À table, Montréal!

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
Kwizinn propose une cuisine d’inspiration afro-caribéenne.
Photo: Photo fournie Kwizinn propose une cuisine d’inspiration afro-caribéenne.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Après deux ans d’incertitude, MTL à table, le festival gastronomique automnal le plus attendu de la métropole montréalaise, revient du 3 au 13 novembre prochains en formule traditionnelle pour une 10e édition haute en saveurs. Comment cet événement a-t-il réussi à gagner autant d’adeptes, et que nous réserve-t-il cette année ?

L'actuelle directrice de Tourisme Montréal, Patrizia Dri, connaît MTL à table par coeur. Elle a contribué à sa création en 2012, puis elle a accompagné son développement au fil des années. « À la base, raconte-t-elle, cet événement avait pour but d’aider les restaurants montréalais à se remplir et de promouvoir la ville à une période moins achalandée. Mais on n’avait aucune idée de l’ampleur que cette initiative prendrait ! »

Effectivement, le succès de MTL à table a été immédiat. Le nombre de restaurants sélectionnés est passé de 75 la première année à 150 en 2019. Chaque fois, les salles à manger faisaient le plein, les listes d’attente se gonflaient, les hôtels étaient pris d’assaut. Une vraie folie gourmande s’emparait de la métropole pendant dix jours.

Nouvelles tendances

 

La pandémie a donné un sérieux coup de frein à cette liesse automnale, mais pas de coup de grâce, puisque l’édition 2022 de l’événement réunira 114 restaurants partout dans la ville. Le jeûne forcé des deux dernières années a également conduit Tourisme Montréal à repenser un peu sa formule.

« Avant 2020, nous parlions plus aux visiteurs de Montréal qu’aux Montréalais eux-mêmes, qui sont depuis devenus nos meilleurs ambassadeurs, indique Mme Dri. C’est maintenant eux que nous visons en priorité, avec des propositions de bonnes tables dans 16 quartiers de la ville pour qu’ils puissent jouer aux touristes gourmands près de chez eux. »

Ce n’est pas le seul aspect de MTL à table qui a changé, même si l’événement repose toujours sur la participation de restaurants indépendants avec service ouverts le soir, sur des menus spéciaux de trois services (qui s’échelonnent cette année de 35$ à 75$ ), ainsi que sur l’utilisation maximale de produits locaux. Comme l’explique la directrice, « avant, les gens couraient les grandes tables. Ils sont désormais aussi curieux de découvrir de petits restaurants, et vraiment ouverts à la diversité. Nous avons aussi remarqué que les choix véganes sont de plus en plus nombreux et travaillés ».

Brassage multiculturel

 

Il y en a pour tous les goûts à l’édition 2022 de MTL à table. Chefs populaires ou à découvrir, établissements de toutes sortes — du bar qui sert des repas au restaurant de haute voltige —, représentation de tous les continents, cuisines traditionnelles ou réinventées ; l’événement cristallise parfaitement le dynamisme et la foisonnante créativité de la gastronomie montréalaise.

Le restaurant Kwizinn en est un bon exemple. Ouvert depuis 2017, il a pignon sur rue à Verdun depuis 2020 et propose une cuisine d’inspiration afro-caribéenne. « Mais nous ne nous arrêtons pas à cette étiquette », précise le chef propriétaire, Mike Lafaille, qui concocte avec son équipe multiculturelle des plats qui n’hésitent pas à mêler toutes les cultures culinaires. Sur son menu de MTL à table, on trouvera d’ailleurs aussi bien de la soupe au giromon (une sorte de courge), traditionnellement servie les dimanches en Haïti, qu’un riz frit de type asiatique aux crevettes créoles, un ceviche de poisson que l’on pourrait déguster au Mexique, ainsi qu’un mac and cheese à la pancetta, au porc frit et aux épices créoles. « On s’amuse beaucoup en cuisine, admet le chef qui a hâte de faire découvrir la signature culinaire éclatée de son restaurant, situé sur « la rue la plus cool du monde ! »

Photo: Photo fournie Les côtes levées de boeuf fumé du Lloyd

Le Lloyd, de l’hôtel Marriott Château Champlain, dont les cuisines sont dirigées par le chef globe-trotter Kevin Mougin — il a notamment travaillé en France et en Polynésie —, invite de son côté les épicuriens à un voyage gourmand. « On voit clairement mon parcours dans mes plats, qui mêlent toutes mes expériences », explique le chef qui servira, lors de sa première participation à MTL à table, des éléments de sa carte qui ont déjà fait leurs preuves. Parmi eux, on trouvera notamment des côtes levées de boeuf fumé amenés à la table sur un petit barbecue posé sur un guéridon, ainsi que des rigatonis sauce morilles au vin jaune, truffes, Louis d’or et croûte torréfiée aux herbes. « Ce plat, c’est du comfort food à son meilleur, indique le chef. Il me rappelle mon enfance, quand mon oncle allait chercher des morilles, et il se marie à merveille avec le vin jaune de mes origines et un excellent fromage du Québec. »

Attention, les desserts du Lloyd ne seront pas en reste avec, par exemple, un dessert tout chocolat constitué d’une tarte renfermant un moelleux et de la glace au chocolat d’origine. Avec de telles propositions, on ne s’étonne pas que MTL à table soit toujours aussi populaire. Comme le dit si bien Patrizia Dri, « la gastronomie à Montréal, ça fait partie de notre ADN et nous aimons ça tout autant que les festivals. Nous avons vraiment ici de petits bijoux que nous envient des villes du monde entier, alors encourageons-les et prenons-en soin ! »

Quelques suggestions


Évidemment, tous les restaurants de MTL à table ont été sélectionnés et méritent d’être découverts, selon le budget dont on dispose et le type d’expérience que l’on veut vivre. Ce qui ne nous empêche pas de faire quelques suggestions. Dans les premières tranches de prix (35 $ et 45 $) figurent notamment des bars à vin (Pulman, Minéral, Waverly), dont l’offre culinaire est agréablement surprenante, ainsi que des tables assez récentes (Mercato Comunale, Virunga, Bivouac) qui valent le détour. Les formules à un prix supérieur (55 $ et 75 $) rassemblent quant à elles des établissements plus prestigieux (Beau Mont, Renoir, Restaurant Jérôme Ferrer), des incontournables, comme le Pastaga (qui fermera à la fin de l’année, profitez-en !) et Chez Lévêque (qui fête cette année son 50e anniversaire !), ou encore les « saveurs de l’heure » comme le Kamuy ou le H3.
Petit conseil : réservez rapidement vos places, car elles s’envolent vite ! De plus, pour éviter des confusions et des no shows vraiment dommageables pour les restaurants, n’oubliez pas de contacter ces derniers directement pour toute annulation. Bon MTL à table à toutes et à tous !

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.



À voir en vidéo