Manger local toute l’année

Catherine Lefebvre Collaboration spéciale
Selon la nutritionniste Julie Aubé, il faut apprendre à mieux connaître notre terroir et respecter son rythme.
Photo: Ariel Tarr Selon la nutritionniste Julie Aubé, il faut apprendre à mieux connaître notre terroir et respecter son rythme.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

La nutritionniste Julie Aubé, instigatrice des événements Prenez le champ !, publie son deuxième livre, Mangez local !, dans lequel elle partage ses recettes et techniques de conservation pour suivre le rythme des saisons.

Son premier livre, Prenez le champ !, a donné naissance aux événements du mêmenom. De formidables rencontres entre les producteurs locaux et les mangeurs dans diverses régions du Québec. C’est d’ailleurs dans cet esprit que Julie Aubé a conçuson nouveau livre. « C’est tellement une suite logique de Prenez le champ !, s’exclame-t-elle. Quand on va rencontrer [les producteurs], on découvre leur village, leur paysage, on veut donc “manger plus près”. » Et le concept de « manger près » — de la nature, de leurs [aliments] nature et des gens est au cœur du livre.

« Suivez le rythme »

Pour y parvenir, il faut d’abord apprendre à mieux connaître notre terroir et respecter son rythme. La nutritionniste nous invite d’entrée de jeu dans son dernier ouvrage à adapter notre alimentation au rythme des saisons, comme une danse. Elle rappelle d’ailleurs l’un des sens du mot « rythme » selon le Petit Larousse : « Retour, à intervalles réguliers dans le temps, d’un fait, d’un phénomène. » Le parallèle qu’elle fait avec la saison des récoltes est cohérent et poétique. « Pour qu’il y ait un retour, il doit y avoir eu un départ, une pause. […] C’est aussi ce qui se produit lorsqu’on adapte son alimentation au rythme des saisons », écrit-elle.

Pour suivre les pas, le livre est composé de chapitres portant sur chaque mois de l’année. On y trouve d’abord une suggestion de petits gestes que l’on peut poser pour se rapprocher des aliments d’ici, commede s’abonner aux paniers bios en mai ou de faire des compotes d’automne en octobre.

Pour elle, il est important que ces suggestions ne soient pas perçues comme quelque chose de cérébral. « Il s’agit plutôt de petits réflexes à développer, sans devoir planifier pendant des jours ses provisions, insiste-t-elle. Mais lorsqu’on donne du sens au temps passé à préserver des aliments pour les manger plus tard, on ne le voit plus comme du temps perdu. »

Dans chaque chapitre, elle nous invite ensuite à utiliser ce temps précieux pour apprivoiser une technique de conservation, comme la mise en conserve, la congélation ou le séchage. Julie Aubé donne des trucs simples et explique surtout pourquoi il est important de stériliser ses pots avant la mise en conserve, par exemple, ou d’ajouter une feuille de chou sur les légumes en pleine fermentation.

Elle propose aussi des recettes pourhonorer les fruits et légumes d’ici tout au long de l’année. « J’ai fait toutes mes recettes en 4 ou 6 portions pour que ce soit plus réaliste dans le contexte de notre vie de tous les jours, ajoute-t-elle. Et je veux aussi inviter les lecteurs à revenir à la base. Parce que “manger près” n’est pas obligé d’être fancy. »

En effet, si l’alimentation locale et durable n’est pas toujours à la portée de toutes les bourses, elle est certainement sur toutes les lèvres, surtout ces temps-ci. Pour la rendre d’autant plus accessible à tous, il faut que les politiques agroalimentaires la soutiennent mieux, au-delà de l’intérêt grandissant des consommateurs pour les produits de saison, l’autocueilletteet l’agriculture de proximité. « Je pense qu’il faut mettre notre créativité collective à profit pour faire en sorte que l’alimentation locale soit accessible à tous, à l’année », conclut Julie Aubé.

En juillet

« Les visites de fermes et l’autocueillette sont des activités parfaites pour profiter de l’été, faire de savoureuses provisions de saison et enrichir votre culture agroalimentaire, affirme Julie Aubé. Elles vous permettront également de prendre contact avec les gens passionnés et passionnants qui produisent les aliments, de vous laisser charmer par les paysages ruraux tout en passant du bon temps en famille ou entre amis. »


À faire pendant le mois :

• Congeler des amélanches et des griottes dénoyautées entières.

• Continuer de prévoir du vert à congeler pour l’hiver : congeler plus de courgettes râpées et de pesto, du brocoli et des pois verts.

• Congeler du beurre de sauge.

• Préparer des pots de framboises dans le sirop d’érable.

• Concocter des pots de compote et de tartinade aux fruits d’été.


Mangez local !,  Julie Aubé, Éditions de l’Homme, 2020, 29,95 $