Du saumon OGM dans votre assiette?

Pas dans mon assiette. Les autorités sanitaires américaines viennent de ranimer les mouvements d'opposition aux animaux génétiquement modifiés en franchissant une étape de plus dans l'homologation d'une espèce de saumon atlantique issue du génie génétique. Cet organisme génétiquement modifié (OGM), actuellement développé à l'Île-du-Prince-Édouard et au Panama, deviendrait du coup le premier animal de ce type à entrer dans la chaîne alimentaire humaine.

Au début du mois, la Food and Drug Administration — le Santé Canada des Américains — a en effet annoncé que le saumon atlantique OGM de la compagnie Aqua Bounty Technologies était «sécuritaire» et ne représentait aucun danger pour la santé humaine. L'évaluation indique aussi que ce saumon contient des vitamines, des minéraux et des acides gras similaires à son cousin éloigné naturel.

La FDA va tenir plusieurs séances publiques d'information sur ce saumon transgénique dans le cadre de son Comité consultatif en médecine vétérinaire dès dimanche prochain. Les règles d'étiquetage de ce saumon seront à l'ordre du jour.

Pour une coalition d'une trentaine d'organismes environnementaux provenant autant des États-Unis que du Canada, l'entrée de ce saumon dans la chaîne alimentaire est une menace pour l'équilibre des écosystèmes marins. Le groupe appelle la FDA a faire marche arrière en laissant le poisson OGM là où il se trouve: dans un laboratoire. «Je n'ai pas confiance en ce poisson, a indiqué hier sur le site de CNN Rick Moonen, chef cuisinier à Las Vegas. C'est un poisson surdimensionné qui va être introduit dans une société déjà obèse.»

Baptisé «AquAdvantage Salmon», ce saumon atlantique contient une hormone de croissance extraite du chinook, un saumon du Pacifique. Il a aussi été «amélioré» avec des gènes provenant de la loquette d'Amérique (anguille de roche) afin de grossir deux fois plus vite et d'offrir une meilleure résistance aux maladies communes du saumon d'élevage.

Aqua Bounty cherche depuis plus de 10 ans à obtenir de la FDA le droit de commercialiser ce poisson. L'entreprise explique que ce saumon ne peut qu'avoir un impact limité sur l'environnement et sur les espèces traditionnelles de saumon puisque son élevage doit se faire sur terre, dans des cuves hermétiques. Qui plus est, précise-t-elle, 99 % de ces saumons sont stériles.

Le Canada, où pourtant ce poisson est en partie développé, n'a pas encore statué sur son avenir commercial et alimentaire.
 
4 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 16 septembre 2010 10 h 57

    Saumon d'élevage et saumon sauvage.

    Il y a aussi la question de l'impact nocif des fermes d'élevage de saumons sur la côte ouest où cette industrie est en train de détruire les saumons sauvages. Par exemple, les saumons élevés en aquaculture sont des saumons de l'Atlantique qui sont beaucoup plus agressifs que les saumons natifs de la côte ouest et lorsqu'ils s'échappent des filets, ils risquent de se répandre dans la nature et faire éventuellement disparaître les saumons sauvages des 5 souches de la côte du Pacifique.

    Il y a aussi la question des produits chimiques qui sont utilisés pour les faire grossir plus rapidement et pour les inoculer contre les maladies et qui souvent se retrouvent dans la nature ou encore que vous allez consommer en les mangeant. Enfin ces élevages produisent des poux du poisson qui tombent des filets dans l'océan et infectent les saumoneaux natifs et détruisent lentement les montaisons des saumons qui passent là où il y a des fermes d'aquaculture.

    C'est aussi au consommateur d'exiger de montrer sur l'emballage la source du saumon et d'indiquer si c'est du saumon sauvage on d'élevage. Ensuite, il ne reste qu'à ne pas consommer le poisson d'élevage ou modifié génétiquement et de préférer le saumon sauvage. Si les consommateurs n'en veulent pas, il y a peu de doutes que cette industrie n'ira pas de l'avant avec ce projet et, bénéfice non négligeable, nous pourrons sauver les saumons sauvages.

  • isisgagnongrenier - Inscrite 16 septembre 2010 12 h 22

    Heu... NON AUX OGMs?!?!?!

    Ce qui entre dans notre assiette, et dans notre bouche (nourriture comme médicaments), c'est un gros moreau de ce qui ne fonctionne pas dans nos sociétés.

    D'où viennent toutes ces choses, dans quelles conditions ont-elles été cultivées, élevées, cueillies, tuées, dans quels produits chimiques, dans quelle ambiance ont-elles vécu, etc.

    Pouvons-nous vraiment croire qu'un animal, boosté on ne sait comment avec quel procédé infect d'hormones de croissance ou de génétique aléatoire, sans espace, sans contact avec son milieu d'origine, puisse être bon pour nous? Nous remplir, oui, mais être bon pour nous?

    En fait, je me demande, et je demande à tout le monde: est-ce qu'on en a seulement besoin? N'est-on pas satisfaitE de toute la géniale nourriture que la Terre produit néanmoins, qu'on y fasse des croisements ou pas? Moi, non, je n'ai pas besoin d'OGM, ni d'hormone de croissance, ni même de pesticides pendant qu'on y est, dans les aliments que je mange. Les aliments grandis naturellement m'impressionnent amplement.

    Les OGM, ça n'a jamais rien apporté de bon. (et ça amène bien des mauvais points. Voir à cet effet l'un des excellents documentaires sur la question: Le monde selon Monsanto)

    Pourquoi continuer alors?

  • isisgagnongrenier - Inscrite 16 septembre 2010 15 h 58

    ''Toujours plus pour beaucoup moins''

    Aussi:

    J'avais déjà lu que la surproduction, les OGM, etc, c'était pour notre bien, pour régler la faim dans le monde par une meilleure production plus rapide et plus résistante, etc.

    Je suis dépassée par ce besoin maladif de vouloir produire plus, et l'hypocrisie tolérée quand on laisse dire, sans réagir, que c'est pour pouvoir nourrir plus de monde.

    Est-ce que la révolution technologique (créant surproductions et gaspillages incroyables) a réglé la faim dans le monde? Non. Est-ce que de ''nouvelles révolutions technologiques alimentaires'' vont y contribuer? Non plus. Ça se passe ailleurs, dans les mentalités, dans le ''toujours plus pour beaucoup moins'' qui repose uniquement sur des inégalités.

    Pour une agriculture, pour une alimentation la moins altérée possible! Et pour des intérêts plus responsables de la part des compagnies qui tentent de créer de nouvelles espèces profitables!

  • J. Hardy - Inscrit 18 septembre 2010 09 h 04

    Une lecture indispensable.

    Dans les dossiers où l'on parle d'hormones de croissance, de la FDA, OGM, pesticides et autre, existe une lecture indispensable.

    Corrompus jusqu'à la moêle par le Dr Shiv Chupra. Il démontre dans son ouvrage que les décisions quant à l'innocuité alimentaire sont prises sous la pression de divers lobbies pour lesquels la direction de Santé Canada est favorable. Qui plus est, engager des gens sous-qualifiés, plus prône à approuver des substances douteuses, est la norme.

    Lorsque certains produits causent le cancer, des désordres du système immunitaire, désordres du système reproducteur, problèmes de croissance, troubles du système nerveux, lésions aux organes internes, infections diverses et j'en passe, il est fort à douter que ces produits devraient se retrouver dans nos aliments.

    ISBN : 9782922969245