MUV condos - Du vert pour Rosemont

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
La terrasse commune offrira une magnifique vue sur le mont Royal.
Photo: Illustrations Développement Map La terrasse commune offrira une magnifique vue sur le mont Royal.

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation mars 2013

Lancées au début de 2012, les ventes du projet immobilier de Rosemont MUV condos vont bon train… Elles vont si bien, en fait, que les promoteurs du complexe ont décidé d’accélérer la cadence, de livrer le bâtiment en deux phases plutôt que trois et de mettre en vente dès aujourd’hui 35 nouvelles habitations.


Situé dans la rue Molson, à quelques mètres du boulevard Saint-Joseph, là où se trouvait jusqu’en 2005 l’usine Norampac, le projet MUV suscite un vif engouement depuis sa création. Un brin surpris mais très heureux de ce dénouement, les promoteurs n’ont eu d’autre choix que de revoir leurs échéanciers.


« Au départ, le plan de match, c’était de faire trois phases pour un total de 350 habitations. Nous estimions être capables d’en vendre environ 60 % la première année, mais, en fin de compte, le rythme et le taux de vente ont été beaucoup plus élevés ! Pour répondre à la demande, on a ajouté plusieurs habitations à la phase 1, ce qui fait que, finalement, le projet comprendra deux phases au lieu de trois ! Les 35 habitations que nous mettons en vente ces jours-ci feront partie de la phase 2 », indique Kayla Samuels, vice-présidente marketing et ventes chez Développement MAP.


Ce n’est pas un hasard si le projet MUV est aussi populaire. Unique en son genre à Rosemont, il comprendra des maisons urbaines (un hybride entre le condo et la maison en rangée), des logements abordables d’une ou deux chambres pour les premiers acheteurs et des condos de type penthouse, plus luxueux. Il comportera également des attraits en général très prisés des futurs propriétaires, comme un chalet urbain sur le toit, une terrasse commune, une vaste cour intérieure, un centre d’exercice et une piscine. La conception est signée Groupe Marchand architecture design.

 

Développement durable


Autre aspect non négligeable : en plus d’être situé devant un parc, le MUV sera ceinturé d’espaces verts. « Le projet est entouré de verdure. En fait, c’est 60 % du site. Il y a donc plus de verdure que de béton. Je n’ai jamais vu un projet semblable à Montréal », relève Mme Samuels.


La majorité de cette verdure se trouvera dans la cour intérieure, qui sera aménagée de telle sorte que les résidants du rez-de-chaussée pourront avoir un accès direct à un espace vert. Toutes les maisons urbaines seront livrées avec des potagers privés, et quelques jardinets seront aussi mis à la disposition des résidants qui souhaiteraient cultiver des légumes ou des végétaux.


Partageant la vision de l’arrondissement Rosemont en matière de développement durable, lequel souhaite notamment verdir le secteur, réduire ses matières résiduelles et favoriser le transport en commun, les promoteurs ont consenti plusieurs efforts pour que MUV s’ancre dans cette perspective.


Par exemple, puisque le projet sera situé à proximité de plusieurs services, ses résidants pourront aisément se déplacer à pied. « On est prêt du technopôle Angus, à quelques pas des commerces de la rue Masson, dit Mme Samuels. On peut facilement travailler dans le quartier, y faire son épicerie ou y manger sans avoir à se déplacer beaucoup. Tout ça se fait à pied. »


Fait intéressant, un autobus express s’arrêtera directement devant le projet pour mener les résidants du quartier au centre-ville de la métropole. Une piste cyclable située à proximité de l’immeuble permettra aussi à ceux qui le désirent d’utiliser leur vélo ou un Bixi pour se déplacer.


En matière de gestion d’énergie, MUV sera aussi exemplaire. « Nous avons décidé de suivre toutes les grandes lignes LEED, signale Mme Samuels. Les normes auxquelles nous nous sommes conformés sont supérieures à celles qu’on trouve dans le code [national du bâtiment] et à celles qui sont communes pour la construction de ce genre de projet. »


Ainsi, grâce à sa conception de qualité supérieure, l’enveloppe du bâtiment permettra de réaliser de notables économies d’énergie. Le vitrage de l’ensemble de l’immeuble sera à haut rendement énergétique et la ventilation sera assurée par des systèmes récupérant une bonne partie de la chaleur des évacuations.

 

Eau et auto


Quant à la gestion de l’eau, elle sera faite de façon à réduire considérablement les dépenses inutiles. Par exemple, des appareils sanitaires à faible consommation seront installés dans toutes les habitations. De plus, certaines toitures seront végétalisées, notamment pour réduire les îlots de chaleur, mais également pour mieux régler le débit des eaux pluviales. La diversité des végétaux choisis visera à minimiser les besoins d’arrosage.

 

Mixité


Le développement durable n’étant pas qu’une question d’environnement, les concepteurs du projet se sont également penchés sur les façons d’étayer la mixité des résidants. « On voulait que le MUV soit un bâtiment intergénérationnel. C’est pour attirer autant de jeunes acheteurs que des familles et des gens un peu plus âgés qu’on a décidé d’offrir des maisons urbaines, des habitations à prix abordable et des penthouses plus spacieux. Lorsqu’on regarde les ventes, on voit clairement que ces trois clientèles cohabiteront. Ce qui est bien aussi, c’est que nos voisins sur le site vont, pour leur part, construire des maisons pour personnes âgées. Ça veut dire que, dans le quartier immédiat, il y aura une très belle mixité », soutient Mme Samuels.


À l’intérieur même du bâtiment, les espaces communs ont aussi été conçus pour encourager les rencontres et favoriser les rapports entre voisins. Le chalet urbain relié à un toit-terrasse, où seront installés des barbecues et une aire de restauration, en est un bon exemple. « Ces endroits-là sont faits pour regrouper les gens, pour favoriser les activités communes, explique Mme Samuels. On va pouvoir inviter des cuisiniers au chalet urbain, y faire des dégustations de vins et fromages, célébrer des fêtes, etc. »


La vente des 35 premières habitations de la phase 2 débute aujourd’hui. Disponibles à partir de 199 900 $, taxes incluses, plusieurs d’entre elles sont admissibles au programme d’accès à la propriété de la Ville de Montréal, lequel permet d’obtenir une aide financière à l’achat d’une maison ou d’un condo neuf si ceux-ci sont conformes à certains critères.


Mme Samuels souligne que certaines habitations de coin plus spacieuses sont également mises en vente aujourd’hui. « Les habitations de coin avec vue sur la ville, c’est une rareté chez nous. On n’a rien qui bloque la vue sur la métropole, alors, c’est de toute beauté. » Celles-ci sont disponibles à partir de 340 000 $, taxes comprises.


***

Fiche technique

Adresse : 5200, rue Molson, angle boulevard Saint-Joseph (Rosemont), face au parc Pélican
Nombre d’habitations : 350, dont 35 sont présentement en vente dans la phase 2
Superficie des 35 habitations : de 525 à 1104 pieds carrés
Prix des 35 habitations : de 199 900 $ à 399 900 $, taxes incluses
Livraison : fin de 2014, début de 2015
Attraits : toutes les habitations sont munies d’un balcon ou d’une terrasse ; chalet urbain sur le toit avec foyer, cuisine, terrasse et aire de barbecue ; piscine intérieure ; salle d’entraînement ; cour intérieure ; potagers privés et communautaires ; café-bistro au rez-de-chaussée
muvcondos.com


Collaboratrice

À voir en vidéo