BONE Structure assemble les maisons comme un jeu d’enfant

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Pour le moment, l’activité principale de BONE Structure se trouve au Québec, où l’on compte environ 150 maisons. L’entreprise tentera une percée sur le marché américain en 2015.
Photo: Olivier Blouin Pour le moment, l’activité principale de BONE Structure se trouve au Québec, où l’on compte environ 150 maisons. L’entreprise tentera une percée sur le marché américain en 2015.

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation - Mars 2014

La demeure de France Filiatrault offre une vue imprenable sur la rivière des Prairies ; le mur qui donne sur le cours d’eau étant une immense fenêtre. De plus, le rez-de-chaussée, où logent cuisine, salle à manger et salle de séjour, ne comporte aucun mur porteur, les charges étant entièrement supportées par l’ossature en acier de la maison.

 

Cette architecture audacieuse a été rendue possible grâce à la technologie BONE Structure, développée par la compagnie lavalloise du même nom. « J’ai acheté ce terrain parce que j’adorais l’emplacement naturel et je voulais le mettre en valeur, explique Mme Filiatrault. Mais je voulais aussi vivre dans une maison moderne. La solution BONE Structure m’a permis d’allier modernité et nature. »

 

BONE Structure propose de remplacer le bois par de l’acier pour le montage de la structure d’une maison. Les avantages de l’acier sont multiples : il ne travaille pas, ne moisit pas, et surtout, sa solidité permet une plus longue portée, éliminant ainsi la nécessité de murs porteurs. « Ça fait 400 ans que l’on construit des maisons de la même manière, souligne Marc-André Bovet, fondateur et président de BONE Structure. Il est grand temps que l’on modernise nos façons de faire et, surtout, qu’on utilise le bon matériau pour la bonne tâche. »

 

Les premières étapes

 

On peut d’abord commencer par se renseigner sur cette nouvelle technologie en assistant à l’une des sessions d’information organisées par BONE Structure. Les dates sont disponibles sur le site Internet de l’entreprise. Ensuite, une fois convaincu qu’il s’agit de la bonne solution, la prochaine étape pour l’acheteur est de déterminer quel type de maison il veut habiter. L’acheteur a le choix entre les divers modèles proposés par BONE Structure ou il peut opter pour une maison personnalisée.

 

Dans ce dernier cas, l’équipe de BONE Structure, composée d’architectes, d’ingénieurs et de designers, est en mesure de le guider. France Filiatrault, qui possède sa propre entreprise de vêtements pour enfants, Collections Hit, voulait évidemment s’impliquer dans le design de sa maison. « J’ai fait part de mes idées et mes exigences à l’équipe de BONE Structure, qui non seulement en a tenu compte, mais elle a fait de nombreuses suggestions qui ont grandement amélioré le design. »

 

Une fois le design cerné, l’équipe de BONE Structure établira plans et devis.

 

Quand les plans sont dessinés, les pièces d’acier qui serviront à l’ossature sont usinées avec la plus grande précision possible par des sous-traitants de l’industrie aéronautique.

 

Sur le chantier

 

Une fois livrées sur le chantier, les pièces d’acier sont assemblées à l’aide de vis. La perceuse est le seul outil requis. La structure se monte donc un peu à la manière d’un jeu de Meccano. « Une fois le kit arrivé sur le chantier, on a vraiment l’impression que l’on vient de nous livrer un nouveau jeu », raconte Benoit Boisclair, vice-président de Construction Synertec, un entrepreneur autorisé BONE Structure et celui qui a réalisé la maison de Mme Filiatrault.

 

Le montage de la structure se fait rapidement et sans erreur. « Nous sommes en mesure de monter 1000 pieds carrés de structure par jour, poursuit Benoit Boisclair. Et comme les pièces sont numérotées et qu’elles doivent s’imbriquer l’une dans l’autre, il est impossible de faire une erreur. Si vous inversez par erreur une pièce, elle ne pourra pas se fixer. »

 

Une fois l’ossature en place, on ferme la maison avec des panneaux isolants. De plus, une mousse isolante est ensuite giclée sur les parois extérieures et sur le toit. La pose des portes et des fenêtres suit.

 

On se retrouve donc avec la coquille de la maison. Les prochaines étapes consistent à poser le revêtement extérieur, à installer la mécanique du bâtiment et à terminer la finition intérieure. Le revêtement extérieur tout comme les éléments de finition intérieure — comme la robinetterie, le revêtement de sol, les armoires, etc. — sont selon le goût de l’acheteur.

 

Commercialisation de la marque

 

Pour le moment, l’activité principale de BONE Structure se trouve au Québec, où l’on compte environ 150 maisons BONE Structure. Mais récemment, une percée s’est produite en Ontario, tout comme en Alberta et en Colombie Britannique. Les autres provinces canadiennes devraient suivre. « On estime que l’on réalisera en 2014 environ 200 nouvelles maisons BONE Structure, précise Marc-André Bovet. Et en 2015, nous allons tenter une percée sur le marché américain. »

 

La commercialisation de la marque se fera principalement par le biais des entrepreneurs autorisés. Mais l’Amérique du Nord n’est pas seule dans la mire de Marc-André Bovet. « Nous détenons présentement des brevets pour BONE Structure dans une quarantaine de pays dans le monde. La technologie BONE Structure propose une nouvelle approche à la construction résidentielle, et elle a l’avantage d’être utilisable partout dans le monde. Au fond, ce que j’espère accomplir avec BONE Structure, c’est qu’on arrête de construire des maisons et qu’on commence plutôt à assembler des demeures. »

 

Collaborateur

À voir en vidéo