L'industrie de la maison usinée au Québec - Des Québécois donnent des toits aux Asiatiques !

Le montage des chevrons d’une maison usinée. Il existe deux techniques de fabrication des maisons usinées: par modules ou par panneaux.
Photo: Le montage des chevrons d’une maison usinée. Il existe deux techniques de fabrication des maisons usinées: par modules ou par panneaux.

L'industrie de la maison usinée au Québec est en pleine croissance. En effet, de plus en plus de Québécois choisissent cette sorte d'habitation lors de l'achat d'une maison neuve. Sans compter que les marchés étrangers s'ouvrent aussi aux produits québécois.

«La croissance est très intéressante en ce moment, explique Yves Côté, coordonnateur de la Société québécoise des manufacturiers d'habitation, l'association qui regroupe les principales entreprises du secteur. L'industrie de la maison usinée connaît présentement une croissance annuelle d'environ 10 à 15 %, et cela, indépendamment du taux de croissance de la construction en général.»

On compte une quarantaine d'entreprises de maisons usinées au Québec, dont environ vingt-cinq sont solidement établies. «Ce chiffre représente seulement les entreprises capables de livrer une maison clef en main.» Cela exclut donc les entrepreneurs généraux et les autoconstructeurs qui utilisent de plus en plus des parties usinées dans la construction de leurs maisons.

Pour 12 % des maisons neuves du Québec

Il se construit environ 6000 maisons usinées par année au Québec, ce qui représente à peu près 12 % du total des maisons neuves construites au Québec, y compris les maisons en rangée et les condominiums. «Cela donne un chiffre d'affaires de 330 millions de dollars pour le secteur résidentiel, qui accapare 85 % de l'activité des entreprises. Quelques manufacturiers font aussi de la construction commerciale. Trois quarts des maisons sont des unifamiliales.»

Ce sont aussi dans l'ensemble des entreprises jeunes. «La moyenne d'âge de nos entreprises est de 26 ans et la plupart sont des entreprises familiales. On commence à assister à des transferts de propriété entre générations.» De plus, ce sont des entreprises régionales. «Les manufacturiers de maisons usinées sont répartis sur tout le territoire du Québec.» Mais on aurait tort de croire que leur clientèle est uniquement locale. «C'était le cas au début, mais aujourd'hui les manufacturiers peuvent livrer partout, même à l'étranger.» De plus, ces entreprises créent de nombreux emplois en région dans le secteur manufacturier, un secteur qui présentement bat de l'aile. «On prévoit même une pénurie de main-d'oeuvre.»

Usine versus chantier

La qualité de la construction ainsi que l'éventail de choix offert aux consommateurs sont les deux principales raisons qui militent en faveur de la maison usinée, croit Yves Côté. «En usine, les conditions sont idéales, ce qui permet d'assurer une plus grande qualité. De plus, les maisons sont toutes construites avec du bois séché. Et tout est fait avec précision, les ouvriers utilisent même des gabarits et tout est mesuré au millimètre près.»

Sans compter que la construction se fait à l'abri des aléas de la météo. «Sur un chantier, il y a souvent des retards à cause de la température. Mais en usine, il n'y a pas de délai de construction. On vous livre la maison le jour prévu, et deux jours plus tard vous l'habitez.»

Et le consommateur a un choix infini puisque les manufacturiers offrent une multitude de modèles pour tous les goûts et toutes les bourses. «De plus, tous les manufacturiers ont un département d'architecture et de design. Ils sont donc en mesure de dessiner et de construire exactement la maison que vous voulez.» Toutes les maisons usinées sont garanties d'abord par le manufacturier lui-même. Mais plusieurs manufacturiers participent aussi aux différents plans de garantie de maisons neuves qui existent au Québec, soit la Garantie qualité habitation de l'ACQ, la Garantie des maisons neuves de l'APCHQ et la Garantie des maîtres bâtisseurs. «Nos manufacturiers sont aussi reconnus pour leur service après-vente et n'hésitent jamais à effectuer une réparation.»

Des constructions stables

Autre gage de qualité: la solidité des maisons. «Comme il faut transporter ces maisons de l'usine au terrain, cela nous oblige à construire des maisons plus solides, de sorte qu'il n'y a pas de bris lors du transport. C'est un autre avantage dont profite l'acheteur. Une maison usinée est une maison qui ne tordra pas.»

Il existe deux techniques de fabrication des maisons usinées: par modules ou par panneaux. La technique par panneaux consiste à fabriquer les divers éléments de la maison — murs, planchers, toitures, etc. — en panneaux qui seront ensuite assemblés sur le chantier. Dans le cas des modules, certains de ces éléments seront entièrement assemblés en usine, sous forme de modules qui comprennent le plancher, les murs et le plafond. Ces modules sont ensuite transportés sur le chantier, où l'on procède au raccordement. «Les manufacturiers peuvent utiliser l'une ou l'autre de ces techniques, ou même les deux, mais en général la construction par panneaux se retrouve surtout dans le domaine de l'exportation.»

Un avenir prometteur

Un tournant que vient de prendre l'industrie des maisons usinées au Québec est celui de l'exportation. «L'exportation est en hausse et plusieurs manufacturiers sont maintenant présents sur ce marché.» Dans certains cas, l'exportation représente de 15 à 25 % du chiffre d'affaires de certaines entreprises. Les marchés d'exportation visés ne se limitent pas à ceux du Canada ou des États-Unis. On trouve des maisons usinées québécoises en Europe, en Amérique du Sud et en Amérique latine, en Asie et même en Chine.

Malgré cela, Yves Côté ne croit pas que l'exportation prendra davantage d'ampleur dans les prochaines années. «Il faut comprendre que plusieurs entreprises ont connu, ces trois dernières années, des taux de croissance de 20 %, ce qui met beaucoup de pression sur ces entreprises. Elles doivent d'abord répondre à cette nouvelle demande nationale avant de développer de nouveaux marchés d'exportation.»

Sans compter qu'il croit que le marché national, même avec la hausse de la demande qu'il connaît présentement, est loin d'avoir atteint son plein potentiel. «Au Québec, on est loin de la part de marché qu'occupe la maison usinée dans les pays scandinaves, par exemple.» C'est que les manufacturiers québécois de maisons usinées sont plutôt discrets. «La plupart d'entre eux font peu ou pas de publicité. Le bouche-à-oreille demeure la façon de faire la promotion de leurs produits.»

La Société québécoise des manufacturiers d'habitation entend corriger cette situation. «Nous serons présents au Salon de l'habitation afin de faire la promotion de ce type de maison auprès du grand public. Trop de consommateurs ont encore l'image de la roulotte quand ils pensent à la maison usinée. Il faut se détacher de cette image et mettre de l'avant celle d'une maison de qualité.»

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo