Faire le tour du monde à l’heure de l’apéro

Marianne Lefebvre Collaboration spéciale
Pour leurs saveurs et leur culture culinaire différentes, pourquoi ne pas opter pour des apéros des Fêtes qui vous feront voyager? 
Photo: iStock Pour leurs saveurs et leur culture culinaire différentes, pourquoi ne pas opter pour des apéros des Fêtes qui vous feront voyager? 

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Si voyager n’est pas trop dans les plans ces temps-ci, on peut toujours amener le monde dans nos maisons. Pour leurs saveurs et leur culture culinaire différentes, pourquoi ne pas opter pour des apéros des Fêtes qui vous feront voyager? Proposition de marchés et de menus qui vous en feront goûter de toutes les couleurs.

Moyen-Orient, nous voici

Les épiceries du Moyen-Orient sont le paradis de l’amuse-gueule crémeux : houmous, baba ghanouj et caviar d’aubergines, tarama, trempette au yogourt et à l’ail et j’en passe. Les charcuteries et les fromages, fort appréciés de tous, abondent aussi dans ces marchés. Ancêtre du pastrami italien, le pastirma est une charcuterie arménienne faite de viande de bœuf épicée fortement pressée et séchée à l’air. On dégustera lentement cette charcuterie dont la fabrication nécessite un mois. Profitez-en également pour faire le plein de fromages libanais fabriqués au Québec (halloumi, akawie, baladi, labneh, Cașcaval, et autres.) et d’épices prêtes à manger, telles que le zaatar (thym, sumac séché, graines de sésame grillées et sel) et le sumac moulu (lesfillesfattoush.com), une épice acidulée que vous déposerez directement sur la table pour y tremper concombres, tomates, fromages et pain avec filet d’huile d’olive.

Dans ces épiceries, vous serez aussi au paradis des fruits secs : dattes iraniennes ou israéliennes, figues, abricots et épines-vinettes, sans parler des pistaches, noix de pin ou de Grenoble (noix perses) souvent vendues en vrac, idéales pour accompagner les fromages et les charcuteries.

 

Marché Adonis : Montréal Sauvé, Centre-ville, Place Vertu, Anjou, Griffintown, Dollard-des-Ormeaux, Québec et plus.

  

Supermarché Akhavan,
6170, Sherbrooke Ouest, Montréal et 15760, boul. Pierrefonds, Pierrefonds.


 

Escapade dans les Caraïbes

En pleine effervescence, les marchés caribéens proposent de petits hors-d’œuvre frits. Les bananes plantains ainsi que les acras de morue ou de malanga, que l’on retrouve frais ou surgelés (plantagofood.com), sont assurément à goûter. Ils s’accompagnent de pikliz, un condiment haïtien piquant et fermenté à base de chou, de carottes, d’oignon et de piments forts râpés ayant mariné dans du vinaigre. Il est souvent fait de façon artisanale et vendu en pot. Le pikliz est aussi délicieux sur des tranches d’avocat, avec des olives ou dans une salade de pâtes ou de pommes de terre, en petite quantité puisqu’il est pike ampil (bien épicé).

 

Marché Méli-Mélo, 640, rue Jarry Est, Montréal

  

Marché Reynald, 1595, rue Jean-Talon, Montréal

  

Épicerie Kabowd, 300, boul. Pierre-Bertrand, Québec


   

L’Asie, haute en couleur et en fraîcheur

Ramboutan (litchi chevelu), mangoustan, corossol ou pitaya : les marchés asiatiques offrent une magnifique sélection de fruits d’ailleurs qui ne manqueront pas d’impressionner vos convives.

Concombre et menthe, tomates et basilic thaï, fromages frais, aneth et poisson fumé : les herbes fraîches, aussi très présentes dans ces marchés, offrent de douces combinaisons originales et festives à vos plats.

 

Marché Oriental, 7101, rue Saint-Denis, Montréal

  

Marché Hawai, 9204, boulevard Pie-IX, Montréal

  

Hour Hong, 6976, rue Saint-Denis, Montréal


  

La chaleur du Maghreb

Un arrêt dans un marché maghrébin est aussi garant de superbes découvertes. Un jour, je devais préparer un apéro pour des gourmands que j’affectionne particulièrement. J’aspirais à leur faire découvrir la muhammara, cette exquise tartinade syrienne à base de poivrons rouges rôtis. Mais impossible de m’en procurer.

J’arrive à L’Olivier (appelé affectueusement « zitouna » par les habitués), l’un des plus vieux marchés maghrébins, situé au marché Jean-Talon. J’y accoste le propriétaire, Mohamed Rekik, lui demandant ce qu’il y a de meilleur dans son épicerie pour sustenter mes invités à l’apéro. L’air sérieux, mais confiant, il me répond : « Ne vous inquiétez pas madame, je vais vous aider : j’ai exactement ce qu’il vous faut ! » Il disparaît derrière son comptoir et revient avec une panoplie de petites bouchées à me faire déguster. Demander, oser et goûter, voilà ce qu’il faut faire !

J’ai finalement opté pour la slata méchouia, une salade composée de poivrons verts, de tomates et d’ail grillés sur le barbecue, et de carvi. Le propriétaire m’a expliqué, images sur son ordinateur à l’appui, comment la servir, à la manière traditionnelle tunisienne. « Il vous faut les meilleures olives, le meilleur thon dans l’huile et du pain pita bien frais. À la maison, vous garnissez la salade d’huile d’olive et d’œufs cuits durs. N’oubliez pas de revenir me dire si vos invités ont aimé ça… mais je suis sûr que oui ! »

 

L’Olivier, 234, rue Jean-Talon, Montréal,

  

Boucherie Yasmine, 3710, rue Jean-Talon, Montréal

  

Marché Kohinoor, Montréal, Laval, Longueuil, Brossard, Saint-Hubert

  

Épicerie internationale Amine, 299, Saint-Vallier ouest, Québec