Préparer sa maison pour l’hiver

Assïa Kettani Collaboration spéciale
Photo: Thinkstock

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Un certain nombre de gestes permettent de mieux isoler un logement en vue de l’arrivée des grands froids, notamment ajouter un calfeutrant autour des fenêtres, coller une pellicule de plastique sur la vitre et réparer les coupe-froids autour des portes.

Pour savoir ce qui relève des uns et des autres, il faut tout d’abord garder en tête que « le propriétaire a l’obligation de livrer un logement fonctionnel et en bonne condition d’habitabilité », souligne Denis Miron, responsable des relations avec les médias au service des communications de la Régie du logement du Québec. Si les fenêtres sont fissurées, que les coupe-froids et le calfeutrant ont été arrachés et que l’air froid s’infiltre, les réparations incombent au propriétaire.

En revanche, si le locataire veut poser des gestes supplémentaires pour mieux isoler le logement, comme ajouter une pellicule de plastique sur les fenêtres, ça reste à sa discrétion, poursuit Denis Miron. Et pour cause : « Le locataire a signé un bail pour prendre le logement en l’état. S’il veut faire des démarches pour diminuer sa facture de chauffage, c’est son choix, mais pas une obligation de la part du propriétaire. » Et ce, même si les fenêtres semblent mal isolées ou de mauvaise qualité : le locataire ne peut pas exiger de les faire remplacer.

L’entretien des appareils de chauffage, de climatisation et de ventilation est également nécessaire avant l’hiver, d’autant plus qu’un mauvais fonctionnement peut nuire au confort ou à la qualité de l’air. « Si les appareils faisaient partie du logement au moment où le locataire a emménagé, le propriétaire en assume l’entretien préventif ainsi que les réparations en cas de bris. » Pour les logements chauffés avec une fournaise, il peut s’agir de remplacer ou nettoyer le filtre de la fournaise et de remplacer le filtre de l’humidificateur intégré. Si le logement est muni d’un échangeur d’air, il faut en nettoyer le filtre ou le changer avant de remettre l’appareil en marche. Question chauffage, le propriétaire doit s’assurer que le logement puisse demeurer à une température constante de 20 ou 21 degrés et les appareils de chauffage doivent être en mesure d’assurer ce niveau de confort. De même, si le logement est chauffé de façon centrale, il faut activer le chauffage au bon moment selon les conditions climatiques et non pas à une date fixée d’avance. En revanche, le locataire est tenu par une obligation de maintenir le logement en état de propreté. S’il est recommandé de passer un coup d’aspirateur dans les plinthes électriques avant de les mettre en marche ou sur le ventilateur de la salle de bain, c’est bien sûr au locataire de le faire. En effet, si une accumulation excessive de poussière ou de saleté endommage les appareils, le propriétaire pourrait en faire porter la responsabilité au locataire.

L’extérieur

Enlever les feuilles et les débris accumulés dans les gouttières, vérifier si elles sont bien fixées à la maison, vérifier l’état du toit… Pour savoir qui doit suivre ces recommandations d’usage, la réponse est simple : « Tout ce qui touche à l’enveloppe extérieure relève du propriétaire », explique Denis Miron. D’autant plus que le propriétaire sera chargé de gérer les éventuelles infiltrations d’eau et réparations majeures qui en résultent.

Il en va de même pour les réparations et les travaux d’entretien des murs et des fondations. Ainsi, le propriétaire vérifie l’état général de l’immeuble à l’automne et bouche les fissures, d’autant plus que l’action du gel et du dégel pourrait entraîner l’éclatement du béton. Il dégage également les conduits d’évacuation de la sécheuse, du poêle, de l’échangeur d’air, de la salle de bain et de la hotte de cuisine, vide les robinets extérieurs et ferme l’alimentation d’eau.

Il peut également être utile de dégager les feuilles accumulées au bas des murs, pour éviter que les fourmis charpentières ne s’introduisent dans la maison ou que des rongeurs n’y fassent leur nid. Ici, tout dépend du bail. « Si le locataire a accès au terrain et qu’il se charge du déneigement de son entrée, il semble évident qu’il ramasse les feuilles accumulées. Mais, dans le cas d’un logement où le locataire n’a pas accès à la cour, c’est au propriétaire de s’en occuper. »

Quant à l’installation d’un tapis sur les marches, rien dans la loi n’est prévu à cet égard pour obliger le propriétaire à le faire, à condition, bien sûr, que les escaliers soient en bon état et qu’ils ne présentent pas de risque en raison de leur mauvais état.