Pourquoi c'est important de consommer des produits locaux?

Union des producteurs agricoles Collaboration spéciale
Carottes, laitues, choux, brocolis, tomates, poivrons… le Québec produit plus de 65 variétés de légumes!
Photo: Getty Images Carottes, laitues, choux, brocolis, tomates, poivrons… le Québec produit plus de 65 variétés de légumes!

Ce texte fait partie du cahier spécial Le Petit D

Tu as probablement entendu parler de cette nouvelle tendance à vouloir consommer des produits locaux. Mais pourquoi donc ? Si tu mangeais plus de produits cultivés, élevés et transformés ici, qu’est-ce que ça changerait pour toi, pour le Québec, et même pour toute la planète ? Suis-nous, Le Petit D t’explique tout ça.

Un garde-manger diversifié…

Au Québec, chaque région a ses particularismes agricoles. Il y a par exemple les bleuets du Lac Saint-Jean, la viande de Charlevoix ou encore le miel de Gaspésie… Grâce aux progrès technologiques et à la multiplication des cultures sous serre, la production est de plus en plus diversifiée et de plus en plus étendue dans l’année. Les fraises sont par exemple cultivées jusqu’en octobre dans toutes les régions, sauf dans le Nord-du-Québec !

… et riche en légumes

Carottes, laitues, choux, brocolis, tomates, poivrons… le Québec produit plus de 65 variétés de légumes ! Ça tombe bien parce que ceux-ci regorgent d’éléments nutritifs, si bien qu’ils devraient composer la base de ton alimentation. En fait, la moitié de ton assiette devrait être constituée de fruits et légumes, selon le Guide alimentaire canadien.

Une production saine

Les producteurs québécois redoublent d’efforts pour fournir des produits de qualité et qui répondent aux meilleures pratiques de développement durable. Ils cherchent ainsi à cohabiter de manière harmonieuse avec les collectivités et à réduire la pollution en trouvant des solutions de rechange aux pesticides et aux autres produits chimiques, et visent l’amélioration de la biodiversité. En plus, comme les produits sont plus rapidement dans ton assiette, ils sont plus frais, et donc meilleurs au goût et pour la santé !

Une assiette soucieuse de l’environnement…

Les fraises du Québec voyagent en moyenne 100 km pour se rendre dans nos assiettes, tandis que les fraises américaines voyagent jusqu’à 5000 km dans des gros camions ! Tu imagines l’impact de ces milliers de kilomètres sur l’environnement ? Et sur le réchauffement climatique ?

… et du bien-être animal

Au Québec, les grands gibiers sont élevés à l’extérieur, au pâturage, sans aucun confinement, par exemple. Ils vivent en troupeau et sont libres d’exprimer leurs comportements naturels. En outre, chaque porc d’élevage doit avoir accès à au moins un jouet, et ce, peu importe son âge. Cela réduit leur agressivité et augmente leur résistance au stress. C’est bien pour eux, mais aussi pour le consommateur, qui semble bénéficier d’une viande d’une qualité inégalée et qui fait des envieux. Le porc du Québec est ainsi exporté dans plus de 80 pays !

À toi aussi d’être respectueux !

Chaque jour, les Canadiens jettent près de 500 000 laitues, plus d’un million de tomates, autant de tasses de lait, 750 000 pains et 450 000 œufs. Entre autres. En moyenne, chaque famille gaspille 140 kilos de nourriture par an. Ça coûte cher pour rien, mais surtout ce n’est pas respectueux de l’animal qui a été abattu, ni de l’agriculteur qui a travaillé dur pour que tu aies des aliments dans ton assiette. Penses-y la prochaine fois que tu ne voudras pas terminer ton plat…

Kasscrout, apprendre en s’amusant

L’Union des producteurs agricoles (UPA) t’a concocté un jeu vidéo qui t’entraîne dans un univers complètement loufoque pour découvrir l’agriculture du Québec !

Dès ton arrivée, tu plonges dans un univers parallèle qui ressemble étrangement au Québec. Tu y découvres une roulotte de rue pas comme les autres, le Kasscrout, où l’on ne sert que des plats apprêtés avec des aliments frais. Tu deviens alors l’un des coursiers de ce drôle de resto. Dans chaque mission, tu dois parcourir la carte d’un vaste territoire pour récupérer l’ingrédient demandé par le chef. Tu rencontreras des personnages avec lesquels tu devras interagir pour qu’ils te remettent l’aliment en question.

Le jeu est composé de 15 missions incluant plus de 50 minijeux. Chaque mission accomplie est récompensée par une réelle recette de La Tablée des chefs qui pourra être concoctée en famille. Les jeunes cuistots sont d’ailleurs invités à partager les photos de leurs plats sur les réseaux sociaux, avec le #KasscroutUPA.

Jusqu’au 9 janvier, tu peux également jouer en famille et participer au concours Ma région solidaire. Tu accumuleras ainsi des portions de pâté chinois qui permettront peut-être à ta région de remporter le concours. Les Moissons locales des trois régions gagnantes recevront des dons permettant à de nombreuses familles dans le besoin de passer un hiver plus doux.

 

À toi de jouer !

1. Qu’est-ce qu’un veau d’embouche ?

a) Un veau né avec des cornes

b) Un jeune veau 

c) Un veau au pelage brun 

d) Un veau qui a toujours soif

 

2. Quelle est l’utilisation des oeufs d’incubation ?

a) Ce sont des décorations pour Pâques. 

b) On en fait des omelettes. 

c) On les envoie au couvoir pour qu’ils deviennent des poussins. 

d) Ce sont des oeufs pour l’élevage de lézards.

3. Vrai ou faux ? On peut faire pousser des champignons avec du café…

 

4. Vrai ou faux ? Une production ovine, c’est une production d’ovnis…

 

5. Vrai ou faux ? L’apiculture, c’est la culture des pommes d’api…

 

6. Combien de variétés de légumes sont cultivées au Québec ?

a) Une dizaine 

b) Environ 25 

c) Près de 50 

d) Plus de 65

 

7. Vrai ou faux ? Les bleuets et les peignes vont bien ensemble…


 

Réponses :

1. b. Dans la production de boeuf, les veaux passent les premiers mois de leur vie dans les champs avec leur mère ; on les appelle « veaux d’embouche » jusqu’à l’âge d’environ un an. Ils sont ensuite engraissés pour devenir des bouvillons.

2. c. Les oeufs d’incubation sont fécondés. Une fois qu’ils auront éclos, ils deviendront des poussins qui seront ensuite élevés en poulets, dont la viande sera destinée à la consommation.

3. Vrai. Dans la culture des champignons, on peut utiliser les résidus organiques qui proviennent d’autres activités, par exemple, le marc de café et les drêches de brasserie, ce résidu de céréales ayant servi à produire de la bière qui reste dans la cuve.

4. Faux. La production ovine, c’est l’élevage d’ovins, qui sont les animaux de la famille du mouton.

5. Faux. L’apiculture (ou la production apicole), c’est élever des abeilles et en prendre soin en vue d’obtenir de leur travail le miel, la cire et les autres produits du rucher.

6. d. Au Québec, nous sommes capables de produire presque tous les légumes en saison !

7. Vrai. Le peigne est l’un des outils utilisés pour la cueillette des bleuets et d’autres petits fruits. On le nomme ainsi, car il est muni de dents. Il comporte également un récipient dans lequel sont retenues les baies une fois qu’elles sont détachées du plant.