Les autocueillettes de l’abondance

Équipe des publications spéciales et Julie Aubé
Nutritionniste et autrice
S’il y a un classique, élevé au rang de tradition pour bien des familles, c’est bien celui «d’aller aux pommes», mais certains vergers proposent aussi l’autocueillette de poires.
Illustration: Getty Images S’il y a un classique, élevé au rang de tradition pour bien des familles, c’est bien celui «d’aller aux pommes», mais certains vergers proposent aussi l’autocueillette de poires.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L'autocueillette est une activité pour tous les âges et tous les goûts, qui permet de profiter du grand air et de se mettre des paysages plein les yeux en faisant ses emplettes en plein champ. On en ressort les papilles, l’âme et l’imagination gourmande bien nourries. Et parfois aussi en ressentant un peu dans son corps les efforts requis pour récolter un panier de quelque chose de savoureux, ce qui, je crois, contribue à mieux comprendre le travail des agriculteurs, à donner du sens aux aliments, à doubler de créativité pour ne rien gaspiller, et surtout à faire croître notre admiration et notre gratitude envers ceux et celles qui travaillent dans les champs pour nous fournir des aliments de qualité et de proximité. Vous l’aurez compris, je recommande à tous au moins une sortie d’autocueillette, sinon plus ! Pour vous inspirer, voici quelques pistes pour trouver chaussure à votre pied… ou plutôt ferme où mettre les pieds !

Fruits du verger

S’il y a un classique, élevé au rang de tradition pour bien des familles, c’est bien celui « d’aller aux pommes ». Certains vergers proposent aussi l’autocueillette de poires et de prunes, qui sont notamment intéressantes pour faire des provisions : les pommes locales passeront l’hiver avec nous, mais ce n’est pas le cas des poires ni des prunes. En récolter des sacs est donc l’occasion de se préparer des fruits dans le sirop, des compotes, des confitures et des fruits séchés, question d’ajouter de la variété à ses fruits locaux pour les mois plus froids.

Légumes

Que diriez-vous de partir dans le champ récolter vous-même votre manne de tomates italiennes pour les sauces ? Vos aubergines pour les ratatouilles ? Vos poivrons pour les rôtir ou les farcir à votre goût ? Des fermes maraîchères ouvrent leurs champs pour la récolte de légumes, allant des plus communs, comme l’oignon, aux plus rares, comme l’artichaut. L’autocueillette de légumes variés est plus que pertinente en famille : les enfants découvrent comment poussent les aliments qu’ils retrouvent ensuite dans leurs assiettes. Le plaisir lié à l’expérience leur donne d’ailleurs souvent envie de cuisiner avec vous au retour à la maison.

Raisins (pour la table et le vin)

Le monde du raisin est plein de possibilités : il y a l’autocueillette des savoureux raisins de table locaux (Somerset, Brianna, etc.) qu’on rapporte à la maison pour être croqués frais, ou cuisinés. Et il y a la participation à la cueillette de raisins qui appartiennent au vigneron, que l’on pourra rapporter à la maison seulement plus tard, sous forme de vin ! En effet, certains vignobles recrutent des vendangeurs (souvent en échange d’un repas et d’un bon verre), d’autres organisent des journées spéciales pour les visiteurs avec une portion visite et une portion de participation aux vendanges. Chacun ayant sa formule, on s’informe directement auprès des vignobles de son secteur pour connaître les expériences possibles.

Courges et citrouilles

Partir dans le champ récolter ses courges et citrouilles est souvent la dernière autocueillette de la saison, qui se poursuit à certains endroits jusqu’à la fin octobre. C’est réellement réjouissant de découvrir les formes, tailles et couleurs variées de toutes les variétés cultivées localement. Comme les courges se conservent plusieurs mois, on peut les récolter avec enthousiasme en sachant qu’on a du temps devant nous pour cuisiner une à une celles qui nous auront fait de l’œil.

Où aller ?

