Réfection de l'ancien entrepôt frigorifique - Île d'O est le premier projet de condos à débarquer sur l'île d'Orléans

Valérie R. Carbonneau Collaboration spéciale
Appartement modèle des futurs condominiums Île d’O, à Saint-Pierre, sur l’île d’Orléans
Photo: Source Constructions AVL Appartement modèle des futurs condominiums Île d’O, à Saint-Pierre, sur l’île d’Orléans

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation mai 2011

Après 27 mois de patience et de démarchage, l'île d'Orléans aura enfin ses premiers condominiums. Aux portes de la charmante île, en plein cœur du village de Saint-Pierre, qui sert désormais de terre de repos pour Félix Leclerc, un entrepôt frigorifique se métamorphosera en immeuble à condos urbains d'ici 2012. Un projet audacieux de 18 millions de dollars qu'a dessiné Daniel A. Denis Architecte.

Une fois transformé, l'intérieur d'un ancien entrepôt frigorifique sera divisé en 53 unités haut de gamme, des 3 1/2, 4 1/2, 5 1/2 et même des lofts sur un ou deux niveaux, allant de 1000 pi2 à 2300 pi2 de surface habitable, avec des plafonds hauts de 10 pieds. L'espace commun intérieur comprendra entre autres une salle de gym, une piscine, 83 stationnements — un privilège rare pour la ville de Québec, alors qu'une unité peut disposer de deux espaces — des terrasses privées et même un cellier communautaire d'inspiration européenne. Le tout à partir de 240 000 $.

Le promoteur et entrepreneur du projet Île d'O, Les Constructions AVL, entend conserver la partie en façade donnant sur le chemin Royal, soit environ 10 000 pi2 du bâtiment existant. L'intérieur sera bien entendu démoli, tandis qu'on tentera de récupérer le plus possible de matériaux. Pour bâtir les structures d'aménagement, explique le président des Constructions AVL, André Vézina. «On va récupérer le béton à l'arrière de la bâtisse, le broyer et se servir du concassé pour construire les infrastructures.» Le stationnement extérieur d'environ 20 places, par exemple. On prévoit aussi récupérer les eaux usées et les eaux de pluie provenant de la toiture, et ces dernières serviront cette fois à renflouer la réserve pour approvisionner les aménagements paysagers.

Vieux de plus de 50 ans, l'entrepôt frigorifique Orléans, qui fait 20 000 pi2 au sol, amène beaucoup de transport lourd à raison de plusieurs trajets par jour. «Ça va faire quatre ou cinq camions à remorque en moins par jour qui traversent sur l'île pour venir réfrigérer ou congeler des produits», précise-t-il. Mais, avant que le groupe AVL ne puisse procéder à la première pelletée de terre, le courtier immobilier responsable de l'Île d'O, Les Immeubles Charlevoix, devra avoir vendu 27 unités. Or la prévente de ces unités destinées à une clientèle de tout âge prendra effet à compter du 14 mai, après quoi on entamera la construction. La livraison du projet, elle, est fixée, si tout se passe comme prévu, à décembre 2012.

De la rigueur du patrimoine

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine ont tous deux exigé beaucoup de mises au point pour que le projet cadre avec les besoins de l'île, affirme Louise Bédard, courtière immobilière pour Les Immeu-bles Charlevoix.

En effet, la rigueur quant à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine est une religion sur l'île. La MRC s'est d'ailleurs dotée d'une politique culturelle et patrimoniale pour l'île d'Orléans. Histoire de faire dans les règles de l'art, André Vézina prévoit notamment recourir à du parement de bois, à du stuc et à du parement de pierres pour ériger l'extérieur du bâtiment, des matériaux nobles qui doivent être installés sur l'île même. «Le mot d'ordre est de marier ces matériaux au paysage environnant, dit-il. Le bois des mille et une granges, le stuc et la pierre qu'on voit sur les maisons et les églises, afin que soit respectée la beauté de ce qu'on retrouve déjà autour.»

Spécialisée en villégiature et en production haut de gamme, la firme Les Immeubles Charlevoix, qui revient tout juste du Salon national de l'immobilier de Paris, dispose d'une clientèle européenne considérable. Parmi les plus grands poètes francophones du XXe siècle, les Européens connaissent bien Félix Leclerc, alors l'île d'Orléans devient pour eux une référence emblématique, d'exprimer Mme Bédard. Un investisseur important du projet, M. Pierre-Yves Courgeon, est d'ailleurs européen.

Redynamiser l'économie locale

De son côté, le gestionnaire de projets de construction responsable d'Île d'O, Hugo Ferland, admet qu'il a toujours vu en cet immeuble frigorifique une occasion immobilière hors du commun. «Quand on entre sur l'île, ça frappe. Je passais devant tous les jours pour me rendre à l'université», précise le résidant de l'île d'Orléans, bougie d'allumage du projet. Située à peine à 2 km du pont de l'île, cette bâtisse, qui n'a selon lui pratiquement pas été entretenue pendant toutes ces années, est devenue intéressante à récupérer. «Le projet va décidément redorer le coeur du village.»

L'instigateur du projet est très enthousiaste quant à la réponse anticipée. Les terrains sur l'île font pour la plupart de 30 000 à 40 000 pi2 et, comme les maisons sont souvent vieilles, l'entretien devient parfois une tâche complexe, voire exigeante, explique M. Ferland, qui avoue même sentir un intérêt de la part d'une clientèle potentiellement locale ou native de l'île qui voudrait bien revenir y finir ses jours.

Reconnue pour son agrotourisme et sa qualité de vie, l'île, qui fait un peu plus de 30 km de long et 8 km de large, offrirait dorénavant moins de services depuis quelques décennies, une diminution qu'on attribue à une baisse de la population, remarque-t-il. Il rappelle d'ailleurs la patinoire qu'il fréquentait à l'époque où il était lui-même garçon et qui n'existe plus, entre autres exemples.

Aujourd'hui père de famille, il aimerait bien retrouver autant de services pour ses enfants. «Le projet de 53 unités de condo va venir non seulement donner une image de marque à cet édifice ainsi qu'à son terrain, mais il redynamisera tout le secteur», s'empresse-t-il d'ajouter. Plus de gens, donc forcément plus de taxes, plus de services sur l'île, souhaite-t-on notamment pour l'avenir à moyen et à long terme.

***

Collaboratrice du Devoir

***

Info: imcha.com.

À voir en vidéo