Pour tout savoir sur une maison en santé

Photo: Écohabitation

« Une maison en santé » : tel est le thème qu’Écohabitation s’est donné pour la deuxième édition de son colloque annuel, qui rassemblera, le samedi 25 avril à Montréal, 16 conférenciers et plus de 20 exposants.

Il y a un an, le tout premier colloque organisé par Écohabitation est né du désir d’aller à la rencontre de la communauté. « On voulait organiser un gros happening, un événement qui rassemblerait grand public et professionnels et qui s’inscrirait dans notre mission, qui est de démocratiser et de rendre plus accessibles les habitations écologiques », explique Laurence Desrosiers, responsable des communications et des formations chez Écohabitation.

Forte du succès de la première édition de son colloque, l’organisation a choisi cette année de faire appel à un plus grand nombre d’exposants. « On s’est aperçu que les gens ne venaient pas seulement pour assister à des conférences, mais qu’ils étaient aussi intéressés à l’idée de rencontrer les professionnels du milieu et surtout de leur poser des questions. »

Le colloque, consacré cette année aux différents aspects d’une maison en santé, est l’occasion d’aborder un thème qui était dans l’air depuis un moment. « On a remarqué que de plus en plus de gens étaient sensibles à ce sujet, note Mme Desrosiers. Beaucoup se rendent compte aujourd’hui qu’une habitation écologique n’a pas qu’un impact positif sur l’environnement, que certains produits ménagers peuvent également être nocifs pour leur santé et que les coûts des constructions écologiques ne sont pas beaucoup plus élevés que ceux des constructions traditionnelles. »

Ainsi, des professionnels du monde de la santé tout comme des entrepreneurs et des designers tiendront des conférences, entre autres sur les façons de contourner les principaux risques pour la santé dans le domaine de l’habitation, en plus de donner des astuces économiques, notamment dans la construction de sous-sols bien isolés. Monoxyde de carbone, radon et COV sont également au nombre des sujets abordés.

L’objectif derrière ces conférences ? Donner des outils. « Ça se veut très concret comme exercice, indique la responsable des communications d’Écohabitation. On veut que les gens se rendent compte qu’il y a des solutions et qu’elles sont accessibles, qu’ils prennent en note plein de petits trucs et puissent ensuite les appliquer chez eux de façon abordable. »

Mme Laurence Desrosiers reconnaît qu’il est parfois difficile d’avoir l’heure juste sur les constructions écologiques, tant il se dit des choses contradictoires sur le sujet. Un groupe de réflexion est d’ailleurs prévu pour remédier à cette situation et démystifier la maison détox. « On a organisé un genre de Mythbusters[NDLR : du nom de l’émission de télé américaine de démystification des mythes scientifiques] pour répondre aux questions qu’on reçoit le plus souvent via notre site Web. »

« On reçoit de plus en plus de questions, confie celle qui se trouve aux premières loges de l’engouement pour des maisons plus respectueuses de l’environnement. On a fait une étude de marché, l’année dernière, qui nous a permis de constater une tendance à la hausse, surtout du côté des rénovations. On constate cette même hausse à travers le nombre de visites sur notre site Web, qui double chaque année depuis cinq ans. »

Peut-on s’attendre à ce que l’événement prenne plus d’ampleur au cours des prochaines années ? Mme Desrosiers aimerait voir la journée devenir une fin de semaine. « Il y a tellement de sujets en rapport avec les habitations écologiques qu’on aurait amplement de quoi dire pendant deux jours. Mais, pour l’instant, dans le cas précis de la maison en santé, on parvient à faire le tour des aspects les plus importants. La qualité de l’air intérieur et l’humidité, par exemple, sont largement abordées. »

Écohabitation n’a pas hésité à refaire appel au duo derrière l’émission Les verts contre-attaquent, formé de Jean-Sébastien Busque et Frédéric Choinière, qui reprend cette année la barre de l’animation du colloque. « Ils connaissent vraiment le sujet, souligne Mme Desrosiers. Ils ne sont pas présents que pour divertir à titre de personnalités publiques. »

Le colloque Écohabitation 2015 se déroulera le 25 avril prochain au collège Jean-Eudes, à Montréal. Le prix d’entrée est de 100 $, 65 $ pour les étudiants et 80 $ pour les membres Écohabitation. Outre cet événement annuel, l’organisation forme chaque année de 400 à 500 éco-entrepreneurs issus du grand public comme du monde professionnel. Elle met également à la disposition de tous, via son site Web, plus de 9000 pages d’information ainsi qu’une page d’assistance en ligne gratuite.