Des fines herbes tout l'hiver

Assïa Kettani Collaboration spéciale
Photo: Loïc Hamon

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Après en avoir profité tout l’été, pourquoi ne pas tenter le coup en hiver : peut-on faire pousser ses fines herbes à l’intérieur sans risquer de les voir dépérir ? Pas évident… mais pas impossible. Quelques conseils.

L’ingrédient magique ? La lumière. Les pots doivent être près d’une fenêtre, mais on doit veiller à ce que celle-ci ne soit pas trop froide. Et, de préférence, on privilégie une orientation nord ou sud. Comme la plupart des fines herbes apprécient un ensoleillement de 8 à 12 heures, les plus consciencieux peuvent s’équiper d’une lampe fluorescente.

Attention également au taux d’humidité dans les maisons en hiver, qui s’avère beaucoup trop sec pour les fines herbes. Pour le contrer, il faut les arroser régulièrement et éviter les pièces trop chaudes et la proximité d’un radiateur… auquel elles ne survivront probablement pas. Choisissez plutôt une pièce fraîche avec une température autour de 18 degrés.

Certaines herbes se prêteront mieux à l’exercice que d’autres. Le laurier-sauce, sans doute le plus apte à survivre en hiver à l’intérieur, peut facilement subir des allers et venues entre le jardin et la maison selon la température. On gardera cependant en tête que ses feuilles sont toxiques si elles ne sont pas séchées, à savoir si des enfants ou des animaux peuplent la maison.

Le persil, la ciboulette, l’origan, le basilic, le romarin et le thym peuvent également donner de bons résultats. En revanche, la menthe, l’aneth, la coriandre, le cerfeuil, l’estragon, la marjolaine, la sarriette ou la sauge sont plus difficiles : il faudra sans doute vous fier un peu (beaucoup) à votre main verte.

Des fines herbes tout l’hiver

1 commentaire
  • Louise Cinq-Mars - Abonnée 20 octobre 2014 14 h 22

    Laurus nobilis, le Laurier noble, Laurier vrai, Laurier-sauce

    Contrairement à ce que vous affirmez dans l'article, le Laurus nobilis (saurier sauce) (https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurus_nobilis) n'est nullement toxique lorsque consommé frais. Contrairement à celui qu'on appelle le laurier rose (le laurier rose (Nerium oleander), de la famille des Apocynacées, extrêmement toxique). Ces deux plantes ne sont pas de la même famille.

    J'offre régulièrement des feuilles de laurier fraiches à mes amis d'un arbuste très imposant qui ne cesse de croître et de prendre de plus en plus de place dans la maison en hiver !

    J'avais fait une recherche pour les rassurer.