En juin, on retrouve la rhubarbe et la fraise, on grille des légumes et on va au marché!

Julie Aubé
Nutritionniste et autrice
En juin, quand les fraises du Québec arrivent enfin, il n’y a qu’un mot d’ordre: se bourrer la fraise!
Photo: Getty Images En juin, quand les fraises du Québec arrivent enfin, il n’y a qu’un mot d’ordre: se bourrer la fraise!

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

1. Retrouver la rhubarbe

Lorsque l’on privilégie les aliments de saison, on attend avec gourmandise le retour des fruits frais qui poussent près de chez nous. Le tout premier à pointer le bout de son nez est la rhubarbe. Je triche, puisqu’il s’agit en fait d’un légume tige… mais une fois qu’elle passe la porte de nos cuisines, la rhubarbe est la plupart du temps déclinée côté sucré ! Cela dit, je vous invite à essayer d’intégrer sa belle touche d’acidité dans un menu salé. Par exemple, remplacez le citron dans vos vinaigrettes par de la rhubarbe crue hachée finement.

2. Croquer dans le radis

S’ils ont commencé à arriver en mai, les bouquets colorés de radis se multiplient en juin et sont tout indiqués pour ajouter de la couleur et du croquant à l’abondance de verdures printanières. En plus d’en parsemer les salades et de les croquer en crudités, pourquoi ne pas essayer les radis cuits, si délicieux ? Leur piquant s’atténue et on découvre une autre facette de leur personnalité. Et saviez-vous que le feuillage des radis frais se consomme aussi ? Hachez-le avec vos fines herbes et ajoutez-le aux salades, aux trempettes et aux vinaigrettes.

3. Remplir son panier au marché

Juin marque le coup d’envoi de la plupart des marchés publics saisonniers enracinés aux quatre coins de la province. Chaque visite au marché est l’occasion non seulement d’un panier rempli de saveurs de proximité, mais aussi de rencontres, de sourires, d’échanges, d’astuces culinaires, de beauté, de gratitude et de joie. Profitez de ces précieux rendez-vous !

4. Se bourrer la fraise

Dire qu’elles sont attendues avec impatience semble être un euphémisme  ! En juin, quand les fraises du Québec arrivent enfin, il n’y a qu’un mot d’ordre : se bourrer la fraise ! Dès le matin, on garnit nos rôties de tranches de fraises et on en mélange aux yogourts. On en ajoute à nos salades du midi au soir et, pourquoi pas, à nos salsas, à nos ceviches et à nos tartares de poisson, gaspachos et poke bowls ? Au dessert, toutes nos recettes préférées se déclinent sur le ton de la fraise. Enfin, il n’est pas trop tôt pour commencer à penser aux « mois sans fraises » en préparant compotes, coulis, confitures et autres provisions.

5. Pique-niquer !

Les beaux jours sont bien installés, et toutes les raisons sont bonnes pour manger en plein air. Plusieurs fermes proposent des espaces au champ permettant de combiner pique-nique et agrotourisme, puis de repartir avec des produits de proximité. Idéal pour varier du parc du coin.
 

6. Planter ses futurs festins

Que ce soit un jardin dans la cour, un jardin communautaire ou collectif, des bacs sur la terrasse ou le balcon, le mois de juin est propice à planter ce qui deviendra nos meilleurs « festins fraîcheur » plus tard dans l’été. Pois sucrés qui se mangent comme de véritables bonbons verts ? Tomates qui mûriront au soleil sous vos yeux ? Piments pour ajouter une « chaleur maison » à vos recettes ? Fines herbes pour parfumer vos plats d’été ? Quels que soient votre espace et vos goûts, planter quelque chose qui se mange est une expérience nourrissante sur plus d’un plan.

7. Célébrer les pères

Il y aura beaucoup d’heures de lumière pour célébrer les pères qui illuminent nos vies le 20 juin, la veille du solstice d’été ! Pensez à ce qui réjouirait leurs papilles : un brunch en plein air ? Un festin de homard ? Un barbecue festif ? Un dessert aux fraises ? Des bonnes bières de microbrasserie ? Une boîte-repas de leur restaurant préféré ?

8. Découvrir la camerise

Quand on voit les drapeaux fleurdelisés virevolter à l’approche de la fête nationale, c’est un rappel qu’il faut profiter de la courte saison des camerises fraîches, ce petit fruit bleuté, fragile (à dévorer rapidement !) et au parfum réellement envoûtant.

9. Fleurs d’ail

Puisqu’il est question de virevolter, la fin juin est aussi la saison des tournoyantes fleurs d’ail ! Quand on la mange crue, c’est son goût d’ail qui ressort tandis que, cuite (sautée, grillée, en quiche…), elle s’adoucit et se déguste comme un légume vert.

10. Griller des légumes

Le mot grillades fait souvent penser aux différentes coupes de viande qui sont savoureuses sur le barbecue. Il y a aussi une foule de légumes de début d’été qui sont absolument délicieux sur le gril. Les asperges grillées sont un régal. Essayez aussi de griller des demi-fenouils ou des demi-laitues romaines (en conservant le cœur pour qu’elles se tiennent), des tranches de courgettes marinées, des fleurs d’ail et des brochettes de radis !