En septembre, on mijote de la sauce tomate, on cuisine l’aubergine et on met l’autocueillette au menu

Julie Aubé
Nutritionniste et autrice
Ce mois-ci, l’aubergine est à son apogée et on peut l'apprêter en parmigiana, notamment.
Photo: Getty Images Ce mois-ci, l’aubergine est à son apogée et on peut l'apprêter en parmigiana, notamment.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Pour inviter la proximité au menu, en septembre, c’est le temps de…

1. Cuisiner les récoltes… en double !

Pendant que les étals débordent de produits locaux frais, la rentrée est une période tout indiquée pour miser sur des recettes faciles à doubler et à congeler, de façon à cuisiner du même coup un repas pour le soir même et un autre pour… un prochain congé de souper ! On double les recettes de ratatouille et, tant qu’à cuire une quiche ou une lasagne, on en cuit deux et on multiplie par deux ou trois les recettes de potage ou de sauce à spaghetti.

2. Cueillir l’abondance

Le début de l’automne rime avec une panoplie d’occasions d’aller récolter une réelle ribambelle de denrées dans les champs. L’article « Les autocueillettes de l’abondance », que j’ai publié le 21 août dernier, permettra de trouver chaussure à son pied… ou plutôt ferme où mettre les pieds !

3. Faire sa sauce tomate

C’est le temps de l’année où les maraîchers qui cultivent des tomates nous les offrent à coups de mannes et de grands paniers. C’est la saison des sauces tomate, à congeler ou à « canner », pour cuisiner pâtes, chilis, pizzas, cigares au chou et autres festins aux tomates de proximité plus tard dans l’année.

4. Déguster des cerises de terre

Véritable petit délice à déballer tel un bonbon fruité, la cerise de terre est un fruit d’ici en saison ces temps-ci qui mérite d’être invité au menu autrement qu’en décoration. On l’intègre aux compotes et aux confitures, aux salades de légumes comme de fruits, aux muffins et aux biscuits, aux croustades et autres pâtisseries.

5. Cuisiner l’aubergine

Blanche, violacée ou striée, petite, dodue ou allongée, l’aubergine est à son apogée ! On apprête cette incontournable de la cuisine méditerranéenne en ratatouille, baba ghanouj, moussaka, caponata, parmigiana, et j’en passe !

6. Déshydrater des saveurs locales

Si le congélateur commence à être bien garni, la déshydratation est une autre méthode (vieille comme le monde !) qui peut s’ajouter à nos stratégies de conservation des saveurs de saison. À l’air, au four à la plus basse température ou à l’aide d’un déshydrateur domestique, il y a beaucoup à explorer autour de l’idée de faire sécher des herbes, des fruits et des légumes.

7. Concocter des herbes salées

Avec la saison du potager qui avance, on a souvent beaucoup d’herbes et de verdures sous la main. Les herbes salées sont préparées depuis des générations pour conserver par le sel différentes herbes comme le persil mélangé à de petits légumes hachés (carotte, céleri…). On les utilise pour saler et parfumer nos soupes, nos sauces et autres plats mijotés.

8. Se chanter la… prune !

En plus de tomber dans les pommes, en septembre, c’est aussi le temps de célébrer la prune. Les vergers de proximité qui en cultivent proposent différentes variétés à croquer et à cuisiner en compotes, en sauces, en tartes, en gâteaux et autres délices. Si la pomme du Québec passe l’hiver avec nous, ce n’est pas le cas de la prune, dont la version locale n’est disponible que l’automne. Alors, savourons-la pendant qu’elle est là !

9. Profiter des couleurs

Les arbres se teintent de doré, d’orangé, de rouge. La nature passe du vert vif de l’été aux couleurs plus chaudes du début d’automne. On s’invite au spectacle en randonnant dans les parcs, les forêts, les montagnes et les champs. Pour se donner de l’énergie avec des collations aux saveurs du moment, pourquoi ne pas se préparer des pommes séchées, des barres tendres aux cerises de terre, des boules d’énergies à l’avoine d’ici, des muffins aux courgettes… et je m’arrête là ! Ce n’est pas l’inspiration qui manque au rayon des collations maison aux parfums de saison ! Toutes ces idées sont d’ailleurs parfaites à inviter dans les boîtes à lunch.

10. Transformer les restes en lunchs

En parlant de lunchs, on garde en tête que chaque « restant » de souper est un potentiel dîner ! Un reste de poulet ou de côtelette de porc tranché devient un sandwich délicieux, et un surplus de légumes grillés et de tofu se transforme en salade-repas avec des pâtes et de la féta.

À voir en vidéo