Le Petit Poucet retrouve le chemin du succès

L’institution traditionnelle préserve le culte de la tarte au sucre et de la tarte aux pois.
Photo: L’institution traditionnelle préserve le culte de la tarte au sucre et de la tarte aux pois.

Quand une institution comme restaurant le Petit Poucet, à Val-David, disparaît subitement, c'est toute la collectivité locale qui s'en trouve affectée et qui vit le drame d'une telle disparition. Comme la première fois, c'est le feu qui a mis fin brutalement aux espoirs de Carole Nadon, la propriétaire, dans la nuit du samedi au dimanche 6 mai 2007.

Tous ceux qui vont dans les Laurentides connaissent le Petit Poucet pour s'y être arrêté au moins une fois pour déguster son célèbre jambon à l'érable, ses fèves au lard et sa soupe aux pois traditionnelle. Cette institution traditionnelle préserve encore le culte de la tarte au sucre, des fèves au lard et du «vrai» sirop d'érable, que l'on y utilise par gallons.

En construisant le premier restaurant, dans les années 45, les propriétaires de l'époque ne pouvaient s'imaginer que la nourriture populaire qu'ils servaient attirerait un jour les foules de Montréal et d'ailleurs et que la réputation du célèbre jambon du Petit Poucet ferait le tour du Canada.

Une fidélité garante de réussite

«Pourquoi changer une formule gagnante?» demande Mme Nadon, dont le conjoint vient avec talent de reconstruire une copie exacte du Petit Poucet d'avant. On aurait pu changer le style, moderniser, mais le concept de la cuisine traditionnelle demeure un concept classique, auquel convient le mariage du bois et des petites nappes à carreaux, dans l'esprit des chaumières québécoises. Le chef, Réjean Campeau, est lui aussi demeuré présent et perpétue depuis une quarantaine d'années, sans se soucier des modes, la cuisine québécoise à son meilleur.

Seule concession: on a doté aujourd'hui la cuisine des normes de fabrication moderne, tel un laboratoire, car cette année, le Petit Poucet a étendu son territoire, ainsi que sa commercialisation dans tout le Québec. En effet, ses fèves au lard, sa tourtière et son jambon voyagent au-delà des Laurentides et sont désormais offerts dans plusieurs points de vente de la province.

Tout en bois

En 1945, le premier restaurant le Petit Poucet avait été construit uniquement en bois. Une famille européenne y avait établi son commerce et le patron y fumait déjà le jambon à l'érable, une tradition que perpétuera par la suite la famille Nadon. Ce restaurant deviendra au fil du temps le pied- à- terre de voyageurs, de touristes et de gens de l'endroit recherchant l'authentique menu québécois. Pas moins de mille personnes peuvent ainsi y consommer le petit-déjeuner traditionnel et apprécier cette cuisine de maison, oubliant les calories.

Carole Nadon, qui est devenue la seule propriétaire, mise désormais sur le développement de son entreprise et peut-être sur une forme de franchisation du Petit Poucet. Présente au Salon international de l'alimentation, au mois de mars dernier à Montréal (SIAL), elle a présenté «l'image» Petit Poucet et les produits qu'elle souhaite commercialiser. Cette initiative semble intéresser les chaînes alimentaires mais risquerait de faire perdre l'intérêt, reposant sur l'artisanat, que représente une telle entreprise.

Le Petit Poucet a retrouvé son chemin, celui d'avant, mais son GPS des temps modernes pourrait bien lui faire prendre d'autres directions.

n Restaurant Le Petit Poucet, 1030, route 117, Val-David, % 819- 322-2246.

***

Philippe Mollé est conseiller en alimentation. On peut l'entendre tous les matins à l'émission de Joël Le Bigot, Samedi et rien d'autre, à la Première Chaîne de Radio-Canada.

***

Recette de la semaine - Nouilles chinoises et boeuf à l'orange

- 300 g de nouilles chinoises au blé

- 150 g de lanières de boeuf

- 45 ml d'huile végétale

- 1 orange, pour le zeste et le jus

- 45 ml de sauce soja

- 125 ml de bouillon de volaille

- 2 ml de piment haché

- 2 gousses d'ail haché

- 15 ml de coriandre hachée

- 100 g de haricots verts émincés

- Sel et poivre au goût

- 15 ml de fécule de maïs

Faire chauffer l'huile et faire revenir les lanières de boeuf vivement pendant 1 ou 2 minutes puis réserver.

Cuire les nouilles à l'eau bouillante et les égoutter. Dans un wok, faire chauffer le bouillon de volaille avec la sauce soja, l'ail et la coriandre. Cuire les haricots pendant 2 à 3 minutes dans ce bouillon. Ajouter les nouilles, le piment, le zeste d'orange et le jus. Mélanger la fécule avec 30 ml d'eau et verser sur le tout. Ajouter le boeuf, mélanger et assaisonner.

***

Biblioscopie

LA FABULEUSE

HISTOIRE DES LÉGUMES

Evelyne Bloch-Dano

Éditions Grasset

France, 2008, 180 pages

***

Voici un ouvrage de référence incomparable pour le commun des mortels. Un livre bien fait et explicite qui raconte l'histoire extraordinaire des légumes. On y découvrira les origines des oubliés du potager, par exemple celles du topinambour, découvert selon l'auteure chez les Indiens du Canada. L'ouvrage nous permet ainsi de mieux apprécier les légumes et surtout de mieux comprendre cette science qui appartient désormais aux jardiniers.

***

Gastroscopie - Parcours gourmand à travers la région de Québec

Cinq semble être le chiffre magique pour les organisateurs du Parcours gourmand 2008-2009. Profitant des fêtes du 400e de la ville de Québec, 50 entreprises s'associent cette année pour un parcours qui couvre cinq régions proches de Québec. Il s'agit de Portneuf—Jacques-Cartier, de l'Île d'Orléans, de la Côte-de-Beaupré et de la région de Charlevoix, et bien sûr de la région de Québec. Le Parcours regroupe 36 transformateurs, 10 tables touristiques et gastronomiques et quatre kiosques de vente de produits. Pour informations : www.parcoursgourmand.com

À voir en vidéo