Altoria - «Toutes les unités seront très lumineuses»

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
La haute fenestration du plancher au plafond permettra aux occupants de profiter à leur aise des vues spectaculaires.<br />
Photo: Source Corporation immobilière Kevric La haute fenestration du plancher au plafond permettra aux occupants de profiter à leur aise des vues spectaculaires.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Le paysage a beaucoup changé ces dernières semaines à l'angle Viger et Beaver Hall: là où gisait un immeuble un peu terne se trouve aujourd'hui un vaste chantier. Si l'intersection a ces jours-ci plutôt mauvaise mine, elle prendra bientôt de nouveaux airs alors que sera édifié l'Altoria, un gratte-ciel mixte qui abritera 230 000 pieds carrés de bureaux et 152 appartements en copropriété.

S'élevant sur 35 étages, la tour Altoria surplombera le Quartier international et le square Victoria. Répondant à l'un des objectifs du plan d'urbanisme de Montréal, soit la consolidation de la fonction résidentielle au centre-ville, elle comprendra 10 étages d'espaces de bureaux et 25 autres de condominiums.

Les deux portions de l'édifice seront totalement indépendantes: l'entrée des bureaux se trouvera sur une façade, alors que celle des appartements se trouvera sur une autre. Ainsi, les travailleurs et les occupants ne partageront pas de hall d'entrée communicant.

Vues imprenables


Bien que ceinturée par quel-ques gratte-ciels, l'Altoria offrira une vue imprenable sur la ville. «D'un côté, il y a le square Victoria et de l'autre, un parc et une église. Comme les premiers étages de condos se trouveront au 11e étage de la tour et que celle-ci sera plus haute que tous les immeubles avoisinants, sauf celui de la Banque nationale, la vue des occupants ne sera jamais obstruée», confirme Richard Hylands, président de la Corporation immobilière Kevric, promoteur du projet.

Ainsi, peu importe l'étage où ils habiteront, les propriétaires d'un condominium de la tour Altoria auront une vue imprenable soit sur le fleuve et les montagnes au sud, soit sur la ville, ses clochers et ses espaces verts au nord.

Exceptionnelle pour le centre-ville, la haute fenestration du plancher au plafond permettra aux occupants de profiter à leur aise des vues spectaculaires et laissera largement pénétrer la lumière. «Toutes les unités seront très lumineuses, soutient M. Hylands. Peu importe où les occupants seront situés, ils auront de la lumière.»

Espaces


De configuration variable, les appartements de l'Altoria auront une superficie comprise entre 600 et 6100 pieds carrés. Selon leur grandeur, les unités seront pourvues d'une, deux ou trois chambres, mais elles seront toutes aménagées dans un style contemporain, sobre et épuré.

Chaque unité sera pourvue de planchers de bois franc. Dans les cuisines, on trouvera des comptoirs de quartz et des armoires de bois laqué. Du côté des salles de bain, la baignoire sera en acrylique, le lavabo, en porcelaine et de type vasque, alors que la douche sera en verre avec pivot.

Contrairement à plusieurs immeubles des environs, la tour ne comprendra que deux espaces communs, soit une piscine extérieure et un gymnase, tous deux situés au 11e étage. «Nous avons fait le choix de limiter les espaces communs pour minimiser les frais de condo. Nous avons tout de même décidé d'aménager une piscine et un gymnase, parce que ce sont des lieux généralement bien appréciés des occupants», précise M. Hylands.

Ventes

En vente depuis le printemps 2010, les appartements en copropriété de la tour Altoria ont déjà séduit bon nombre d'acheteurs. À ce jour, plus de 100 unités ont trouvé preneur et 80 % de ces preneurs seront des propriétaires occupants.

«Ce que ça nous dit, c'est que les acheteurs identifient vraiment l'Altoria comme un immeuble où ils veulent vivre, plutôt qu'un endroit où ils souhaitent simplement investir de l'argent», note M. Hylands.

Parmi les acheteurs, on trouve bon nombre de professionnels travaillant au centre-ville. Certains habitent présentement l'Île-des-Soeurs ou le Vieux-Montréal et veulent tout simplement profiter des vues panoramiques qu'offre l'Altoria. D'autres, dont les enfants ont quitté le nid familial, ont fait part de leur désir de quitter la banlieue pour se rapprocher de la ville.

D'après M. Hylands, la congestion routière, sans cesse grandissante aux abords de la métropole, n'est pas étrangère à l'intérêt que portent plusieurs acheteurs à l'Altoria.

«On constate vraiment un retour massif vers la ville de la part des gens qui s'étaient établis en périphérie. Ceux qui n'ont plus besoin de vivre en banlieue, où ils souhaitaient y élever leurs enfants, reviennent vers Montréal. Ils évitent les ponts, la congestion, etc.», note le président de la Corporation immobilière Kevric.

Les ventes allant plutôt bon train, M. Hylands invite les acheteurs potentiels sérieux à faire leur choix rapidement: «Les étages se remplissent vite. Présentement, il y a encore un certain choix, mais, dans six mois, tout sera sûrement vendu.»

Travaux

Les travaux en cours actuellement, à l'angle Viger et Beaver Hall, concernent la démolition des bâtiments existants. Dans quelques semaines, l'excavation du sol sera entamée, et d'ici l'hiver s'ensuivront les travaux d'édification de l'immeuble.

Si tout se passe comme prévu, la livraison des espaces de bureaux aura lieu au printemps 2013 et celle des premiers appartements en copropriété, au début 2014.

***

Collaboratrice du Devoir