Sortez votre clavier et visitez des répertoires provinciaux (comme Terroir et Saveurs du Québec), régionaux (comme les sites des régions touristiques, des Tables agroalimentaires régionales, les routes gourmandes, etc.), ou simplement en inscrivant dans la barre de recherche le nom des produits que vous aimeriez récolter, celui de votre secteur et le mot « autocueillette ». Il y a aussi plus de 160 marchés publics au Québec qui sont également de belles portes d’entrée pour découvrir tout un réseau de producteurs de proximité : engagez la conversation avec eux pour découvrir les activités offertes à la ferme s’il y a lieu ou chez d’autres fermiers qu’ils pourraient vous conseiller. Bonnes récoltes !

Trois livres de trucs et de recettes pour conserver les aliments

Miss Conserves. Mes secrets et mes 85 meilleures recettes (Sabrina Thériault, Éditions pratico-pratiques)

Pour Sabrina Thériault, alias Miss Conserves, la mise en conserves est une vieille pratique, mais complètement adaptée à notre ère et à nos réalités, permettant de préparer des dizaines de repas en un seul après-midi et de les conserver sans avoir à encombrer le réfrigérateur ou le congélateur. Elles permettent aussi de faire des économies d’argent et d’encourager les producteurs d’ici. Son livre propose des idées autant pour contrôler la consommation de sel, de sucre ou de gras, des recettes végétariennes, végétaliennes ou sans gluten, ainsi que plusieurs recettes, des classiques aux découvertes.

Révolution fermentation : kombucha, kéfir, miso… 70 recettes vivantes et vivifiantes (Sébastien Bureau et David Côté, Éditions de l'Homme)

Selon ce livre, la fermentation n’est ni compliquée, ni difficile, ni impossible à réaliser. La fermentation maison, « c’est une panacée probiotique à petit prix qui prolonge la durée de vie des aliments ». Les aliments ainsi fermentés auraient aussi de bonnes propriétés pour le système immunitaire, digestif et nerveux.

Déshydrater les aliments chez soi (Michelle Keogh, Broquet)

Fruits, légumes, viandes, herbes… ce manuel pratique vous guide et vous conseille pour apprendre à déshydrater les aliments chez soi et propose 100 recettes. Le mécanisme est simple : un déshydrateur est toutefois nécessaire pour pouvoir appliquer cette méthode de transformation, permettant d’éliminer l’eau des aliments grâce à une température faible et à un ventilateur. Les saveurs se marient et s’intensifient, et toutes les qualités nutritives des aliments sont préservées.

L’équipe des publications spéciales du Devoir

Quelques adresses d’autocueillette

VERGERS

• Domaine de Dunham (Cantons-de-l’Est)

Ouverture de la saison samedi. Plus de 30 variétés.

• Vergers du Cap (Chaudière-Appalaches)

Vergers biologiques

• Labonté de la pomme (Laurentides)

Verger et cabane à pommes

LÉGUMES

• Potager Mont-Rouge Halte gourmande (Montérégie)

Plus de 70 variétés de tomates, aubergines, poivrons, piments, pommes, citrouilles, etc.

• Ferme Vaillancourt (Laval)

Fruits et légumes, marinades, confitures, produits laitiers, pâtisseries maison, fleurs annuelles et fines herbes.

• Ferme Quinn (Montérégie)

Présentement en autocueillette : bleuets, tomates cerises, haricots, maïs sucré, pommes Paulared et tournesols.

• L’Arc-en-ciel du Paradis (capitale nationale)

Légumes variés, bleuets, framboises, courges

RAISINS

Saison d’autocueillette des raisins de table : début septembre à la mi-octobre

• Vignoble du vent maudit (Lanaudière)

Raisins bios. Cinq cépages.

• Raisins Bio-Vital (Chaudière-Appalaches)

Cinq variétés de raisins bios. Autocueillette du début septembre à la mi-octobre.

• Raisins de table Barbara Charest (Montérégie)

Vignoble familial. Sept cépages.

COURGES ET CITROUILLES

• La Courgerie (Lanaudière)

Courgette, courges, tomates et aubergines

• Centre d’interprétation de la courge (Laurentides)

Plus de 40 variétés de courges et de citrouilles. Possible de manger sur place, au Petit Bistro du vignoble Les Vents d’Ange

• Ferme Roberge Gosselin (capitale nationale)

Ferme familiale sur l’île d’Orléans. Plus de 50 variétés de citrouilles et de courges et plusieurs légumes de saison.

L’équipe des publications spéciales du Devoir



À voir en vidéo