Qu’est-ce que l’ail noir?

Virginie Landry
Collaboration spéciale, cariboumag.com
L'air noir est le résultat d'un procédé de vieillissement qui caramélise les sucres de l’ail blanc, connu sous le nom de réaction de Maillard.
Photo: Getty Images L'air noir est le résultat d'un procédé de vieillissement qui caramélise les sucres de l’ail blanc, connu sous le nom de réaction de Maillard.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Originaire d’Asie, l’ail noir est en fait de l’ail blanc qui a été vieilli pour créer cette gousse noire confite au goût particulièrement doux et au parfum umami qui rehausse délicieusement les plats. Découvert en 1999 au Japon, ce produit de luxe n’a cependant connu son heure de gloire qu’en 2006, lorsque certaines études japonaises en ont vanté les vertus anticancérigènes et le bon goût.

Tentés de chercher « comment faire son ail noir » sur les moteurs de recherche en ligne pour en faire vous-mêmes à la maison ? Vous tomberez sur plusieurs recettes en cinq ou six étapes faciles à réaliser dans un autocuiseur. Mais ne vous leurrez pas, c’est beaucoup plus compliqué que ça en a l’air. Si compliqué, en fait, que les producteurs sont frileux à l’idée de dévoiler, une fois trouvée, testée et approuvée, leur méthode de vieillissement.

Stéphanie Grenier, de la compagnie québécoise Ail en noir et blanc de Saint-Pie en Montérégie, qui produit de l’ail noir en gousses ainsi qu’une crème d’ail noir, a tout de même accepté de répondre à nos questions.

Comment transforme-t-on l’ail blanc en ail noir ?

C’est assez secret comme recette et comme méthode. Il faut savoir que ça n’arrive pas du jour au lendemain, créer sa recette d’ail noir. C’est beaucoup d’essais-erreurs.

Certains utilisent une méthode avec l’eau de mer, où l’ail est confit dans l’eau pendant plusieurs semaines, mais je trouvais que ce processus donnait un goût salin à l’ail.

Nous, on prépare notre ail noir par un procédé de vieillissement qui caramélise les sucres de l’ail blanc. C’est la réaction de Maillard, c’est-à-dire quand la cuisson d’un aliment lui fait changer de couleur et produit de nouvelles odeurs et saveurs. Les facteurs à surveiller sont la chaleur, l’humidité et le temps de vieillissement. Ça peut être aussi rapide que 30 jours, mais c’est souvent plus.

D’ailleurs, il nous arrive encore de faire des erreurs avec notre recette. C’est un procédé chimique long et complexe et il se peut qu’on gâche une recette une fois de temps en temps. L’ail nouveau récolté en été est croquant et gorgé d’eau, alors que l’ail récolté au mois de janvier possède un taux d’humidité plus bas. Il faut adapter notre méthode en conséquence.

Qu’est-ce que ça goûte ?

L’ail noir, c’est comme un vin : son goût se décrit par des notes. On ne va pas goûter l’ail en premier, puisque ce goût s’évapore lors du procédé de vieillissement. Un bon ail noir goûte le vinaigre balsamique, le caramel, la sauce soya, le café torréfié, les fruits compotés.

Le nôtre a la texture d’un pruneau confit, une texture qui ressemble un peu à un jujube. Certains sont plus humides et mous, d’autres plus fermes. Personne n’a la même recette, d’où les variations.

Comment le mange-t-on ?

Notre coup de cœur, c’est servir l’ail noir avec des fromages d’ici, sur planche, avec des charcuteries, des fruits, des noix. Mieux encore : un grilled-cheese aux fromages québécois tartiné de crème d’ail noir. Un pur délice. Pour les dents sucrées, le mariage du chocolat noir et de l’ail noir en truffes, par exemple, est divin.

Comment le conserve-t-on ?

La meilleure façon de le conserver est sous vide. Il peut alors être conservé de 18 à 24 mois. Sinon, nous, on le présente non pelé dans des pots de verre. C’est plus écologique. Il se conservera environ un an ainsi.

Planter les bulbes pour l’an prochain

De la mi-septembre à la fin octobre, c’est aussi le temps idéal pour semer les bulbes d’ail au jardin en prévision de la saison prochaine. Ainsi, les racines auront le temps de commencer doucement à se développer jusqu’au prochain dégel, et on s’assure une sortie de terre hâtive qui sera fort appréciée au printemps prochain. Ceux qui tenteront de planter les bulbes achetées au supermarché seront par ailleurs bien déçus. Il faut plutôt choisir les bulbes qu’on trouve dans les centres de jardin. On les plante les pointes vers le haut, à environ 9 cm de profondeur.

L’équipe des publications spéciales du Devoir

 

À voir en vidéo