Bois-francs - Dernier appel pour la canneberge

Fraîche, séchée, en jus, en sauce ou en gelée, la canneberge est de plus en plus appréciée pour ses nombreux bienfaits.
Photo: Fraîche, séchée, en jus, en sauce ou en gelée, la canneberge est de plus en plus appréciée pour ses nombreux bienfaits.

Dans la région Centre-du-Québec, les champs de canneberges sont inondés de petites baies flottantes qui sont rassemblées pour former un grand tapis rouge, puis ramassées, nettoyées et empaquetées pour se retrouver dans les supermarchés: fraîches, séchées, en jus, en sauce ou en gelée. Fruit typique de l'Amérique du Nord, la canneberge est de plus en plus appréciée en raison de ses nombreux bienfaits pour la santé.

Même si on peut en consommer toute l'année, ce petit fruit que nos cousins européens connaissent sous le nom d'airelle (de la famille des ericaceae), est notamment apprécié pendant le temps des Fêtes. Les Amérindiens, eux, grands consommateurs de canneberges bien avant que les colons européens ne débarquent en Amérique du Nord, ne se contentaient pas de les savourer en sauce pour accompagner la dinde: ils aimaient leurs atocas déshydratés et les mangeaient souvent avec les plats de viande séchée.

C'est d'ailleurs aux Iroquois qu'on doit le nom des fameux atacas des Fêtes. Et les Amérindiens avaient déjà découvert de nombreuses utilités à la canneberge. En plus d'être une bonne source de vitamine C, elle leur servait à faire de la teinture pour les vêtements et des cataplasmes pour les blessures.

Mais la canneberge a bien d'autres bienfaits. En fait, on ne cesse de découvrir des avantages à cette petite baie au goût amer. Souvent prescrite dans les cas d'infection des voies urinaires, la canneberge, grâce notamment aux proanthocyanidines (PAC) qu'elle contient, a en effet des vertus antiadhésion bactérienne et antioxydantes reconnues.

Ces propriétés — et bien d'autres, comme la teneur en oméga-3, en oméga-6 et en flavonoïdes — permettraient entre autres d'aider l'organisme à combattre certaines maladies, dont les ulcères d'estomac, en plus de faire de la canneberge un fruit bénéfique pour le coeur, les voies respiratoires et même les dents! Ne soyez donc pas surpris si vous voyez bientôt apparaître du dentifrice à saveur de canneberges sur les étalages des pharmacies, et peut-être même des produits de beauté à base de canneberge, puisque les atocas pourraient aussi avoir des vertus antirides!

Quant aux canneberges blanches, récoltées plus tôt, avant que le fruit n'ait eu le temps de rougir, elles apportent autant de bienfaits que les rouges, en plus d'être moins amères au goût.

Pour visiter une cannebergière — jusqu'à dimanche — et en apprendre plus sur celle-ci, on peut s'adresser au Centre d'interprétation de la canneberge à Saint-Louis-de-Blandford: 819 364-5112, www.canneberge.qc.ca. Tourisme Bois-Francs: 819 758-9451, www.tourismeboisfrancs.com.

***

Collaboration spécialee