Bonnes humeurs parisiennes

La salle du restaurant de l’hôtel Meurice est inspirée du Salon de la paix au Château de Versailles.
Photo: Jad Haddad La salle du restaurant de l’hôtel Meurice est inspirée du Salon de la paix au Château de Versailles.

De passage à Paris, il fait toujours bon de butiner d’une bonne adresse à l’autre pour profiter pleinement de tout le charme de la capitale française. Hiver comme été, la Ville Lumière a de quoi plaire à tous les palais.

Notre séjour commence par une journée de grisaille en plein hiver. L’envie de classiques français réconfortants est telle que nous nous réfugions à La Poule du pot. Ouvert depuis 1935, cet établissement excelle en la matière, surtout depuis que le chef Jean-François Piège l’a repris l’an dernier. Celui qui est notamment derrière Le Grand Restaurant a nommé son bras droit, Shinya Usami, aux commandes des fourneaux. L’adresse a d’ailleurs reçu une étoile Michelin au début de l’année.

Sitôt que nous sommes attablés, la carte des vins nous est présentée dans un réel cartable mettant à l’honneur les meilleures bouteilles de chaque région française. Une fois que le sommelier nous conseille le pinot de Bourgogne dont nous rêvions, nous entamons la soirée par des escargots en coquilles et des radis et beurre salé en entrée. Si simple et si bon. Nous poursuivons avec le feuilleté de ris de veau et champignons et la joue de bœuf fondante et carottes. Mais après avoir passé notre commande, nous voyons défiler quelques généreuses assiettes de frites en monticules et notre cœur balance. Garçon ! Est-ce qu’il serait possible d’ajouter des frites ? « Quoi qu’il arrive, vous aurez des frites », nous rassure-t-il. Fiou !

Nous quittons La Poule au pot repus et amplement réconfortés, c’est comme si nous étions transportés au printemps, tellement le repas nous a réchauffé le corps et l’esprit.

Délices printaniers

Ce matin-là, le soleil est particulièrement radieux. Il est accompagné d’une ravissante invitation à un dîner d’exception. Le grand chef Alain Ducasse a la bonne idée de rassembler les chefs de cinq de ses restaurants le temps d’un repas extraordinaire à l’hôtel Le Meurice — le premier hôtel cinq étoiles de Paris.

 
Photo: Jad Haddad Saint-Jacques marinées à la bergamote et consommé aux algues de Jean-Philippe Blondet, servies lors du dîner d’exception du grand chef Alain Ducasse.

Dans la salle, la lumière se dépose doucement sur la table des convives. Les célébrations commencent par la création de Jean-Philippe Blondet (Alain Ducasse at Dorchester à Londres) : des Saint-Jacques marinées doucement, accompagnées de bergamote et d’un délicat consommé aux algues. Viennent ensuite les carottes et navets au four et ormeau fondant de Kei Kojima (Beige, à Tokyo). La cérémonie se poursuit par le loup de Méditerranée au fenouil et agrumes mentonnais de Dominique Lory (Le Louis XV, à Monaco). Alors que le plat de résistance, une selle de chevreuil, lardo di Colonnata et genièvre, nappé d’une sauce poivrade, est signé Jocelyn Herland (Le Meurice). Le pâtissier vedette Cédric Grolet clôture le tout en beauté avec son dessert complètement pistache aux allures éclatées et au goût divin. En sortant de table, nous sillonnons les grands boulevards de Paris, une agréable façon de nous alléger la panse.

Photo: Catherine Lefebvre Tout sur la pistache!, le dessert éclat du pâtissier Cédric Grolet servi lors du dîner d'exception d'Alain Ducasse au restaurant Le Meurice

Douceurs d’été

Les rues sont particulièrement animées, comme si les Parisiens s’étaient donné rendez-vous en terrasse pour célébrer le retour des beaux jours. À notre tour, nous nous posons chez Ma cave Fleury pour l’apéro. Le caviste met en vedette les champagnes de sa maison familiale fondée en 1895, en biodynamie depuis 1989. Des pionniers dans le domaine. C’est donc l’occasion de déguster de bien bonnes bulles, notamment la cuvée Prestige Fleur de l’Europe. Ce fruit d’un parfait assemblage de chardonnay et de pinot noir non dosé est d’ailleurs l’une des cuvées emblématiques de la maison.

Tout près, nous poursuivons notre parcours culinaire au restaurant Vantre du sommelier québécois Marco Pelletier. En France depuis vingt ans, il a amorcé sa carrière dans les grands établissements parisiens, à commencer par la Maison Rostang. Il passe ensuite au Taillevent, où il gère une cave de 400 000 bouteilles. De là, il évolue au restaurant L’Épicure de l’hôtel Le Bristol, pour finalement ouvrir Vantre en 2016, rue de la Fontaine au Roi dans le 11e arrondissement. Et ici, tout est dans la simplicité, de quoi laisser d’autant plus d’espace au vin pour qu’il s’exprime. Selon la recommandation de Marco Pelletier, nous prenons volontiers le plat signature de la maison, les gnocchis au beurre et à la sauge, ainsi que le plat de flanc de porc et esturgeon fumé, signés Iacopo Chomel, chef et copropriétaire de l’établissement. Nous les accompagnons du Vin de jardin de Marco, issu de son vignoble bordelais, le Domaine de Galouchey. Un bordeaux pas comme les autres, conçu dans le plus grand respect de la nature et des traditions.

Quand l’automne revient

Lorsque l’été s’achève et que les soirées sont de plus en plus fraîches, l’envie de réconfort se fait de nouveau sentir. Près de la place de la Bourse, il y a un petit bijou discrètement situé dans le passage des Panoramas. Le caviste de vins nature Racines est aussi un impeccable restaurant italien, qui a d’ailleurs obtenu sa première étoile Michelin cette année. La burrata coulante et déposée sur un lit de verdure légèrement sauté est à tomber par terre. Ce plat nous rappelle bien qu’en privilégiant les ingrédients de qualité, il y a tout ce qu’il faut pour être aux anges. Même chose pour le boudin quasi fondant et chou rouge poêlé dont l’équilibre est parfaitement maîtrisé, ou encore la langue de veau façon vittello tonnato, particulièrement bien réussie.

Photo: Catherine Lefebvre La langue de veau façon vitello tonnato du restaurant Racines

De la simplicité de très grande qualité, voilà ce que résume le mieux ce séjour parisien des plus gourmands.

Notre journaliste était l’invitée d’Air Canada.

Bon à savoir

Air Canada offre deux vols directs par jour vers Paris. aircanada.com

Rail Europe, en partenariat avec plus de 50 transporteurs ferroviaires, permet de réserver des billets et cartes de train au même endroit, peu importe les pays européens visités. raileurope.ca

À Montréal, l’exposition À table ! Le repas français se raconte est présentée au musée Pointe-à-Callières jusqu’au 13 octobre 2019. pacmusee.qc.ca