En décembre, on fait des cadeaux gourmands, on prolonge les cuissons et on trinque aux rapprochements

Julie Aubé Collaboration spéciale
Quand le temps se refroidit, on prolonge les cuissons pour se réchauffer. On sort nos cocottes, on mijote et on braise.
Photo: Getty Images Quand le temps se refroidit, on prolonge les cuissons pour se réchauffer. On sort nos cocottes, on mijote et on braise.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Pour embrasser les saisons, en décembre, c’est le temps de...

1. Se réchauffer avec les cuissons longues

 

Quand le temps se refroidit, on prolonge les cuissons pour se réchauffer. On sort nos cocottes, on mijote et on braise. Réconfort garanti !

2. Cuisiner des cadeaux gourmands

 

Il n’y a rien de plus « esprit de Noël » que de prendre son temps pour cuisiner de petits cadeaux gourmands à offrir. Sablés, sucre à la crème, biscottis et autres sucreries feront le bonheur de ceux avec qui vous les partagerez !

3. Visiter les marchés de Noël

 

La visite des marchés de Noël est une occasion en or de dénicher des saveurs irremplaçables directement auprès des producteurs et des artisans gourmands. Ils champignonnent de partout ! Vin chaud à la main, on y passe un bon moment dans une ambiance unique en plus de s’approvisionner pour les repas festifs à venir et de faire des trouvailles pour gâter les êtres aimés et les gens chez qui l’on est reçu.

4. Locavoriser son vin chaud

 

Parlant de vin chaud, pourquoi ne pas s’amuser à troquer les épices traditionnelles (cannelle, gingembre, anis…) pour des aromates d’ici ? Argouses, nard des pinèdes, agastache, poivre des dunes et genièvre en sont quelques exemples à ajouter à son vin local, en complétant avec du miel.

5. Varier les idées pour gâter les gourmands

 

En plus des cadeaux cuisinés soi-même ou dénichés dans les marchés de Noël, il y a de nombreuses autres idées pour ravir les gourmands : cours de cuisine ou de fabrication de fromages, matériel de conservation des aliments (déshydrateur, ensemble pour la mise en conserve, accessoires pour la fermentation…), carte-cadeau pour des repas au restaurant ou des boutiques gourmandes, et c’est sans parler de la ribambelle de livres de cuisine inspirants !

6. Inviter le roi des forêts à table

Les aiguilles de sapin frais (naturel ou non traité), hachées finement, peuvent être ajoutées à certaines recettes, comme on le ferait avec du romarin, tant côté salé que sucré. On trouve également de jeunes pousses de sapin séchées auprès des cueilleurs et des boutiques qui offrent leurs produits. Le roi des forêts fait aussi bonne figure dans une infusion ou un chocolat chaud.

7. Saupoudrer du « rouge Noël » au menu

En plus des traditionnels atocas, on peut faire rougir ses cocktails avec du jus de canneberge. Sans oublier lessirops de fraise et les boissons de framboise, qu’on peut trouver au marché. Les canneberges séchées et les autres petits fruits rouges déshydratés d’ici, comme les griottes, s’invitent, quant à eux, tant sur nos plateaux de fromages que dans nos pâtisseries.

8. Déguster tisanes et infusions

 

Outre le vin chaud, les infusions et les tisanes sont parfaites pour la saison du réconfort. On peut découvrir des plantes et des herbes d’ici séchées auprès des jardiniers et des cueilleurs, sur leurs sites ou auprès de boutiques spécialisées, ou (tout est dans tout !) au marché de Noël.

9. Réserver ses gourmandises

 

En prévision des repas festifs, vous souhaitez servir une sélection de fromages provenant d’un artisan de votre région ? Des charcuteries d’un éleveur local ? Une bûche du pâtissier du coin ? La demande est grande, pensez à réserver.

10. Trinquer local

 

Bières, cidres, vins, hydromels, boissons à base de sève d’érable, mistelles, spiritueux, bulles et boissons de petits fruits… Remplissons nos verres de saveurs locales et trinquons à la proximité ! Celle avec notre famille et nos amis, ainsi que celle avec ceux qui remplissent nos assiettes, nos ventres, nos verres et nos cœurs !

À voir en vidéo