Un jardin de givre

Cueillette de pommes gelées
Photo: Les vergers lafrance Cueillette de pommes gelées

Aux Vergers Lafrance, la cueillette hivernale des pommes se fait en famille élargie. Pour une quatrième année, les cueilleurs sont attendus pour décrocher un million de pommes gelées encore accrochées dans les arbres et qui finiront leur vie en cidre de glace. Une sortie en plein air pour se dégraisser le bide après les réjouissances des Fêtes.

Au téléphone, la machinerie enterre la voix d'Éric Lafrance, propriétaire des Vergers Lafrance. «Non, ça va, vous ne me dérangez pas, on est en pleine production.» Janvier étant à nos portes à ce moment-là, les employés du domaine entament le marathon de la cueillette et du pressage des pommes qui serviront à la confection de leur ligne de cidres de glace.

Cette corvée, M. Lafrance a choisi d'en faire un événement annuel plutôt que de se réserver en tout égoïsme l'épluchage des 12 000 arbres de son verger. Au total, les employés ont un mois pour cueillir les joyaux givrés, mais cette fin de semaine et le week-end prochain, tous sont invités à donner un coup de pouce à l'équipe.

Pour l'occasion, les sentiers de neige sont aménagés, tout comme une glissade pour dégourdir les petites jambes. L'année dernière, un millier de personnes ont participé aux deux jours de cueillette.

Pour la saison 2010, à Saint-Joseph-du-Lac, les doigts sont croisés pour que la température se situe entre les -5 et -12 °C, climat idéal pour décrocher les fruits des pommiers, d'après le communiqué. Si l'on suggère aux gens d'appeler au verger avant de se rendre sur place avec ses raquettes sous le bras, le propriétaire assure que rien ne sert de surveiller maladivement Météomédia au cas où le thermomètre oscillerait autour de -15 °C. «À -15 ou -20, y a pas de différence. Tant que la pomme est gelée, on peut la cueillir. C'est à zéro que ça devient un problème.» D'après l'expert, la température des deux prochains jours devrait jouer en leur faveur.

Jus haut de gamme

Les Cortland et les Golden Russet sont deux des variétés les plus tenaces qui s'accrochent encore aux branches un mois et demi après la fin de la saison de la cueillette automnale. Mûries à point, elles serviront à fabriquer la Cuvée Spéciale du Domaine Lafrance, un cidre auquel elles donneront leur goût caramélisé.

Lorsqu'on en croque une bouchée, elles ont un goût de pomme cuite, décrit le cidriculteur, digne héritier d'une lignée de pomiculteurs. «Il en faut entre 30 et 60 pour fabriquer une bouteille de 375 ml», dit-il.

Avis aux cueilleurs perfectionnistes qui, l 'automne, choisissent avec soin des fruits vermeils et parfaitement constitués, la cueillette de janvier est beaucoup moins complexe. «On ramasse tout ce qu'on voit, car en hiver, toutes les pommes sont parfaites. On n'est pas très sélectifs!» précise M. Lafrance.

Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, les pommes tombées de l'arbre — les pommes no 2 — n'entrent pas dans la confection du produit haut de gamme de la maison, ni même dans ses jus de fruits artisanaux. Elles filent directement chez les industries Lassonde pour terminer leur vie dans les jus Oasis, par exemple.

«On travaille avec le produit naturel seulement. La pomme est lavée, brossée; par la suite, on fait fermenter. On ne peut pas faire du bon vin avec du raisin ramassé par terre. C'est le même principe pour la pomme», confie le propriétaire. En matière de cidre, les Vergers Lafrance s'y connaissent, pour sortir de leur domaine plus de 150 000 bouteilles par année, dont une bonne partie se retrouvent sur les tablettes de la SAQ. À leur carnet d'exportations, dans lequel sont inscrits la France et la Chine, s'est ajouté cette année le Japon.

Un bol d'air

Pour le moment, ils ne reluquent pas de l'autre côté de la frontière. «Il ne faut pas penser États-Unis tout de suite, car les Américains demandent de la quantité et on ne pourrait la fournir aux dépens de la qualité. Chez nous, ce sont vraiment les pommes du verger qui composent nos produits, on n'achète pas les pommes ailleurs.»

Le verglas qui s'est abattu plus tôt dans la saison a un brin réduit les quantités de pommes toujours suspendues aux branches, mais selon le producteur, l'objectif d'un million de fruits cueillis devrait être atteint.

Après ce bol d'air dans les 100 hectares du verger des Lafrance, les cueilleurs volontaires devront patienter tout l'été avant de goûter au fruit de leur effort, car la Cuvée spéciale du cidre de glace sera terminée au mois d'août. Au même moment où sonnera la nouvelle saison de cueillette. Ça, c'est une vie de pomme.


***

- Les Vergers Lafrance, 1473, chemin Principal, Saint-Joseph-du-Lac, % 450 491-7859, www.lesvergerslafrance.com.