Sur la route du «gemütlichkeit»

Alors que les Britanniques ne jurent que par l’heure du thé, les Allemands prennent quant à eux très au sérieux la pause-café de l’après-midi. C’est dans les petits cafés indépendants qu’on retrouve l’essence du Gemütlichkeit.
Photo: Juan Proll Alors que les Britanniques ne jurent que par l’heure du thé, les Allemands prennent quant à eux très au sérieux la pause-café de l’après-midi. C’est dans les petits cafés indépendants qu’on retrouve l’essence du Gemütlichkeit.

Un samedi après-midi de début d’hiver, le soleil baisse lentement sur Emsdetten, petite ville au nord-est de l’Allemagne dans le comté de Münster, à proximité de la frontière hollandaise. Luzia Winter accueille amicalement les clients qui franchissent la porte de son Luzy Café.

Dans un joli décor composé de bouquets floraux de saison déposés ici et là, d’une grande table, de quelques canapés, de tables et d’un comptoir bien garni de desserts du jour, des adeptes de l’art de vivre et de la conversation de tous âges profitent de l’heure du Kaffee und Kuchen.

Trépignant de gourmandise devant l’alléchant choix qui s’offre à nos enthousiastes papilles, nous exerçons notre allemand rudimentaire en posant 1000 questions de nature pâtissière à la propriétaire, qui chaque jour confectionne ces spécialités maison.

Un gâteau aux pommes avec de la crème fouettée, un gâteau « noir et blanc » à base de fromage, un gâteau à la mousse de prunes, cannelle, prunes et chocolat noir et une option végétalienne aux fruits… « J’essaie de faire différent des chaînes qui offrent les habituels forêts-noires ou gâteaux au citron », évoque Luzia, ex-infirmière convertie à la pâtisserie, « parce que je trouvais ça plus amusant ! Je suis debout aux aurores pour préparer mes gâteaux du jour : je choisis mes recettes dans le répertoire des diverses spécialités d’Allemagne et d’Autriche ».

Si les Norvégiens ont perfectionné l’art du hygge (prononcez « hou-ga ») — concept élusif alliant confort, atmosphère chaleureuse et sentiment de paix intérieure —, les Allemands ont renchéri avec un équivalent empreint de complexité germanique, qui s’exprime dans l’intraduisible idée du Gemütlichkeit.

Une fin d’après-midi à flâner entre amis dans cun café de Berlin ou de Brême, quelques pointes de gâteau et tasses de latte qui traînent négligemment sur la table, avec un match de foot en guise de toile de fond…

Cousin germain du Gezelligheid, ce concept de convivialité à la néerlandaise), le Gemütlichkeit invite les gens à oublier le temps qui passe et toutes les calories que contiennent les délicieux gâteaux.

Alors que les Britanniques ne jurent que par l’heure du thé, les Allemands prennent quant à eux très au sérieux la pause-café de l’après-midi.

Au pays d’Heidi Klum, le rituel du goûter d’après-midi sucré a été établi dès le XVIIe siècle en Allemagne, mais c’est vers la fin du XIXe siècle que le café (autrefois réservé à l’élite) a été adopté par toutes les couches de la société. Du coup, le rituel du Kaffee und Kuchen s’est implanté dans la vie quotidienne.

Dans les centres urbains comme dans les petits bourgs, on retrouve partout de chaleureux endroits où profiter de cette charmante et savoureuse pause de la fin d’après-midi. L’Allemagne compte quelques chaînes destinées à la pâtisserie locale, mais c’est dans les petits cafés indépendants qu’on retrouve l’essence de l’esprit du Gemütlichkeit.

Dans un vaste et chaleureux café de Francfort, le Bitter Zart, nous cédons à la tentation d’une généreuse pointe de Kirsch Kuchen (forêt-noire), le classique des classiques de la pâtisserie allemande, moins sucré, plus alcoolisé et plus crémeux que les versions industrielles que l’on trouve en Amérique du Nord.

À Brême, nous faisons une escale sucrée au café Erlesenes, un sympathique repère au style bohémien où l’on peut écouter de la musique live et déguster une pointe d’Apfelkuchen (gâteau aux pommes) fait maison.

À Hambourg un dimanche après-midi, lors d’une promenade en bordure du fleuve Elbe, nous faisons quelques arrêts dans les kiosques à café en plein air, où de jeunes gens socialisent en sirotant un cappuccino et en partageant une pâtisserie.

À Berlin, la compagnie Berlin Food Tour propose aux touristes des circuits « Kaffee und Kuchen » pour aller à la découverte des plus jolis cafés de la ville et goûter à des spécialités locales, fabriquées dans la tradition pâtissière allemande.

Quelques amis avec qui converser et partager des pointes de Kuchen, un café bien chaud et une atmosphère chaleureuse. Ne reste qu’à maîtriser l’allemand pour apprécier pleinement l’art de vivre à la Gemütlichkeit.