Des traditions culinaires de Noël venues d’ailleurs

Catherine Lefebvre Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Étant donné les origines diverses des Québécois, le menu des Fêtes est plus diversifié qu’on ne le pense. Une chose est sûre : les plats sont toujours festifs, savoureux et racontent une belle histoire de traditions ! Petit tour du monde gustatif.

Noël à la martiniquaise

Chez les Québécois d’origine martiniquaise, on sert notamment à Noël le fameux boudin créole, légèrement épicé — à base, outre le sang de porc, de thym, d’oignons, de bois d’Inde et de clou de girofle. Mais il y a aussi du ragoût de porc, des pâtés de viande ressemblant à des tourtières en pochette. L’igname remplace la pomme de terre en purée. Et il ne faut pas oublier l’incontournable jambon de Noël, parfumé aux épices de la Martinique. Au dessert, la bûche de Noël est aussi au rendez-vous. Et, à ce temps-ci de l’année, on sert souvent le shrub à base d’écorces d’orange, de gousses de vanille et d’épices comme la cannelle et la muscade, macérées dans du rhum blanc.


   

Noël à la polonaise

Le repas de Noël dans les familles québécoises d’origine polonaise débute par la séparation et le partage de l’oplatek, en référence à l’hostie. Ainsi, les vœux de santé et de prospérité sont transmis entre les convives. Ensuite, on passe à table. Contrairement au menu des Fêtes très carné dans plusieurs autres cultures, les Polonais ne mangent habituellement pas de viande à Noël. Le poisson est plutôt à l’honneur. Le repas est traditionnellement constitué de 12 plats et desserts — pour représenter les 12 apôtres —, dont la  zupa buraczkowa, une soupe de betteraves, et du hareng mariné, appelé śledzie. Il est aussi de coutume de laisser une place libre à table, au cas où surviendrait un visiteur imprévu. On sait chez qui s’inviter !


   

Noël à la libanaise

Sur la table des Québécois d’origine libanaise, le repas de Noël comprend souvent de la dinde, servie avec un riz oriental mélangé avec de la viande hachée, des épices et des noix, comme les pistaches et les noix de pin. On y trouve également les grands classiques de la culture culinaire libanaise, comme la salade fatouche, le taboulé, le kibbe naye — du bœuf haché cru servi avec de l’huile d’olive, des oignons blancs crus et de la menthe fraîche — et les incontournables trempettes, comme le houmous et le baba ghanouj. Le comble des délices ! Pour dessert, au-delà de la bûche de Noël, il y a souvent du meghlé, une sorte de pouding au riz mélangé avec des épices, comme la cannelle et le carvi, et recouvert de noix. Une petite douceur aussi servie pour souligner une naissance.


 

Noël à la colombienne

Du côté des familles d’origine colombienne, on sert de la dinde aux Fêtes, certes, mais on prépare également un muchachorelleno, un plat de bœuf roulé et farci, accompagné d’une sauce sucrée à base de fruits. La lechona, un cochon de lait servi avec des pois et du riz, est aussi un classique. Il en va de même pour les tamales, faits à base de farine de maïs et garnis de viande de porc et de légumes, le tout enveloppé et cuit dans une feuille de banane, que l’on mange d’ailleurs tout au long de l’année en Colombie. Pour le dessert, les brevas con arequipe — des figues farcies au  dulce de leche — et le riz au lait servent à clore délicieusement la soirée !


 

Noël à la chinoise

Bien que la plupart des familles chinoises ne fêtent pas Noël en tant que tel, nombreuses sont celles qui se rassemblent et mangent en famille à l’occasion des Fêtes. La dinde est souvent au menu, mais sa farce est composée de riz collant. Et comme pour plusieurs cultures qui connaissent bien l’hiver, la tradition consiste à manger des aliments qui réchauffent le corps (et l’âme !). Or, deux mets populaires pour y parvenir avec brio sont le fameux hot pot, ou fondue chinoise, et les raviolis chinois, soit les savoureux dumplings. Que de bonnes idées pour varier le menu des Fêtes !


 

Sans oublier la Hanoukka

Dans les familles juives, vers la mi-décembre, c’est plutôt le moment de célébrer la Hanoukka, le festival des lumières de huit jours ! Au menu de cette semaine de festivités, on savoure notamment les fameuses latkes, des croquettes de pommes de terre, communément servies avec de la compote de pommes et de la crème sure. C’est aussi l’occasion de manger de délicieux soufganiyot, des beignets fourrés principalement à la confiture, puis saupoudrés de sucre à glacer. Allez rendre visite aux pâtisseries juives près de chez vous pour mieux connaître cette fête importante et vous régaler au passage !