait être intéressée par Le Quatrième. Car, si les maisons urbaines et les maisons détachées ont surtout été conçues pour plaire aux familles, les lofts, eux, ont davantage été imaginés pour répondre aux besoins de célibataires, de jeunes couples ou de baby-boomers désireux de réduire la taille de leur résidence.

« La diversité des topologies, ça permet de reproduire un microcosme fidèle aux différentes réalités de la population, relève M. Cardinal. Les coûts variables et la vaste échelle des superficies, ça amène une écologie sociale hétéroclite et c’est ce qu’on souhaite, parce que ça assure la stabilité et la pérennité du projet. »

Échéancier

Bien que les ventes des premiers logements du Quatrième viennent tout juste de débuter, les promoteurs entendent entamer les travaux de construction dès octobre. Les maisons urbaines seront les premières à être aménagées. Pour s’en procurer une, les acheteurs devront compter entre 460 000 $ et 522 000 $.