Les nouveaux fermiers: utopie en vase clos?

Dans l’industrie agricole, il y a certainement un mouvement qui pousse de plus en plus d’agriculteurs à réfléchir à l’avenir de l’alimentation et à faire des gestes concrets afin de freiner les dégâts de la production massive de monocultures.
Photo: Jad Haddad Dans l’industrie agricole, il y a certainement un mouvement qui pousse de plus en plus d’agriculteurs à réfléchir à l’avenir de l’alimentation et à faire des gestes concrets afin de freiner les dégâts de la production massive de monocultures.

Des battants nagent à contre-courant pour faire les choses à leur façon dans l’industrie agricole. Mais tous n’ont pas les mêmes moyens pour bousculer le modèle actuel. Gros plan sur Charlevoix.

Depuis un peu plus de deux ans, la Ferme des Quatre-Temps fait beaucoup jaser en raison de sa façon novatrice de cultiver et d’élever. Et les consommateurs accueillent chaleureusement le travail de Jean-Martin Fortier et de son équipe, que l’on peut voir rayonner dans la série télévisée Les fermiers, diffusée sur les ondes d’Unis.

On y fait la connaissance de jeunes agriculteurs travailleurs et inspirants, qui démontrent que l’agriculture peut être à la fois bio, plus abordable et rentable. De quoi réjouir un nombre grandissant de consommateurs avertis et peut-être même convaincre nos gouvernements que l’alimentation durable n’est pas seulement une lubie.

Dans l’industrie agricole, il y a certainement un mouvement qui pousse de plus en plus d’agriculteurs à réfléchir à l’avenir de l’alimentation et à faire des gestes concrets afin de freiner les dégâts de la production massive de monocultures. Mais ces gestes sont loin d’être à la portée de tous, étant donné l’investissement qu’ils requièrent et les subventions qui manquent à l’appel dans ce créneau agricole.

L’envers de la médaille

Les fermiers de la Ferme des Quatre-Temps ne sont évidemment pas les seuls à remuer vigoureusement la terre de chez nous pour améliorer le fruit de leur récolte. Cependant, l’investissement effectué à Hemmingford, et plus récemment à Port-au-Persil, ne reflète pas du tout la réalité de la plupart des agriculteurs. Bien que plusieurs d’entre eux partagent sensiblement la même philosophie, ils sont loin d’avoir le même portefeuille que le milliardaire André Desmarais, qui soutient la Ferme des Quatre-Temps.

En ce sens, l’arrivée récente de la Ferme des Quatre-Temps à Port-au-Persil ne fait pas le bonheur de tous dans la région.

Photo: Jad Haddad Mélanie Villemaire, directrice de la production maraîchère à la Ferme des Quatre-Temps à Port-au- Persil, dans Charlevoix.
 

« Ça nous [les maraîchers de Charlevoix] a fait très mal, confie Guillaume Hamel-Dubois, des Jardins Écho Logiques à Saint-Aimé-des-Lacs. Depuis qu’ils sont présents au marché public de Baie-Saint-Paul, j’ai perdu 15 000 $ de vente. C’est plus de la moitié de mon salaire annuel. »

Les pertes sont aussi substantielles du côté des Jardins du Centre. « J’ai perdu facilement 25 % de ventes au marché de La Malbaie cet été », ajoute Nicolas Cimon des Jardins du Centre.

Pour sa part, Mélanie Villemaire, directrice de la production maraîchère à la Ferme des Quatre-Temps à Port-au-Persil, croit au partage des connaissances et du marché entre les agriculteurs. « Nous avons décidé de ne pas rejoindre le programme d’Équiterre d’agriculture soutenue par la communauté (ASC) pour éviter justement de nuire aux producteurs locaux », dit-elle. Au cours de l’été, elle a organisé une rencontre avec les maraîchers de Charlevoix pour discuter des divers enjeux de l’agriculture locale.

« Oui, on a de belles grandes serres et on peut se permettre de tester des outils, même s’ils coûtent cher, précise-t-elle. Mais, je pense qu’on peut aussi agir comme ferme expérimentale pour les producteurs de la région. »

Éviter la concurrence

Les enjeux de l’agriculture locale auraient dû être abordés avant le démarrage de la production, selon Guillaume Hamel-Dubois. « Mélanie est très ouverte à la recherche de solutions. Mais j’aurais aimé qu’on nous [les maraîchers de Charlevoix] demande d’abord ce qu’on produit, pour qu’on puisse être complémentaires plutôt que concurrents dans les marchés publics », dit-il. Nicolas Cimon, des Jardins du Centre, s’est installé au centre commercial il y a quelques années, parce qu’il a constaté qu’il n’y avait pas de place pour deux maraîchers au marché public de Baie-Saint-Paul.

J’ai perdu facilement 25 % de vente au marché de La Malbaie cet été 

Ailleurs au Québec, cette délicatesse est habituellement employée par les organisateurs de marchés, particulièrement les petits marchés fermiers, comme celui au métro Laurier à Montréal. « Ça fait dix ans qu’on est là [comme seul maraîcher], raconte Francis Madore, agriculteur biologique à la ferme Les Jardins d’Ambroisie à Saint-Chrysostome. Et ça fait seulement quelques années que la ferme Les Jardins d’en haut s’est ajoutée au marché. »

Pour le consommateur, l’ajout de maraîchers peut toutefois élargir l’offre alimentaire. Ce faisant, elle peut ainsi inciter plus de clients à s’approvisionner à ce type de marché. « C’est normal d’ajouter des maraîchers, ajoute Marie-Ève Savaria, cuisinière-maraîchère et conjointe de Francis Madore. La compétition fait partie de la game dans tous les domaines. Après, il faut savoir se démarquer. Dans notre cas, on nous connaît pour notre approche végane et parce qu’on cultive au-delà des critères de la certification biologique. »

Un mal pour un bien

Guillaume Hamel-Dubois l’avoue, le passage de Jean-Martin Fortier à Tout le monde en parle a eu un effet positif sur les inscriptions à ses paniers bios. « J’en ai ajouté dix cette année, confie-t-il. J’aurais pu en prendre plus, mais je voulais me garder des légumes pour le marché. Si j’avais su que j’y perdrais autant de ventes, j’aurais accepté plus d’inscriptions aux paniers. Je le saurai pour l’an prochain. »

Il va sans dire, parler d’agriculture soutenue par la communauté fait prendre conscience aux consommateurs de l’importance qu’a ce modèle agricole pour le bien de l’alimentation durable. « Il [Jean-Martin Fortier] nous a fait beaucoup de bien, ajoute Gaëlle Zwicky, responsable du réseau des fermiers de famille à Équiterre. Il va toucher beaucoup de monde qu’on ne rejoint pas forcément dans nos réseaux. C’est un super ambassadeur de l’agriculture biologique au Québec. »

Au bout du compte, changer le cours des choses pour que l’agriculture durable fleurisse davantage ici comme partout au pays, c’est formidable. C’est d’ailleurs merveilleux de constater que de plus en plus de consommateurs veulent savoir ce qu’ils mangent vraiment et qu’ils reconnaissent tout le travail qui se cache derrière chaque bouchée.

Mais cela vaut la peine de porter une attention particulière aux agriculteurs voisins, de se parler et de s’écouter surtout.

Parce que c’est une chose de partager la tarte. Mais le but n’est-il pas d’élargir la part des petits producteurs locaux parmi les sources d’approvisionnement alimentaire ?