Bloc-notes gourmand

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
Le Domaine Lafrance, à Saint-Joseph-du-Lac, est riche de plus de 13 000 pommiers, mais aussi d’une boutique gourmande très garnie.
Photo: Domaine Lafrance Le Domaine Lafrance, à Saint-Joseph-du-Lac, est riche de plus de 13 000 pommiers, mais aussi d’une boutique gourmande très garnie.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Nouveautés, événements, activités éphémères… Chaque semaine, le cahier Plaisirs vous fait part d’actualités gourmandes à ne pas manquer. Et comme les pommes sont les reines de ce début d’automne, voici quelques suggestions, du champ à la table, pour profiter pleinement de ce fruit emblématique du Québec !

Cueillette pour tous

L’autocueillette des pommes est de loin l’activité la plus populaire et la plus rassembleuse des Québécois en septembre et en octobre. Il faut dire qu’elle peut prendre de multiples formes, s’adaptant aux goûts et aux attentes des groupes qui s’y adonnent.

Commençons donc notre petite série de suggestions par des destinations pomitouristiques par excellence. Dans les Basses-Laurentides, nous pouvons par exemple penser au Domaine Lafrance, à Saint-Joseph-du-Lac, riche de plus de 13 000 pommiers, mais aussi d’une boutique gourmande très garnie, d’un bistro, d’un kiosque de dégustation, d’aires de repos, de pique-nique et de jeux et d’une miniferme. Certaines fins de semaine, on peut même y croiser des chansonniers. Ceux qui préfèrent le coin de Rougemont, en Montérégie peuvent jeter leur dévolu sur la Pommeraie d’or, un domaine de 16 hectares où l’autocueillette côtoie une miniferme et des jeux pour les enfants, ainsi qu’un labyrinthe de maïs, des balades en tracteur et une boutique pour tous. En prime, on y profite d’un parcours d’interprétation afin de parfaire — et de tester ! — ses connaissances sur la pomme et la pomiculture.

L’autocueillette peut aussi être un prétexte aux dégustations croisées. À Saint-Joseph-du-Lac, Les Fromages du Verger proposent à la même adresse de la cueillette de pommes biologiques et des fromages de brebis frais ou affinés. Le domaine Coteau Saint-Paul, quant à lui, à Saint-Paul-d’Abbotsford, propose de cueillir des pommes et des raisins de table, et de tester des cidres et des vins dans sa cave. On peut également faire de l’autocueillette responsable chez Qui sème récolte, situé à Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière, tout en découvrant les produits de l’érable (dont du kombucha) et les huiles de canola artisanales confectionnées sur place.

Enfin, pour terminer cette liste non exhaustive, indiquons quelques exemples de vergers accessibles à tous, y compris aux personnes à mobilité réduite. Certains domaines disposent effectivement de pommiers nains, de pentes douces et de tapis, ou encore de charrettes adaptées. Il est possible de trouver des commodités de la sorte à la Cidrerie Verger Bilodeau, située à Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans, ou bien au Verger Le Gros Pierre, à Compton, dans les Cantons-de-l’Est.

Barbecue pomicole

 

Pour les adeptes de cuisine sucrée-salée, de viandes bien caramélisées et de produits d’ici, BBQ Québec a conçu une sauce qui ne devrait pas les laisser indifférents. « Pomme sucrée » accompagne très bien la préparation du porc, du poulet ou du tofu, apportant une touche sucrée, fruitée et un tantinet relevée grâce à une pointe de rhum et à un mélange d’épices. 

Photo: BBQ Québec

Un petit quartier de plaisir

Tout nouveau sur le marché, cet alcool devrait séduire ceux qui aiment les liqueurs d’orange avec un petit plus local. Quartier Lafrance, du producteur du même nom, est en effet un brandy de pommes aromatisé avec des zestes d’orange. Fin et enveloppant, il peut se déguster tel quel sur glace, dans un cocktail ou dans un café. Et pourquoi pas intégré à certains desserts ?

Photo: Domaine Lafrance

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part. 

À voir en vidéo