Et si les ruelles verdissaient

Normand Thériault Collaboration spéciale
Photo: Photos: Jacques Grenier. Design: Michel Bernatchez

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation juin 2011

Villeray, Hochelaga, Westmount: des ruelles perdent leur statut de zone sinistrée. Et la Maison de l'architecture propose une réflexion sur ces lieux trop souvent considérés comme de simples zones utilitaires, autant par ceux qui définissent l'espace urbain que par ceux qui les fréquentent.

Qui pénètre dans la Maison de l'architecture, au 181, rue Saint-Antoine Ouest, voit sur le mur qui lui fait face un tableau qui ne paie pas de mine mais qui contient des données fort instructives.

Il s'agit d'un plan simple où le blanc et le noir sont mis en opposition, le blanc identifiant les espaces qui sont ceux des ruelles dans un ensemble de rues qui bordent le parc Lafontaine au nord de la rue Rachel. Et qui regarde ce plan doit admettre que les lieux décrits débordent presque en surface sur celui qui contient les rues et les zones résidentielles adjacentes.

Et que fait-on avec cela? Présentement, rien, si ce n'est de laisser circuler des voitures qui rejoignent ainsi des stationnements privés, l'espace étant aussi occupé par les «vidanges» et utilisé par divers véhicules utilitaires.

Aussi, la présente exposition prêche pour une récupération des lieux, et les concepteurs de ce «Réinventons la ruelle» ont demandé à divers architectes de déposer des propositions d'aménagement de tels lieux. Et qui visitera l'exposition verra que l'imagination permet d'envisager des propositions où les cours arrière reçoivent des solutions nobles, qui permettent de ne plus simplement les voir comme des zones de stationnements ou comme destinataires de vieux hangars ou d'escaliers souvent biscornus.

Voir vert

L'aménagement urbain, quand il est discuté sur la place publique, semble ne contenir que de lourds projets: on vantera la place Riopelle dans le Quartier international, comme on nous promet une remarquable place d'Armes qui un jour — mais quand ? — sera enfin complétée en face de la basilique Notre-Dame.

Pourtant, il semble qu'il soit possible de faire plus, à beaucoup moins de frais, à condition que les riverains de petits espaces publics que sont rues, ruelles et trottoirs s'entendent, quitte à faire appel à leurs élus pour finalement réaliser des espaces dont eux-mêmes, comme le badaud, tireront profit.

Et qui aborde le sujet se fait dire qu'il y a à Villeray des ruelles remarquables quand un autre racontera qu'il a vu à proximité du cégep Maisonneuve un lieu qui détonne. Et dans le passé, si l'un a cité la ruelle Demers au nord de la rue Mont-Royal, d'autres, comme le font découvrir nos présentes photos, rappellent qu'à Westmount la nature retrouve souvent ses droits là où ailleurs on se contente de bétonner, comme si l'utilitaire était synonyme de paysages massacrés.

Et si on allait dans ce sens, jardins, jardins communautaires, îlots de verdure et autres inventions permettraient de prouver que la ville n'est pas l'ennemie du mieux.
1 commentaire
  • Robert Desvignes - Inscrit 25 juin 2011 23 h 43

    Verdir un peu plus

    Intéressant, ce cahier Habitation des 11 et 12 juin.
    Attiré surtout par la page titre et son article « Et si les ruelles verdissaient ». D'autant qu'avec des voisins des rues Cartier et Dorion, zone un peu à l'abandon selon nous dans Le Plateau, nous avons commencé une démarche de prise en main et d'amélioration. Nettoyage de la ruelle... « Carion » pour commencer. Mais on veut aller plus loin. En fouinant un peu, surprise : au nord de Gauthier, c'est une ruelle verte. Mais au sud, encore bien des stationnements, conséquence du laisser-aller quant à l’application des règles d’urbanisme municipales, etc.
    Deux regrets face à votre bref article : 1. Vous ne donnez pas la date de l'exposition à la Maison de l'architecture (mais bien sûr, cela se trouve); 2. Aucune information sur la démarche à entreprendre pour aboutir à une ruelle verte (on trouvera encore).
    Et puis, on est un peu perdu par votre saut quantique entre les quartiers moins favorisés et Westmount. Néanmoins, c'est une entrée en matière. À nous citoyens de faire nos devoirs, n'est-ce pas.

    Robert Desvignes