Le goût de la camaraderie entre brasseurs

La Collabo #2 est le fruit d’une collaboration entre Oshlag et Vox Populi.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La Collabo #2 est le fruit d’une collaboration entre Oshlag et Vox Populi.

En pleine croissance, l’industrie brassicole québécoise s’appuie aujourd’hui sur le savoir-faire de plus de 200 brasseries artisanales, un nombre qui croît presque chaque mois. Concurrents en affaires, les artisans brasseurs du Québec sont néanmoins de plus en plus attirés par l’idée de collaborer entre eux pour offrir aux amateurs des produits uniques tout en partageant entre eux leur expertise. Voici deux brassins créés en collaboration, entre Montréal et Boucherville, puis Jonquière et Baie-Comeau.

La collaboration entre la Brasserie Distillerie Oshlag et la microbrasserie Vox Populi allait de soi : Étienne Turcotte, cofondateur et chef brasseur de la jeune Vox Populi de Boucherville, brasse ses parfumées créations dans les installations d’Oshlag, à Montréal. Il reste encore chez les détaillants quelques exemplaires de leur succulente, sèche et complexe Collabo #2.

« Faire une collaboration avec une autre brasserie, c’est quelque part tenter de créer une bière qui nous ressemble, croit Turcotte. Chez Vox Populi, nous sommes reconnus pour notre usage du houblon sans trop de limites », un trait caractéristique des rayonnantes saveurs de cette Collabo #2, brassée avec des houblons Simcoe, Citra, Amarillo et Nelson Sauvin. La touche Oshlag ? Sans contredit l’utilisation de maïs bleu (en harmonie avec l’orge et le blé) dans le moût, qui confère à la bière une éclatante couleur rougeâtre. « Dans le côté houblonné et fruité des arômes, puis dans l’apparence distincte procurée par le maïs bleu, on a l’amalgame de l’image de nos deux brasseries. »

Mais il y a un peu plus. D’abord, cette « levure secrète » qui confère une douce effervescence à la Collabo #2, à 6,5 % d’alcool, puis le fait qu’elle soit la somme de l’assemblage de deux bières différentes, une bière jeune brassée par Oshlag et une bière vieillie en barriques de vin rouge, celle-là par Vox Populi. Cette information étonnera les aficionados de la bière artisanale locale, Vox Populi s’étant fait connaître pour ses India pale ales et ses stouts frais, les bières barriquées ne faisant pas partie de son offre… jusqu’à aujourd’hui ; une première bière vieillie plus d’un an dans des barriques de vin blanc arrivera sur nos tablettes sous peu !

Il y a aujourd’hui plus de 200 brasseries artisanales au Québec, mais « c’est encore un petit milieu », estime Étienne Turcotte. « On se côtoie, notamment grâce aux festivals [de bière], des amitiés se créent, parce qu’au fond, on est tous dans le même bateau. Ça m’étonne d’ailleurs qu’il n’y ait pas plus de bières brassées en collaboration, parce que je pense que si des brasseurs s’unissent pour partager leur intérêt et leurs connaissances autour d’une recette, c’est d’abord par grand plaisir. »

Histoire de pêche

La collaboration entre Mathieu Roy, brasseur chez HopEra à Jonquière, et André Morin, de la microbrasserie St-Pancrace de Baie-Comeau, commence dans une tempête de neige. « Je revenais de l’Abitibi, avec ma blonde, on a décidé de s’arrêter à Jonquière pour laisser passer le mauvais temps. Me suis dit : “Tiens, on va aller visiter HopEra, rencontrer les brasseurs.” De fil en aiguille, Mathieu me dit : “Hey, j’ai fait quelque chose d’expérimental, une bière au homard !” Je l’ai taquiné : “Un instant, t’as pas le droit, c’est ma région, le homard et le crabe. Toi, c’est le bleuet !” »

André a alors proposé d’inviter les gars de HopEra à Baie-Comeau dès l’ouverture de la prochaine saison de la pêche au crabe des neiges. « Pour nous, cette collaboration prenait tout son sens, dans une approche de valorisation du métier de pêcheur, abonde le brasseur. On n’en parle pas beaucoup, mais pour nous, sur la Côte-Nord, c’est un métier important. Les gens des Pêcheries Manicouagan ont embarqué dans le projet dès le début — c’est beau de voir les employés nous porter le crabe, en disant avoir hâte de goûter à la bière. Ça crée un sentiment d’appartenance parce que c’est aussi l’objectif, réunir des gens autour d’un projet commun et créer de la fierté. Ça fait du bien. »

Saugrenue, l’idée de brasser une bière avec du crabe ? Ça, c’est l’idée de HopEra, une brasserie qui n’a pas peur d’oser les ingrédients improbables. Mais l’intégration d’un crustacé dans la confection d’une bière est déjà pratiquée depuis deux siècles en Irlande et sur les côtes anglaises : le oyster stout, ou stout aux huîtres, est un vrai délice, rappelle le chef brasseur de Baie-Comeau, qui assure que sa bitter, un style d’ale anglaise traditionnelle généralement ambrée, « ne goûte pas vraiment le crabe, mais aura des saveurs un peu iodées, marines ».

St-Pancrace et HopEra ont lancé le brassage il y a deux semaines, « dès que les bateaux prennent le large ». Deux jours plus tard, les premiers crabes arrivent à la brasserie. « On travaille avec la carapace, pas la chair — elle, on la mange ! » explique Morin, qui organise un festin avec ses employés tout en nettoyant les coquilles, lesquelles seront bouillies, « un peu comme pour faire une bisque », puis ajoutées au moût de céréales, lui aussi amené à ébullition. « Après l’avoir brassée, c’est le grand ménage du printemps dans l’usine ! » La Crâââbe bitter, titrant à 4,8 % d’alcool, arrivera chez les détaillants dans la première semaine de mai.

Parce qu’on est passionnés, travailler ensemble pour améliorer notre art en partageant nos connaissances a plus d’importance que la petite compétition qu’il peut y avoir sur les tablettes

« Les collaborations dans les micros sont aujourd’hui chose commune », estime André Morin, cofondateur de la microbrasserie St-Pancrace, ouverte à Baie-Comeau depuis presque cinq ans. Le jour de notre entretien, le chef brasseur était justement « en train de paqueter le truck de camerises » qu’il pilotera jusqu’à la microbrasserie La Souche, à Stoneham, pour créer une nouvelle recette.

Morin louange la camaraderie entre brasseurs, malgré la concurrence qui se fait de plus en plus coriace : « En fait, c’est vraiment un univers de gens passionnés, abonde le brasseur. Et parce qu’on est passionnés, travailler ensemble pour améliorer notre art en partageant nos connaissances a plus d’importance que la petite compétition qu’il peut y avoir sur les tablettes. Tu sais, les brasseurs, on échange sur des groupes Facebook privés, des questions et des réponses à propos de tel type d’équipement, de telle technique ou de tel produit… Nous sommes une majorité à croire qu’il n’y a pas grand gain à garder secrètes nos connaissances — au contraire, notre objectif est que notre industrie se développe et que le Québec devienne une région de choix dans le monde brassicole. »