Cap sur l’innovation alimentaire!

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
Les barres à cuisiner (de Bar to Cook) sont conçues à partir de beurre de cacao désodorisé, de poudres de légumes bios et d’épices bios.
Photo: Alejandro Escamilla Les barres à cuisiner (de Bar to Cook) sont conçues à partir de beurre de cacao désodorisé, de poudres de légumes bios et d’épices bios.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Quels secrets se cachent derrière les produits alimentaires les plus ingénieux du marché, dont certains deviennent des classiques dans nos recettes ? Et comment les distingue-t-on à travers la pléthore de nouveautés lancées chaque année ? Pour le savoir, nous avons interviewé la présidente Innovation du jury canadien du Salon international de l’alimentation (SIAL), qui aura lieu à Montréal du 20 au 22 avril prochain, ainsi que l’une des dix finalistes aux prix SIAL Innovation 2022.

Huiles et vinaigres fins, farines de spécialité, barres énergétiques à base d’insectes, sauces du monde prêtes à cuisiner, bières sans alcool, crèmes glacées véganes ; toutes ces nouveautés et des centaines de milliers d’autres ont été présentées au fil des ans au SIAL, un salon alimentaire professionnel créé en 1964 qui dispose aujourd’hui de huit assises dans le monde : Paris, Shanghai, Jakarta, Abou Dhabi, New Delhi, Alger, ainsi que Toronto et Montréal, qui présentent chaque année l’événement en alternance en Amérique du Nord. 

Pour Isabelle Marquis, une spécialiste en communication et en marketing alimentaire qui collabore avec le SIAL depuis 2008 et préside le jury des prix SIAL Innovation depuis 2018,c’est un rendez-vous tout simplement incontournable.

« C’est un événement qui rassemble tous les secteurs de l’alimentation, qui constitue une belle vitrine de ce qui se passe sur la scène internationale et qui présente en continu des conférences et des tables rondes. Bref,je m’y remets à jour et y apprends toujours plein de choses. J’adore ça ! » lance-t-elle.

Un jury en quête d’inspirations

Juger du caractère innovant d’un produit alimentaire n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire au premier abord. « C’est à la fois une mission passionnante et qui revêt une grande responsabilité, car il faut distinguer les nouveautés les plus inspirantes du marché », indique l’experte.

Effectivement, seules trois innovations locales primées ont ensuite la chance d’être présentées dans les autres événements du SIAL, aux côtés d’autres d’origine européenne, indienne, asiatique…

C’est un sacré tremplin, qui attire évidemment beaucoup de candidats. Mme Marquis en présélectionne une trentaine, qui sont ensuite évalués par un jury de professionnels d’horizons divers. Dix finalistes ressortent de cette analyse, dont trois grands gagnants. Comment les détermine-t-on ? « Nous les étudions sous quatre angles, explique Isabelle Marquis : la recette et la composition, les procédés de transformation, l’emballage et le conditionnement, et enfin, le positionnement marketing. Nous ne sommes pas là pour prédire leur potentiel commercial, qui peut varier d’un continent à un autre, mais le degré d’inspiration qu’ils susciteront dans le marché. »

Les innovations canadiennes

 

Les 10 produits mis en lumière pour 2022 se distinguent pour plusieurs raisons. Certains d’entre eux, comme les protéines végétales, sont le reflet direct de grandes tendances qu’on retrouve ailleurs dans le monde. « Il y a tellement à faire dans ce créneau ! » souligne Mme Marquis, qui donne l’exemple de Tempehine, une nouvelle gamme de trois tempehs biologiques, locaux et (enfin, diraient certains) accessibles à tous, car ils sont prêts à l’emploi et proposés en plusieurs saveurs.

Un autre mouvement de fond touche les produits dont le principe repose sur le développement durable. C’est le cas des farines et mélanges à cuisiner GroundUp, issus de surcyclage, c’est-à-dire de la valorisation d’ingrédients normalement rejetés… comme du marc de café !

La sélection du SIAL intègre également de pures innovations qui bousculent les idées que l’on peut se faire de certains aliments. On trouve dans cette catégorie du café vieilli dans des fûts de chêne de microbrasserie (et offert dans une canette) en provenance des Brûleries Faro, une huile nommée Signé Caméline et torréfiée, dont le goût rappelle le sésame, ainsi qu’une gamme de sauces sèches en barre qui réinvente le genre, la Bar to Cook.

Plongée dans l’univers créatif de The Foodie Family

Dans la famille Lahrichi, les concepts alimentaires innovants, on connaît ça. Véronique, la mère, est une biochimiste créative. Son fils, Kamil, est un expert en marketing et Nadia, sa fille, une spécialiste en développement d’affaires dans le domaine culinaire. On doit déjà aux trois membres de cette Foodie Family, du nom de leur entreprise, la mise en marché canadienne des Food Crayons, des crayons d’épices en 24 variétés, dont on peut agrémenter sauces, soupes, plats, desserts, et même des cocktails, de manière ludique et goûteuse.

Le produit Bar to Cook (barre à cuisiner), sur lequel les Lahrichi travaillent depuis deux ans, sera présenté en avant-première du SIAL de Montréal, avant d’être lancé sur le marché en juin. Repoussant l’art du traditionnel cube Knorr et des sauces déshydratées, en bocal ou en conserve, ces barres totalement naturelles à base de beurre de cacao désodorisé, de poudres de légumes bios et d’épices bios sont très surprenantes.

Pourquoi ? Parce qu’elles ressemblent à des barres de chocolat dont on coupe des carrés selon l’utilisation qu’on veut en faire. « Il suffit de faire revenir les ingrédients principaux, d’ajouter la barre que l’on fait fondre avec du liquide, de faire mijoter 20 minutes. Et hop ! On obtient un plat en sauce ou une soupe-repas pour quatre », explique Nadia Lahrichi.

Est-ce que The Foodie Family fera partie des trois gagnants du concours SIAL Innovation 2022 ? Il faudra attendre le 20 avril prochain pour le savoir !

À voir en vidéo