Trois produits d’ici pour agrémenter l’automne

Vincent Coja étiquette ses produits.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Vincent Coja étiquette ses produits.

À chaque saison ses nouveautés. Et l’automne n’est pas en reste côté gourmandises et découvertes. Voici trois produits, faits au Québec, qui s’harmonisent bien au confort des chaumières.

Tartinades chocolatées

 

Depuis cinq ans, le Québec est on ne peut plus chocolaté. Et c’est la faute de Quentin Ryckaert et Vincent Coja, les fondateurs d’Allo Simonne et les créateurs d’une dizaine de tartinades. Si leur ligne directrice est d’offrir du plaisir, ils se font aussi un devoir d’écouter leur clientèle. Après avoir lancé les contenants de 1 kg pour combler les familles, l’entreprise montréalaise lance ces jours-ci trois nouveaux produits, dont l’un très peu sucré pour répondre aux demandes de plusieurs diabétiques. En élaboration depuis un an, cette tartinade aux noisettes, au chocolat noir et aux éclats de cacao avait un niveau de difficulté supérieur, explique Quentin Ryckaert : être la moins sucrée sur le marché et la plus gourmande.

L’autre souhait des clients ? Une tartinade au chocolat noir encore plus concentrée en douce amertume. Un défi, reconnaît M. Ryckaert. Le résultat est une tartinade noisette et chocolat noir croquant. La version au chocolat au lait est la troisième nouveauté, bien riche en noisette torréfiée. Les amateurs se les arrachent déjà, comme en témoigne leur récente virée au Festival de la galette de Louiseville.

« Nos clients sont nos meilleurs ambassadeurs. Et dans un but de demeurer accessibles à tous, nous avons pris la décision de ne pas augmenter nos prix de vente malgré la hausse importante de la matière première », souligne-t-il. Pour contrebalancer l’augmentation des frais, l’équipe d’Allo Simonne n’accepte plus les cartes de crédit, recycle les boîtes de carton pour les expéditions et réutilise les sacs de sucre comme sacs-poubelle.

Avec la même ferveur de produire les meilleures gourmandises, Allo Simonne désire être carboneutre en 2025 et avoir la certification B Corp pour ses bienfaits pour la société et l’environnement.

Les tartines sont offertes partout au Québec, en épicerie et chez les détaillants indépendants au coût de 14 $ ou 15 $.

Nouvelles bières artisanales

 

Lorsque Jean-François Lavigueur a gagné le premier prix au concours de brasseur amateur organisé par La Barberie, à Québec, Samuel Audet a tout de suite compris qu’il avait devant lui un gars de talent, un naturel pour qui les subtilités et la minutie du brassage sont une science infuse. La preuve : plusieurs microbrasseries de la capitale le réquisitionnent comme brasseur invité. Responsable du marketing à la Barberie, Samuel Audet n’a pas perdu de temps avant de lui proposer qu’ils s’associent pour créer leur propre entreprise : EXP artisan brasseur.

En l’espace d’un an, le projet est passé de brassage d’idées à cinq bières réellement brassées dans leur local de Val-Bélair. Et depuis juin dernier, les amateurs de bières sont nombreux à y mettre les pieds, pour prendre un verre sur place ou se procurer des canettes pour emporter. « C’est beaucoup les recettes de Jean-François qui nous distinguent. Il met du temps au brassage. Je dirais qu’il est plus zélé que d’autres ! Avant d’arriver à une recette finale, il pioche. Et ses bières sont gourmandes, généreuses en houblons et en fruits », décrit M. Audet.

Deux nouvelles créations viennent d’être encapsulées. L’une, « la grande soeur d’une bière produite à la Barberie », appelée Hyperdominance, est une double IPA aromatique avec du monohoublon Citra. L’autre, une IPA de style New England nommée Apex, renferme un trio de houblons (Galaxy, Nelson Sauvin, Simco) bien balancé avec des notes de pêche, de raisin blanc et de melon.

Et, signe que l’automne est bien installé, l’artisan brasseur Lavigueur travaille sur une stout impériale.

Offertes en paquets de quatre canettes chez EXP artisan Brasseur (1970, rue de l’Interlude) au prix de 26,80 ou 29,40 $.

Des mocktails qui font pop !

« L’ordinaire n’a pas à l’être », voilà la maxime derrière les mocktails prêts à boire signés Encanette. La nouvelle entreprise de Louiseville, en Mauricie, revisite les classiques de la mixologie en y ajoutant une (ou plusieurs !) touche inusitée. Et pour y arriver, les propriétaires ont su mettre à profit leurs expériences en vinification et en automatisation industrielle, entre autres.

Pour Jean-Philippe Roussy, administrateur et maître distillateur, il était important de renouveler l’offre des prêts-à-boire avec des accords d’arômes plus complexes. Tom Collins au citron, mojito au melon d’eau, gin tonic au calamansi ou encore amaretto à l’orange sanguine ; le long processus de recherche et développement de l’équipe d’Encanette a permis de mettre au point six recettes inspirées par les notes acidulées, quelques touches d’épices et un agréable pétillant. Le tout est fabriqué à partir d’arômes naturels, sans gluten et sans produit animal.

L’entreprise a aussi créé une gamme de cafés infusés à froid (cold brew) azotés.

Offerts dans diverses épiceries au Québec au coût de 2,89 $ la canette.

À voir en vidéo