Via Sauvagia - Le mont Sauvage devient un secteur résidentiel

Marie-Hélène Alarie Collaboration spéciale
Sauvagia, pour mont Sauvage, la montagne sur laquelle se développe le projet situé à la croisée de Sainte-Adèle et de Val-Morin dans les Laurentides
Photo: Via Sauvagia Sauvagia, pour mont Sauvage, la montagne sur laquelle se développe le projet situé à la croisée de Sainte-Adèle et de Val-Morin dans les Laurentides

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation novembre 2012

Via Sauvagia vient truffer la vallée de Sainte-Adèle de petites habitations toutes de bois vêtues. De loin, seul un oeil attentif peut percevoir ces maisons imaginées par l’architecte Pierre Thibault et déposées là comme des bijoux.


Il y a un an, presque jour pour jour, on lançait le projet immobilier Via Sauvagia. Sauvagia pour mont Sauvage, la montagne sur laquelle se développe le projet situé à la croisée de Sainte-Adèle et de Val-Morin dans les Laurentides, à 45 minutes de Montréal et à 2 minutes de l’autoroute 15. À terme, on y comptera plus de 255 propriétés aux lignes contemporaines. En prime : la seule station de ski privée, pour le plus grand bonheur des propriétaires.


Le tout débute avec un site assez exceptionnel. Effectivement, le mont Sauvage est la deuxième plus haute montagne dans l’axe de l’autoroute 15, avec ses 505 mètres. Le sommet donne droit à une vue panoramique unique.


Les skieurs d’un certain âge se souviendront de cette station du mont Sauvage qui a été en activité jusqu’aux années 2000. « Afin de déboiser le moins possible, nous avons élaboré le plan des rues en suivant le tracé qu’empruntaient les anciennes pistes où le terrain était dégagé », explique Yves Simard, vice-président marketing, et associé dans l’aventure avec ses amis Yvon Pilote, président, et Raymond Nadeau, vice-président, tous trois passionnés de montagne. Dès la première pelletée de terre, il a été convenu que pour chaque arbre coupé, deux jeunes plants seraient mis en terre.


Sur ce site, on trouvera une mixité d’habitations pour répondre aux besoins de la clientèle visée qui se compose de jeunes familles et de professionnels actifs recherchant une résidence en pleine nature permettant de pratiquer des activités de plein air sans avoir à prendre leur voiture. Les deux versants de la montagne seront distincts.


Le versant sud abritera 84 résidences unifamiliales dessinées sur mesure et inspirées du guide architectural de Via Sauvagia. Toutes ces maisons se dresseront sur des terrains boisés d’une superficie allant jusqu’à 5 acres. Dans le secteur boisé de La Pinède, situé au sud-est du projet, ce sont 32 maisons unifamiliales jumelées qui s’érigeront sur des terrains de 12 000 pieds carrés.


Si on se déplace sur le versant nord, on retrouve en bordure de piste 115 maisons de ville avec des superficies habitables à partir de 110 pieds carrés répartis sur deux ou trois niveaux. Viendront s’y greffer 8 immeubles de condominiums totalisant 48 unités avec des superficies variant de 800 à 1500 pieds carrés. Toutes ces résidences seront couvertes par le plan de garantie de maison neuve Qualité Habitation et certifiées Novoclimat par l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec. De plus, les maisons de Via Sauvagia sont conçues en vue d’obtenir la certification LEED.

 

Pour les amateurs de plein air


Le projet est conçu pour séduire les amateurs de plein air, et ce, dès le pas-de-porte, puisque la plupart des résidences posséderont un « sportique », soit un accès direct aux 7 kilomètres de sentiers récréatifs non motorisés qui font partie des vastes espaces communs. On y trouve aussi 14 hectares de zones de parc protégées qui ne seront jamais aménagées. Le plus extraordinaire, c’est cette véritable station de ski privée réservée aux propriétaires. Elle compte 7 pistes de ski alpin et de planche à neige sur un total de 9 hectares de domaine skiable avec deux remonte-pentes. Au sommet, on a aménagé une promenade panoramique avec belvédères et une aire d’observation des étoiles, alors qu’au pied de la montagne, on a accès aux aires de services et à un anneau de glace naturelle.


L’ensemble du projet a été conçu dans une optique de développement durable. En plus de la politique de reboisement, les promoteurs ont tout fait pour ne pas dénaturer la morphologie des lieux. De plus, le projet a bénéficié d’une évaluation environnementale par des biologistes assortie de mesures pour la préservation de la faune ainsi que la protection des milieux humides. Via Sauvagia s’est inspiré des normes de l’organisme international Dark Sky Association afin de réduire au minimum la pollution lumineuse.


Dans ce contexte, il allait de soi de faire appel à Pierre Thibault, reconnu pour ses projets à caractère écologique. On a confié à l’architecte, maintes fois honoré au Québec et au Canada, mais aussi aux États-Unis et en Europe, la mission de mettre en valeur le paysage par une architecture totalement intégrée. Les résidences profiteront donc de murs rideaux, d’une orientation laissant pénétrer un ensoleillement maximal et seront cons-truites avec des matériaux locaux.


Pour acheter un terrain sur le versant sud, il faudra compter entre 75 000 $ et 400 000 $. Sur le versant nord, le coût moyen des maisons de ville se situe autour de 350 000 $, alors que celui des condominiums variera entre 230 000 $ et 350 000 $.



Collaboratrice

 

***
 

Pour informations : www.viasauvagia.com

1 855 SAUVAGE (8243)

info@viasauvagia.com

3898, chemin du Mont- Sauvage, Sainte-Adèle

À voir en vidéo