Le bonheur est dans la fraise

Roxane Léouzon Collaboration spéciale
Josiane Cormier, dans un champ de fraises, où l’autocueillette est possible depuis peu
Fabrice Gaëtan Josiane Cormier, dans un champ de fraises, où l’autocueillette est possible depuis peu

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

« Est-ce que ça te dérange si on marche dans les champs en jasant ? Je vais aller surveiller mes enfants pendant qu’ils tentent d’attraper des grenouilles. » C’est ainsi que commence mon entrevue avec Josiane Cormier, propriétaire avec son père et son frère de la ferme Cormier, où la fraise est reine depuis quelques générations.

« Les fraises, ça a commencé par ma grand-mère, raconte l’agricultrice qui porte ce jour-là une camisole sur laquelle figure ledit fruit rouge. Avant, ma famille avait des vaches, que mon grand-père a vendues. »

Notre visite d’une partie du terrain de 85 hectares situé à L’Assomption commence par un arrêt dans les six serres abritant non seulement des fraises d’automne — une variété qui peut aussi pousser au printemps ou à l’été, indifféremment de l’ensoleillement —, mais aussi des plants de tomates, de poivrons, de haricots, de laitues, de concombres et de framboises, entre autres. La ferme est également reconnue pour ses asperges croquantes et ses activités de cueillette de citrouilles. C’est que les Cormier n’ont cessé de diversifier leur production depuis l’arrivée de leur premier représentant sur cette terre, en 1759.

Alors que nous longeons les champs d’asperges et de fraises hâtives, déjà bien rouges et dodues à la mi-juin, en direction de la fosse aux amphibiens, Josiane garde le contact par walkie-talkie avec sa progéniture, âgée de 8 et 6 ans, et avec ses employés. Elle emploie plus d’une vingtaine de personnes, dont quatre travailleurs saisonniers du Mexique. L’autocueillette d’une douzaine de variétés de fraises, qui a ouvert à la fin juin, est si populaire qu’elle est leur activité principale.

« Certaines sont plus hâtives, certaines plus tardives : ça permet de couvrir une plus longue période. Certaines ont plus de saveur, mais se conservent moins longtemps. D’autres, c’est l’inverse. Certaines réagissent mieux à la chaleur », souligne celle dont la préférée est la très sucrée Wendy, la première à se pointer le bout du nez, au début de juin.

Cette année, toutefois, la COVID-19 va compliquer un peu les choses. Les clients cueilleurs devront rester dans la rangée qui leur sera désignée, au lieu de pouvoir gambader partout dans les champs. Il pourrait aussi y avoir de l’attente pour accéder aux cinq hectares de plants de fraises en raison des règles de distanciation physique.

Une histoire de transmission

Au fil de nos pas, nous croisons un walkie-talkie échoué dans l’herbe et des sandales recouvertes de boue. Josiane signifie à tout le monde que c’est le temps de rentrer. Flanquées de marmots et d’un gros chien mouillénommé Baloo, nous prenons le chemin du retour.

C’est aux abords de la piscine hors terre familiale que nous poursuivons cet entretien. « Je me souviens, petite, de regarder les champs, de me sentir à ma place et de savoir que c’est ça que j’allais faire dans la vie », confie Josiane.

Cette amoureuse des animaux raconte avoir jadis un peu flirté avec l’idée de faire carrière en équitation et en médecine vétérinaire, pour revenir rapidement à son idée initiale. « Après avoir vendu mon cheval,c’était officiel que j’allais faire des études pour reprendre la ferme. J’ai fait un bac en agronomie à l’Université McGill et quand j’ai fini, j’étais ici à temps plein », rapporte-t-elle.

Ce que Josiane aime de son travail, c’est surtout le contact avec les gens, que lui permet sa production à échelle humaine, et la transmission de son savoir agricole. Et il y a son fruit favori. « Je pourrais manger des quantités hallucinantes de fraises par jour sans problème ! rigole-t-elle. Je pense que c’est mon plus grand moment de bonheur de l’année, quand je mange ma première fraise. Il n’y a rien qui peut accoter ça, admet-elle en regardant ses enfants barboter dans l’eau. Et puis, j’ai grandi là-dedans. J’ai des photos de moi, bébé, sur lesquelles je suis littéralement dans les fraises. »

L’amour de Josiane pour ses fruits et légumes est tel qu’elle refuse généralement de les enduire de pesticides, au point de réduire leur usage à « presque rien ». « Un producteur de grande culture, souvent, ne prend pas de risques et fera le traitement préventif. Nous, en étant diversifiés, on peut se permettre d’être en réaction. Si l’insecte vient, là on va décider qu’on traite. Et on ne fera jamais de traitement pendant les récoltes », assure-t-elle.

Par ailleurs, la ferme ne perd pratiquement aucun produit. Ils vendent presque tout aux consommateurs directement sur place, que ce soit à leur étal ou en autocueillette. Quelques épiceries du coin offrent aussi leurs convoitées asperges. Pour ce qui est des surplus, leurs trois cuisinières les transforment en ketchup, confitures, potages et desserts.

L’agricultrice espère poursuivre les activités de sa ferme pendant des dizaines d’années encore. À son plus grand bonheur, sa fille Floriane démontre beaucoup d’enthousiasme à l’idée de s’occuper un jour de l’entreprise familiale. La tradition pourrait donc se poursuivre pour une neuvième génération.

Comment se procurer les fruits et légumes de la ferme Cormier

Au stand situé au 160, rue L’Achigan à L’Assomption.

À l’autocueillette de fraises dans les champs en juin et juillet, maintenant autorisée par les autorités de santé publique.

Au marché public du village de Pointe-aux-Trembles, les samedis.

Pour les résidents de Repentigny et de L’Assomption, la livraison est disponible via la boutique en ligne.