Le Crawford - Une autre vision architecturale

Assïa Kettani Collaboration spéciale
Le Crawford verra le jour cet automne au cœur du quadrilatère Marconi-Alexandra, à proximité de la Petite Italie.
Photo: illustrations Struktur développement immobilier Le Crawford verra le jour cet automne au cœur du quadrilatère Marconi-Alexandra, à proximité de la Petite Italie.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Le Crawford, un projet de huit condos répartis entre deux immeubles, verra le jour l’automne prochain au coeur du quadrilatère Marconi-Alexandra, un secteur en pleine ébullition immobilière, adjacent à la Petite Italie. Situé au 6590, avenue de l’Esplanade, le projet se caractérise par sa « sobriété et sa beauté », selon les mots de John Faratro, président de Struktur développement immobilier.


Ce quartier de Rosemont-Petite-Patrie poursuit sa métamorphose spectaculaire, qui s’accélère depuis la confirmation de la conversion de l’ancienne gare de triage d’Outremont en campus universitaire.


L’ensemble des rues avoisinantes, notamment les secteurs industriels qui longent les voies du CP, sera progressivement transformé pour laisser place à un vaste quartier universitaire et résidentiel. Les nombreux bâtiments industriels du quartier, dont beaucoup sont aujourd’hui vacants, sont autant de coquilles parfaites pour une transformation en condos : leur hauteur modérée, leurs grands espaces ouverts, leurs grandes fenêtres et leurs planchers en bois d’époque offrent plusieurs arguments pour une conversion de caractère.


Dans cette veine, le Crawford naît de la reconversion d’un ancien bâtiment industriel, auquel viendra s’ajouter un nouveau bâtiment. La structure existante, « un bel immeuble », ajoute John Faratro, sera rehaussée d’un troisième étage et comportera quatre logements. Le deu-xième bâtiment neuf aura également trois étages et quatre logements. Fidèle à l’immeuble d’origine, le projet final sera d’envergure plutôt réduite. « Nous ne voulions pas gâcher la vue des immeubles avoisinants avec un bâtiment trop haut », poursuit John Faratro, également propriétaire de l’immeuble adjacent.


Profitant des grands espaces de la structure existante, le Crawford offre des superficies atteignant 1800 pieds carrés, avec plus de la moitié des logements dépassant les 1000 pieds carrés : un type de produit « plutôt rare sur le marché », précise John Faratro. Visant une clientèle « qui cherche de grands espaces », il peut ainsi répondre aux besoins des familles, avec, « dans presque tous les logements, la possibilité d’une troisième chambre à coucher ». Les logements les plus vastes sont aussi équipés de deux salles de bain. Les prix s’échelonnent de 239 293 $ à 593 753 $, pour les logements les plus vastes, ce qui « est loin des prix du marché pour des logements aussi spacieux », souligne-t-il.


Notons que quatre espaces de stationnement sont disponibles en option.

 

Mixité


La grande mixité des bâtiments du quartier, l’une des plus importantes à Montréal avec son mélange d’édifices à vocation industrielle, commerciale et résidentielle, a influencé celle du Crawford. « Le projet s’inspire d’une architecture industrielle, avec une interprétation contemporaine. Nous avons joué sur l’assemblage des modes », explique l’architecte du projet, Louis-Paul Lemieux, de l’atelier Ville Architecture Paysages (VAP).


Ainsi, le passé industriel du bâtiment transparaît à travers la maçonnerie extérieure en briques, les grands espaces, les plafonds de 10 pieds et le cachet authentique.


Pour tirer profit de cet héritage architectural, l’équipe prévoit notamment qu’une « ancienne porte de garage soit transformée en porte cochère, donnant accès à la cour intérieure et au deuxième bâtiment situé à l’arrière », indique John Faratro. Un autre clin d’oeil à l’architecture d’origine viendra d’une ancienne poulie, conservée et intégrée à la structure. « Une poutre en acier, d’origine, traversera le bâtiment pour ressortir à l’extérieur. Nous avons mis de côté la poulie originale pendant la durée des travaux, pour ensuite la replacer. »


L’interprétation contemporaine, quant à elle, se fait sentir dans « les grandes ouvertures, l’éclairage apporté à ces logements ainsi que le choix des matériaux », poursuit Louis-Paul Lemieux. Du bois torréfié sera utilisé sur la façade extérieure pour créer un alliage de bois et de briques. Du côté des cuisines et des salles de bain, le design est strictement contemporain, avec notamment des comptoirs en quartz et des céramiques importées de l’Italie, auxquelles s’ajouteront des planchers de bois franc.

 

Tranquillité


Pour séduire la clientèle, l’équipe mise sur la tranquillité. La cour intérieure paysagère et le nouveau bâtiment seront en retrait de la rue. De plus, tous les logements seront dotés d’une terrasse, d’un balcon ou d’une mezzanine, ainsi que de grandes fenêtres donnant sur la cour. Ces éléments se combinent pour créer un « îlot de tranquillité, un espace de vie bien en retrait », indique John Faratro. Le projet est par ailleurs situé dans une rue tranquille, à deux pas des quartiers bouillonnants de la Petite Italie et du marché Jean-Talon et à l’écart des grands axes.


L’héritage industriel et la mixité architecturale du quartier contribuent à en faire un véritable « laboratoire pour architectes, selon Louis-Paul Lemieux. Comme il n’y a rien d’homogène dans le secteur, nous pouvons explorer et adopter une autre vision architecturale. Pour les architectes, c’est très intéressant. Il y a toutes sortes d’expérimentations, autant pour les projets d’habitation que pour les bureaux. » Le dynamisme et le foisonnement de projets hétéroclites en font un des quartiers montréalais les plus inspirants.

 

«Sans aucun extra»


Ce quatrième projet du groupe Struktur dans le quartier s’inscrit dans la même veine que ses prédécesseurs. Il s’agit en effet de petits projets, où l’équipement électroménager et la climatisation sont inclus et qui affichent un souci de la qualité dans leurs matériaux. « Les logements sont livrés clé en main, sans aucun extra, insiste John Faratro. C’est notre marque de commerce. »


Du côté des transformations du quartier, un plan de développement urbain, économique et social élaboré par la Ville de Montréal, qui fait actuellement l’objet d’une consultation, donne le ton de ce qui est à venir.


Densité, convivialité et verdissement des rues sont au programme, avec notamment, dans le voisinage immédiat du projet, le verdissement d’un stationnement ainsi que la transformation d’une ancienne voie ferrée en promenade verte et animée.


Le quartier n’est pas appelé à devenir une enclave résidentielle, loin de là. La Ville, soucieuse de conserver le dynamisme économique du quartier, planche sur une réelle mixité résidentielle et commerciale, privilégiant entre autres les commerces en création, design ou technologies de l’information, qui ont d’ores et déjà remplacé les anciennes manufactures.

 

Bureau des ventes: 6588, avenue de l’Esplanade. (514) 621-7737.

www.struktur.ca



Collaboratrice