Le Drummond - Le centre-ville est accessible à moins de 230 000 dollars

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
Le Drummond s’élèvera sur près de 80 mètres au-dessus de la ville, visible depuis la terrasse sur le toit.
Photo: Samcon Le Drummond s’élèvera sur près de 80 mètres au-dessus de la ville, visible depuis la terrasse sur le toit.

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation février 2013

Alors qu’ils étaient nombreux il y a à peine une décennie, les terrains vagues et les stationnements de surface se font de plus en plus rares dans l’arrondissement Ville-Marie, un secteur de Montréal où les immeubles résidentiels ne cessent de se multiplier. Dans quelques mois, l’un des derniers vestiges d’une époque où l’automobile était reine fera place à un important projet domiciliaire, Le Drummond, un complexe de deux tours de 21 et 23 étages.

Situé sur la rue Drummond entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque, là où s’étend présentement un vaste stationnement, cet imposant édifice qu’est Le Drummond s’élèvera sur près de 80 mètres et sera composé de deux tours résidentielles dont la base commune abritera commerces et bureaux.


Portant la signature de MMB Architectes (Groupe IBI), les gratte-ciel du Drummond se distingueront par leur allure contemporaine et leurs façades largement fenêtrées, parées de céramique italienne aux tonalités monochromes, un matériau noble performant encore peu utilisé au Québec, mais bien connu en Europe.


Bien que situées au centre-ville, les deux tours résidentielles jouiront d’un environnement relativement paisible. « La rue Drummond est un sens unique, souligne M. Sam Scalia, président et fondateur de Samcon, promoteur du projet. Il y a moins de circulation qu’ailleurs au centre-ville. La rue n’est pas très large non plus et on y trouve plus de bâtisses à trois ou quatre étages que de hauts édifices. Ça donne davantage l’impression d’un quartier résidentiel, même s’il y a d’autres gratte-ciel qui ne sont pas très loin, surtout sur René-Lévesque et Sherbrooke. »


Dans la première phase, de 190 condos, comme dans la seconde, de 160 condos, un bon nombre seront baignés de lumière naturelle et profiteront de vues prenantes sur le fleuve, la ville ou la montagne. La majorité des condos seront aussi dotés de grands balcons.


Des condos abordables


Bien qu’au cours des dernières années, plusieurs promoteurs aient choisi de construire des tours d’habitation luxueuses dans ce secteur de la ville, Samcon a plutôt décidé d’élaborer un projet dont les condos pourraient se vendre à prix abordable.


« Lorsqu’on a envisagé la possibilité de faire un projet sur le site de la rue Drummond, on s’est demandé si on était capable de construire un immeuble qui répondrait aux besoins de la clientèle souhaitant habiter au centre-ville, c’est-à-dire les gens qui veulent se rendre au travail à pied, qui aiment profiter du night life, qui apprécient l’effervescence de la ville. Ces gens-là n’ont pas tous 500 000 $ ou un million à mettre sur un condo. Il fallait donc qu’on se demande s’il était sérieusement possible de construire un projet abordable à cet endroit-là », raconte le président de Samcon.


Après analyse, M. Scalia et son équipe ont répondu par l’affirmative à cette question. Ils ont conçu un projet dont le prix de vente débute à 229 700 $. Celui-ci comprend des studios et des condos d’une ou deux chambres, la superficie des appartements variant entre 440 et 845 pieds carrés.


« Lorsque tu as une bâtisse de 23 étages au centre-ville, pour que le prix de chaque condo soit raisonnable, il faut couper quelque part. On a donc créé des espaces restreints, mais très efficaces. Pour compenser, on a prévu de grands espaces communs qui seront très agréables pour les propriétaires », précise-t-il.


Ainsi, les occupants du Drummond pourront profiter d’un chalet urbain sur le toit fenêtré à 180 degrés et s’ouvrant sur une vaste terrasse comprenant une piscine extérieure à l’eau salée. L’endroit comprendra une cuisine commune, un foyer et une table de billard. Les propriétaires auront également accès à un jardin-terrasse verdoyant ainsi qu’à une salle d’entraînement équipée d’appareils de pointe.


Fait à noter, cinq étages de stationnement ont été prévus pour les acheteurs possédant une voiture. « On est tout près du métro et de toutes sortes d’endroits comme le Centre Bell, la rue Crescent ou le quartier des affaires, mais pour certaines personnes, c’est tout de même important d’avoir une voiture. On a donc prévu l’espace pour que les gens qui en possèdent une puissent se stationner à l’intérieur », commente M. Scalia.


Échéancier


Les appartements de la phase un du projet sont actuellement en vente. Si le tout va bon train, la construction de la première tour du Drummond devrait commencer à l’automne 2013. Quant aux livraisons, elles devraient avoir lieu vers la fin de 2015.

 

À propos de Samcon


Fondé en 1991, Samcon est l’un des plus importants joueurs dans le domaine de la construction d’habitations en copropriété à Montréal. Reconnue pour ses condos urbains, l’entreprise s’est vu remettre de nombreux prix depuis ses débuts, dont neuf trophées Domus, notamment celui du Constructeur de l’année à trois reprises. La construction du Drummond constitue une étape importante pour Samcon, puisqu’il s’agit du premier gratte-ciel qu’érige le promoteur au centre-ville de Montréal.


« Je suis très confiant, confie M. Scalia à ce sujet. J’ai une formidable équipe avec qui je travaille depuis longtemps. On est très fiers du Drummond et on est vraiment prêts à réaliser ce projet ! »


***
 

Collaboratrice