Les recettes de famille de Marina Orsini

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
Marina Orsini a en mémoire de nombreux souvenirs liés à des repas de famille, ainsi qu’aux préparatifs qui les précèdent.
Photo: Rosalie-Anne Lavoie Bolduc Marina Orsini a en mémoire de nombreux souvenirs liés à des repas de famille, ainsi qu’aux préparatifs qui les précèdent.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

On dit souvent que la cuisine est une histoire de coeur. Mais elle incarne aussi une histoire de famille, de mémoire et de transmission. C’est ce que Marina Orsini nous montre dans un ouvrage à la frontière de la biographie et du livre de recettes, Gourmande ! Mes recettes de famille. Avec toute la chaleur et la générosité que nous lui connaissons, la comédienne et animatrice nous ouvre son carnet de recettes familiales et dévoile des pans d’un jardin secret qu’elle cultive depuis l’enfance.

Du plus loin qu’elle se souvienne, Marina Orsini a toujours porté le surnom de « Gourmande ». Il faut dire qu’elle a grandi au sein d’une famille tissée serrée et de tablées, petites ou grandes, recouvertes de bons plats. Comme elle l’écrit en préambule de son tout premier livre, qui vient de paraître : « J’ai grandi autour d’une table. […] On s’est toujours réunis pour les soirs de grandes fêtes, mais aussi parce que la table est un lieu de retrouvailles, d’échanges, de discussions, de rires, d’amour… et parfois de grandes peines. »

Marina a donc en mémoire de nombreux souvenirs liés à des repas de famille, ainsi qu’aux préparatifs qui les précèdent. Elle se souvient du jardin que son père entretenait chaque jour, des achats de poivrons au marché Jean-Talon avant de concocter du ketchup aux fruits, des journées festives au cours desquelles sa famille se réunissait pour préparer du coulis de tomates, du prosciutto, des saucisses et du vin tout en grignotant du fromage arrosé de vin. « Tout le monde repartait de là avec des provisions que l’on rangeait dans la chambre froide que possède tout bon Italien à Montréal », nous confie-t-elle.

L’idée d’un livre rendant hommage à cette famille de bons vivants aux racines italiennes et écossaises, qui s’est aussi nourrie de culture culinaire québécoise et française, trottait dans la tête de Marina Orsini depuis des années. En fait, depuis le décès de sa mère, disparue, tout comme son précieux livre de recettes écrites à la main qui ne la quittait pourtant jamais. « J’avais donc envie de léguer quelque chose de tangible à mon fils Thomas et aux autres enfants de ma famille, explique-t-elle. Ce pendant gourmand qui nous caractérise si bien. Parce que c’est de ça que j’ai été nourrie, tout autant que d’affection. C’est tout cela qui a fait en sorte que je suis aujourd’hui qui je suis. »

Les quatre femmes de sa vie

 

L’animatrice ne cache pas que ce sont essentiellement quatre femmes qui ont influencé sa cuisine. « J’ai eu quatre mères, dit-elle. Nous avons toujours eu une famille assez matriarcale au sein de laquelle les femmes étaient nombreuses et jouaient un rôle central dans notre quotidien à Ville-Émard. »

Qui étaient ou sont ces femmes inspirantes, dont les recettes maîtresses constituent la première partie du livre Gourmande ? Sa mère, tout d’abord. Une hôtesse hors pair qui aimait recevoir, sortir la porcelaine et l’argenterie, et qui compétitionnait chaque année amicalement avec la tante de Marina à Noël pour le prix de la meilleure lasagne. « C’était tout un projet, ce plat ! se souvient-elle. Il fallait deux jours pour le préparer, dont des heures à rouler les petites boulettes de viande qui le composent. Mais quel délice ! »

Marina Orsini a aussi été accompagnée par sa tante Marguerite, « une adepte de grandes tables bien garnies, chez laquelle c’était toujours la fête ». Par « Nana », aussi, son ex-belle-mère française dont elle est demeurée très proche, « qui faisait divinement à manger avec presque rien. C’était un vrai bonheur de la voir parler de beurre et de crème, et de déguster ses oeufs brouillés comme ses os à moelle », raconte Marina, qui considère sa cousine Josée, une femme rassembleuse aux braisés et aux pizzas légendaires, comme sa quatrième source d’inspiration en cuisine.

Bâtir sa propre signature

 

Marina Orsini ne cache pas que sa cuisine a nettement été influencée par quatre mentores, mais aussi par des amis. « Je n’invente rien, dit-elle. Je reprends des recettes que j’aime, et j’en modifie d’autres. »

Dans la deuxième partie de son livre, l’animatrice propose effectivement la recette de la pâte à tarte de soeur Angèle. Mais elle en partage aussi qui constituent ses hits, comme un plat de riz basmati incontournable à sa table, une sauce à spaghetti qu’adore son fils — « Il est capable d’en manger tous les jours, même en se levant le matin ! » — son poulet au beurre-cari-gingembre, ou encore son tiramisu. « Ma famille n’était pas très dessert, mais depuis que je suis tombée enceinte, dès qu’on m’en propose, j’en veux », avoue-t-elle en riant.

Concrètement, sur les 50 recettes qui composent l’ouvrage Gourmande !, une bonne moitié représentent le legs personnel de Marina à sa famille, et plus globalement aux gourmands qui souhaitent faire rimer leurs repas avec des classiques souvent simples à réaliser et à conserver. Quant aux nombreuses photos et anecdotes qui ponctuent ce livre, elles nous renvoient au principal message que Marina désire partager : « Soyons gourmands dans la vie ! On n’en a qu’une à vivre, et il faut en profiter à fond. Alors, soyons gourmands de tout ! »

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.

À voir en vidéo