En avril, on accueille le crabe, on célèbre la Terre et on finit ses provisions!

Julie Aubé
Nutritionniste et autrice
Le savoureux crabe des neiges pêché dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent est de retour!
Photo: Getty Images Le savoureux crabe des neiges pêché dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent est de retour!

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Chaque premier week-end du mois, la nutritionniste et autrice Julie Aubé propose dans le cahier Plaisirs 10 trucs, conseils, astuces, outils et informations pertinentes de toutes sortes pour mettre le Québec dans nos assiettes. Comme quoi c’est possible de manger local à l’année en suivant le calendrier des récoltes et en mettant les produits d’ici en vedette de mille façons.


 

Pour privilégier la proximité dans nos menus, en avril, c’est le temps de…

1. S’inspirer des pelures d’oignon

Ma mère nous disait, lors des transitions de saison, de nous habiller « en pelures d’oignon ». Un légume qui nous inspire non seulement une stratégie vestimentaire, mais également quelques recettes printanières, puisqu’il est encore disponible en version locale. Les journées d’avril où il vaut mieux ne pas se découvrir d’un fil, on se réchauffe avec une soupe à l’oignon gratinée au fromage fermier. Celles où le soleil nous fait retirer quelques pelures, on prépare des oignons marinés, qui ajoutent une note de fraîcheur et réveillent n’importe quel plat ! Pour en faire, on porte à ébullition des parts égales de vinaigre de cidre et d’eau, avec une touche de sirop d’érable ou de miel, puis on verse la marinade chaude sur les oignons émincés. On laisse mariner au moins une heure avant de déguster.

2. Démarrer ses semis

Le mois dernier, je suggérais de commander ses semences si ce n’était déjà fait. Une fois les semences reçues, on est souvent excités à l’idée de pouvoir démarrer nos semis intérieurs. Pour ce faire, on s’assure de se coordonner avec les dates suggérées pour chaque variété et avec les différentes zones climatiques. On trouve des calendriers des semis sur les sites de plusieurs semenciers et jardineries.

3. Découvrir le sirop de bouleau

Peu de temps après le pic de la saison des sucres démarre celle du sirop de bouleau. Il faut au moins deux fois plus de sève de bouleau que de sève d’érable pour obtenir la même quantité de sirop. À l’instar de celui du sirop d’érable, le goût du sirop de bouleau évolue au fil de la saison : on y perçoit des nuances de mélasse et de caramel, avec tantôt des notes de framboises, de réglisse, de miel ou de balsamique. On l’utilise comme aromate dans nos marinades et nos vinaigrettes, pour assaisonner une trempette ou parfumer des légumes rôtis. On l’aime aussi pour donner de la personnalité à des oignons caramélisés ou en garniture sur une crème glacée !

4. Accueillir le crabe des neiges

Le savoureux crabe des neiges pêché dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent est de retour ! On l’achète entier (vivant) ou en sections (cuit). Une section correspond à un demi-crabe (cinq pattes) et suffit généralement pour une entrée, tandis qu’on prévoit, selon l’appétit, deux ou trois sections pour un repas. La façon la plus simple de savourer le goût pur, sucré et délicat du crabe, c’est de le déguster (froid ou tiède) nature, en toute simplicité !

5. Savourer les crevettes écailles

Avril, c’est aussi le début de la saison de la crevette nordique fraîche en écailles. Quelques pêcheurs sont équipés pour la faire cuire dans l’eau de mer directement sur leur bateau. Si vous la trouvez crue, le capitaine de pêche gaspésien Richard Cloutier indique qu’il suffit de porter de l’eau salée à ébullition, d’y plonger les crevettes et de compter de 25 à 30 secondes (elles devraient flotter). On les plonge ensuite dans un bol d’eau glacée pour arrêter la cuisson. M. Cloutier commence par « manger leur bedaine » (en aspirant les œufs !) avant de les décortiquer et de déguster leur chair sucrée et exquise. Avec les écailles, on prépare une bisque !

6. S’intéresser à l’agroécologie

Conjuguer agriculture et écologie pour nourrir tous les humains sans détruire la planète, c’est la prémisse du nouveau livre La révolution agroécologique, qui vient de paraître aux Éditions Écosociété. Signé par Alain Olivier, professeur à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval, ce bouquin est parfaitement intéressant à dévorer en ce mois où on souligne également le Jour de la Terre.

7. Plonger dans l’histoire culinaire du Québec

À propos de livres sur la Terre et le territoire, un autre ouvrage venant de voir le jour propose, celui-ci, de conjuguer nature et culture. Signé par la restauratrice Élisabeth Cardin (Manitoba, à Montréal) et l’historien Michel Lambert, L’érable et la perdrix (Éditions Cardinal), l’ouvrage propose une exploration de l’histoire culinaire du Québec à travers ses aliments. Un livre aussi magnifique et poétique qu’enrichissant et nourrissant, dans tous les sens du terme.

8. Décliner le chou au menu

Les choux font partie des légumes encore disponibles en version locale en avril. On les grille, on les braise, on en fait de la soupe ou des salades. Et pourquoi ne pas varier en les mangeant sous leur forme fermentée, en choucroute par exemple ? Évidemment, il n’y a pas de « vrai » chou dans la pâte à chou utilisée en pâtisserie ! Il n’en demeure pas moins que, garnie d’une crème à l’érable par exemple, la pâte à chou est tout indiquée pour les desserts printaniers !

9. Se faire un cocktail d’Avril

Avril, c’est le nom d’une liqueur québécoise inspirée de l’amaretto, mais dont la composition compte notamment des noix forestières et une touche d’érable. Avec un nom pareil, le temps est bien choisi pour le mettre à l’honneur dans son verre à cocktail ce mois-ci !

10. Savourer ses provisions

Si on a congelé des framboises ou des compotes, mis en conserve des tomates ou des cornichons, séché des bleuets ou du romarin, reçu un ketchup aux fruits ou acheté des confitures de fraises… et qu’il nous en reste… avril, c’est le temps de savourer ses provisions ! Les provisions, c’est pour ajouter de la variété à nos menus de la saison froide… et elle s’achève. Dès le mois prochain, le renouveau agricole nous apportera du « frais » à nous mettre sous la dent !

Joyeux et savoureux mois d’avril à tous !

À voir en vidéo