La dernière phase sera lancée le 18 mars

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
Située à quelques pas d’un vaste parc traversé d’un ruisseau et orienté vers une cour intérieure, cette dernière phase du projet comprendra 71 habitations. 
Photo: Espace MV3 Située à quelques pas d’un vaste parc traversé d’un ruisseau et orienté vers une cour intérieure, cette dernière phase du projet comprendra 71 habitations. 

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation

En 2009, niché entre l’autoroute 20 et le boulevard Bouchard, là où se trouvaient anciennement les laboratoires de la société pharmaceutique Novartis, un tout nouveau quartier a pris forme à Dorval : l’Espace MV. Quelque six ans plus tard, l’ultime phase du projet s’apprête à voir le jour dans le secteur MV3 et ses logements seront mis en vente dès le printemps.

Située à quelques pas d’un vaste parc traversé d’un ruisseau et orienté vers une cour intérieure, cette dernière phase du projet comprendra 71 habitations. Elles seront de grandeur variable : les plus petites s’étendront sur 565 pi2 et les plus vastes atteindront 1200 pi2.

« Nous avons choisi de travailler diverses typologies de logements et de bâtiments pour amener une certaine cohésion sociale, indique M. Aurèle Cardinal, cofondateur du Groupe Cardinal Hardy et promoteur d’Espace MV. Nous voulions que puissent vivre ici autant des personnes seules que des couples sans enfant ou des familles. En diversifiant les typologies, nous pouvions non seulement créer une certaine hétérogénéité chez les occupants, mais également assurer une durabilité sociale au projet, ce qui n’est souvent pas le cas quand on opte pour une monotypologie. »

Les phases 1 et 2 d’Espace MV ainsi que les autres bâtiments d’Espace MV3 avaient été conçus avec le même souci de diversité et de mixité. Ceux-ci comprenaient des lofts, des maisons en rangée et des condos à la superficie variable et au design à la fois riche et épuré.

Espace commun

 

Bien qu’ils ne soient pas érigés dans la même zone que les habitations constituant les phases 1 et 2 du projet, les logements d’Espace MV3 partagent avec ces dernières un lieu commun, l’Espace club. Celui-ci est situé dans un pavillon circulaire et crée un lien entre les différents bâtiments du projet.

« À l’origine, la rotonde était le lieu de rassemblement des employés de la société Novartis, qui était propriétaire des lieux. La compagnie investissait beaucoup dans le milieu des arts et avait voulu faire de cet espace un endroit exemplaire pour le travail. Dans la cour, il y avait beaucoup de sculptures et, dans la rotonde, il y avait une oeuvre de Mousseau et de Vermette qui était vraiment très unique. On a voulu garder ces éléments-là et créer un projet centré autour d’espaces communs. On a donc fait de la rotonde le lieu de rassemblement des résidants. »

Cet espace comprend notamment un spa et un centre d’entraînement. Il est également doté d’un somptueux lounge où a été installée une table de billard. Quant à la murale de céramique réalisée par les artistes Jean-Paul Mousseau et Claude Vermette, elle y est encore et témoigne fort joliment du passé des lieux.

Dans l’esprit du développement durable

Sans avoir visé la certification LEED, les architectes d’Espace MV se sont inspirés de ses grands principes pour développer le projet et concevoir tous ses bâtiments.

« Par exemple, au plan des matériaux, toute la plomberie est constituée d’équipements à faible consommation d’eau. L’isolation, elle, est de qualité supérieure dans tous les bâtiments du projet. À l’extérieur, on a décidé de faire de la rétention pluviale sur l’ensemble du site. On utilise un système de plantes indigènes pour ralentir les eaux de ruissellement en surface. On a aussi conservé beaucoup de végétation existante sur le terrain et fait le choix de ne pas détourner le ruisseau, ce qui nous a forcés à faire certains compromis au plan architectural. Il y a plein de petites choses comme ça qui témoignent de notre souci pour l’environnement et de notre désir d’engager ce projet dans une démarche de développement durable. »

Au plan de l’accessibilité du transport, le projet s’inscrit également bien dans une démarche de développement durable. Il est desservi par deux lignes d’autobus dont les arrêts se trouvent littéralement en face du site. Espace MV est aussi situé à distance de marche de la gare de trains de banlieue.

Fait important, bien que le projet soit localisé à proximité de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, le bruit n’y est pas problématique. « On est en dehors des cônes de bruit, donc, en matière d’acoustique, ce n’est pas une nuisance », soutient M. Cardinal.

Les prix

 

La vente des habitations du dernier bâtiment d’Espace MV3 débutera le 18 mars prochain. La livraison, elle, est prévue à l’été 2016. Il faudra compter en moyenne 300 $ le pied carré pour une habitation dotée d’un espace de stationnement intérieur. Ainsi, les plus petits espaces seront disponibles à partir de 167 000 $, alors que les plus vastes le seront pour environ 380 000 $, mais ces derniers comprendront deux places de stationnement.

À voir en vidéo