La Place commune: de la solidarité dans l’assiette

Catherine Lefebvre Collaboration spéciale
Le restaurant La Place commune, cofondée par Geneviève Boulay, regroupe plusieurs projets, tels un jardin, une épicerie biologique et une cuisine de transformation de fruits et légumes locaux.
Photomontage: La Place commune Le restaurant La Place commune, cofondée par Geneviève Boulay, regroupe plusieurs projets, tels un jardin, une épicerie biologique et une cuisine de transformation de fruits et légumes locaux.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Au coin de l’avenue Querbes et de la rue Saint-Roch, dans le quartier Parc-Extension à Montréal, se trouve une jolie terrasse regorgeant de verdure. Il s’agit de La Place commune, cofondée par Geneviève Boulay, aujourd’hui directrice générale de l’organisme. Portrait de l’instigatrice de ce grand projet de solidarité alimentaire.

Bien plus qu’un restaurant, La Place commune est une coopérative propulsée par la communauté. Ce réseau de solidarité alimentaire local regroupe plusieurs projets, tels un jardin, une épicerie biologique et une cuisine de transformation de fruits et légumes locaux.

« À la base, on était des jardiniers amateurs avec un petit jardin collectif », raconte Geneviève Boulay. Contrairement au jardin communautaire, le jardin collectif rassemble les récoltes de tous pour les partager de façon équitable, plutôt que chacun produise pour soi. L’idée de départ est d’améliorer l’accès aux fruits et légumes frais et variés pour les habitants de Parc-Extension. Le tout a commencé par un petit groupe de citoyens du quartier d’origines diverses, et cela a rapidement pris de l’expansion. « On est sortis des clôtures, on est allés dans les cours arrière, on a commencé à cueillir des fruits dans Parc-Ex », raconte Geneviève Boulay.

Quelques années plus tard, en 2015, elle loue un local afin de créer un restaurant végétarien dont le menu est conçu par des cuisiniers bénévoles d’origines diverses, à l’image de Parc-Extension. De plus, tous les plats servis mettent en valeur les produits du jardin collectif.

Encore aujourd’hui, la majorité des légumes provient des surplus de fermes maraîchères de la grande région de Montréal et du jardin de production. Celui-ci est situé sur le site des Projets éphémères du campus MIL de l’Université de Montréal. De la totalité des récoltes, un tiers est donné aux jardiniers, un autre tiers à La Place commune et le reste est remis à des banques alimentaires. Quant aux fruits, ils proviennent notamment des dons de l’organisme Les Fruits défendus. Ce collectif repère des propriétaires d’arbres fruitiers à Montréal et organise des cueillettes avec des bénévoles. Les fruits récoltés sont ensuite partagés entre les propriétaires, les bénévoles et des organismes en sécurité alimentaire, comme La Place commune.

En saison, les récoltes sont souvent abondantes. C’est d’ailleurs pourquoi La Place commune possède une cuisine de transformation et une petite épicerie biologique. « Une des valeurs qu’on a tenues depuis le début est d’essayer d’offrir un menu et des produits à prix abordable, précise Geneviève Boulay. C’est aussi une façon de transformer les fruits et légumes récupérés pour réduire le gaspillage alimentaire le plus possible. »

Un rêve dans votre assiette

Toujours dans le but de participer au développement du quartier et de valoriser la richesse de ses citoyens, La Place commune accueille actuellement le projet Un rêve dans votre assiette, de l’organisme SINGA Québec. Ce mouvement international a pour but de « créer des liens entre les réfugiés et la société d’accueil ». Des femmes immigrantes sont donc invitées à partager leur savoir-faire en élaborant un menu hebdomadaire alléchant pour le restaurant.

Au moment de notre passage, les saveurs de la Turquie étaient à l’honneur. Le tout débute avec un délicieux mezze de courgettes. Le repas se poursuit par une salade de betteraves, de l’orge perlé parfumé à souhait, une ratatouille de courgettes et des böreks farcis au kale, à la bette à carde, aux épinards et à la feta. Pour deux, le repas complet nous a coûté 23 $. Voilà une savoureuse aubaine !

L’équipe d’Un rêve dans votre assiette s’installera sous peu au parc La Fontaine. Geneviève Boulay est convaincue que cette collaboration enrichissante apportera d’autant plus de diversité au menu lorsque les cuisiniers bénévoles de La Place commune retourneront aux fourneaux cet automne. Selon elle, « une communauté se construit petit à petit avec des idées que l’on partage ». Décidément, ce petit espace commun au milieu d’un quartier moins fréquenté de Montréal est un très bel exemple de l’utilité de s’impliquer dans sa communauté. Cela peut commencer par un simple café, de quoi faire germer de bonnes idées, de petits ou grands projets de société.


La Place commune, 7669, avenue Querbes, Montréal