Le supplice des boîtes à lunch, la bénédiction de Mélanie Magnan

Mélanie Magnan, nutritionniste, fondatrice de Nutrimini et autrice du livre «Boîte à lunch».
Photo: Audrée Robichaud Mélanie Magnan, nutritionniste, fondatrice de Nutrimini et autrice du livre «Boîte à lunch».

Qui dit rentrée scolaire dit lunchs à préparer. Et pour bien des parents, cette tâche vient avec une certaine lassitude. À l’inverse, la nutritionniste Mélanie Magnan est une passionnée de boîtes à lunch : elle en a même fait la signature de son entreprise, Nutrimini. Ils sont des dizaines de milliers à suivre ses conseils sur les réseaux sociaux et à lui faire part de leurs difficultés. Un engouement si grand qu’il a mené Pratico Édition à regrouper ses trucs et recettes dans un livre intitulé Boîte à lunch.

Au bout du fil, Mélanie Magnan n’en revient toujours pas. Sorti à point nommé pour la rentrée, son premier ouvrage était déjà en rupture de stock ; des palettes de livres sont attendues aux quatre coins de la province. Depuis une dizaine d’années, la maman de deux garçons œuvre à la promotion de saines relations entre les tout-petits et la nourriture. « Accompagner les enfants, être dans le plaisir : je suis au bon endroit et j’aide de la bonne façon », dit-elle.

Très active sur Instagram, où elle partage 1001 suggestions, la nutritionniste reçoit souvent des témoignages de ses abonnés. Des échanges qui lui ont permis de mieux comprendre ce que vivent plusieurs parents quand vient le temps de faire des lunchs pour l’école. Et des conséquences que ces problèmes pouvaient avoir chez les enfants.

« J’ai commencé à faire des lunchs quand mon grand est rentré à l’école, il y a deux ans. J’avais des idées de grandeur, avec des repas à la Pinterest qui étaient beaucoup trop exigeants. Je me suis rendu compte que moi, je le faisais par plaisir, mais que ce n’était pas ça, la vraie vie. Ça mettait peut-être de la pression aux autres parents et ce n’est pas du tout ça que je voulais faire », raconte-t-elle.

Depuis, la nutritionniste a déterminé les deux grands éléments qui compliquent la préparation des boîtes à lunch : le manque d’idées et les politiques alimentaires à géométrie variable des écoles.

Des obstacles de plus

D’ailleurs, selon l’experte, il y a un lien évident entre l’inspiration en panne et une application trop zélée de la Politique-cadre pour une saine alimentation déposée par le gouvernement québécois en 2009.

Si ces mesures visent essentiellement l’offre alimentaire des écoles — la malbouffe à la cafétéria ou dans les machines distributrices, par exemple — , elles s’appliquent parfois aussi à la boîte à lunch, tout dépendant des écoles. « Je reçois des messages de parents qui me disent : “j’avais fait des muffins et ma fille n’a pas pu manger le sien parce que [l’établissement scolaire accepte] seulement des fruits ou des légumes en collation”. Des écoles vont même jusqu’à interdire les yogourts parce que ça peut faire des dégâts », relate Mélanie Magnan.

« Je ne suis vraiment pas contre la promotion d’une saine alimentation à l’école, ça fait partie de l’éducation. Par contre, je ne pense pas qu’interdire des aliments, c’est la bonne façon de le faire. On catégorise les aliments, on stigmatise les enfants et ce n’est pas ce que l’on souhaite. » On ajoute aussi du même coup des obstacles aux parents dans leur course aux bons lunchs, se désole-t-elle.

« Les parents, ce sont eux qui ont la vision globale de l’alimentation de leur enfant. Un petit coco qui ne déjeune pas le matin et qui se fait dire qu’il a seulement le droit de manger des carottes à la collation d’avant-midi, il ne pourra pas se concentrer. C’est un peu de l’ingérence d’aller jouer là-dedans », souligne la nutritionniste.

Pour Mélanie Magnan, il faut aussi revoir tout le contexte des repas à l’école. Certains établissements ne donnent pas assez de temps aux enfants pour manger ; d’autres les forcent à finir leur repas. À certains endroits, on fait manger les élèves devant un film pour ménager le personnel de surveillance débordé. Tous des éléments qui brouillent le rapport des jeunes à la nourriture, en plus de chambouler les parents qui tentent de répondre aux exigences de l’école et de leur enfant, note-t-elle.

Heureusement, des formations sont données pour mettre de meilleures pratiques en place ; la nutritionniste salue d’ailleurs l’initiative.

Le manque d’idées

Et côté inspiration ? De l’avis de Mélanie Magnan, il faut prioriser les restes du souper. « C’est ça qui est le moins compliqué : […] se préparer quelque chose à partir des restes du souper, comme le classique sandwich au poulet. » Et, à ses dires, les mets préparés d’avance et congelés dans des moules à muffins font fureur. Jumelés au thermos, ils forment un duo de choix, avance la nutritionniste.

« Pour les parents en panne d’idées, je conseille le lunch pique-nique. Des craquelins avec un œuf à la coque, des morceaux de concombres, des fruits, un yogourt, par exemple. C’est facile à faire. On peut s’asseoir avec notre enfant et lui demander : c’est quoi tous les fruits et légumes que tu aimes ? Puis, on fait la même chose pour les protéines. Ça nous fait des banques d’idées », poursuit Mme Magnan.

Elle répète qu’il faut faire confiance aux enfants et à leur instinct et, surtout, éviter de leur mettre trop de pression. « Ils sont en train d’apprendre à manger, ils développent leur goût. Le plus important, c’est de continuer à offrir des aliments, même si l’enfant ne les mange pas. Et mettez au moins un aliment que votre enfant aime dans sa boîte à lunch, ça va le sécuriser », conseille Mélanie Magnan.

Par-dessus tout, la nutritionniste veut rassurer les parents. « Vous n’êtes pas tenu à la perfection, loin de là. Il faut s’enlever de la pression. La job, ce n’est pas de faire manger votre enfant parfaitement, c’est de lui offrir à manger. »

Vox populi

Le Devoir est allé sonder quelques parents pour mousser la motivation et garnir la boîte à idées.

 

Andréanne, maman d’une fille de 4 ans

 

« Je demande à ma fille de laisser dans ses plats ce qu’elle n’a pas mangé pour adapter les quantités ou mieux connaître ce qu’elle préfère. »

 

Mathieu, papa de deux filles, 10 et 14 ans

 

« Mes aliments secours : du riz et un peu de thon en conserve. Avec des épices à dukkha ou à couscous, c’est bingo. »

 

Tina, maman de deux garçons, 11 et 6 ans

 

« Je leur demande la veille ou le matin de choisir un aliment “spécial”. Des fois, c’est une collation salée ; des fois, c’est un dessert. Comme ça, ils choisissent quelque chose qu’ils veulent manger cette journée-là. »

 

Karine, maman d’une fille de 7 ans

 

« Ce qui est gagnant avec ma fille, c’est le lunch pique-nique. Par exemple : morceaux de pizza à la tomate, craquelins et tartinade de tofu, accompagnés d’une protéine et de légumes. »



À voir en vidéo