La passion brassicole

La boutique Le Sixième Continent, au nouveau marché couvert de Sorel, offre un choix unique de 225 bières, dont 80 % proviennent de brasseries et de microbrasseries du Québec.
Photo: La boutique Le Sixième Continent, au nouveau marché couvert de Sorel, offre un choix unique de 225 bières, dont 80 % proviennent de brasseries et de microbrasseries du Québec.

Richard Pontbriand affiche cette bonhomie rassurante qui procure un certain sentiment de «confort alimentaire» dès la première rencontre. C'est un passionné comme on en rencontre peu. Ce vieux de la vieille, de l'école Steinberg, a su adapter ses expériences à l'alimentation d'aujourd'hui.

Dans les années 70, bien avant tout le monde, Richard s'intéressait au monde brassicole et à l'histoire de la bière. Lectures et voyages ont fourni la réponse à cette passion ainsi qu'une confirmation additionnelle de ses convictions. Il voulait parler bière et peut-être en vivre.

Vingt-cinq ans plus tard, le pari est gagné. Son unique magasin est installé au vieux marché de Sorel. Non seulement il participe à la revitalisation de la ville en y attirant une clientèle inespérée, il fait surtout augmenter l'intérêt pour une des plus vieilles boissons du monde: la bière.

Le nouveau et charmant marché couvert de Sorel, ouvert depuis un an, gagne en popularité tout en accroissant sans cesse son achalandage et, surtout, la qualité de ses commerçants. Avec sa nouvelle boutique, Le Sixième Continent, Richard Pontbriand contribue largement à cette popularité en offrant un choix unique de 225 bières différentes. 80 % de ces produits proviennent de brasseries et de microbrasseries du Québec, pour le plus grand bénéfice des consommateurs.

Loin de la caisse de 24

Richard s'adresse aux gourmets et aux amateurs avisés de sensations fortes qui aiment découvrir de nouvelles saveurs. Outre les nombreuses bières, très variées, il propose des accords avec les mets, joue les marieurs avec les épices ou le chocolat et n'hésite pas à faire goûter si le client semble incertain. Pas question pour lui de consommer de la bière comme on le ferait dans le cas d'une simple caisse de 24 ordinaire. Les bières rares ou de spécialité doivent s'apprécier au même titre qu'une bonne bouteille de vin.

Richard Pontbriand associe l'engouement actuel pour les bières de microbrasserie à celui qu'on observe pour le café ou les huiles d'olive. Selon lui, la nouvelle génération sait apprécier la vie. Cette génération, comme il aime à le dire, provient autant de Sorel que des chic quartiers d'Outremont.

On vient de partout pour voir Richard Pontbriand, non seulement de la région immédiate de Sorel mais aussi de Trois-Rivières, de Québec ou de Montréal, pour obtenir conseil et acheter les bières rares que bien peu de commerçants peuvent offrir. «C'est le jeu de l'offre et de la demande, affirme-t-il, puisque les brasseurs qui me découvrent me proposent eux aussi des bières d'essai ou encore des bières spécialement aromatiques qu'il faut savoir vendre.»

C'est une véritable aubaine pour la région et la ville de Sorel, qui se cherchent de nouvelles idées ou une vocation agroalimentaire qui attirerait de nouveau les gens.

Bières fines

Richard est un assidu des festivals. L'Oktoberfest est avant tout une fête bavaroise, certes, mais il prend chaque année une dimension différente au Québec. L'automne, selon lui, est propice aux découvertes, particulièrement sur le plan gastronomique. «Je vends plus de bières fines d'ici ou d'ailleurs, comme celles des trappistes, souligne-t-il, lorsque le temps des mijotés arrive.» Plus rien ne l'étonne: en effet, comme c'est le cas dans le reste du monde des affaires, il parle du jeu de chaises musicales auquel se livrent les grandes brasseries. «On vend et on achète comme on achète au marché», ajoute-t-il avec son large sourire. Un jour, on est au Québec, puis en Ontario avec Sleeman, et on devient ensuite japonais. Demandez à Robert Charlebois ce qu'il en pense!

Qu'il s'agisse d'une bière à la citrouille ou à l'orge noire, d'une blanche de Charlevoix ou d'une rousse des Îles, peu importe: je découvre ici plein de nouvelles bières, rangées au garde-à-vous. Dans sa boutique, à l'entrée du marché, on observe un va-et-vient permanent de visiteurs et de curieux s'installant aux comptoirs. Tout comme moi, ils sont novices en la matière. Puis, petit à petit, après avoir essayé, comparé et goûté, on revient et on finit par devenir connaisseur. Une boutique consacrée à la bière et à sa littérature, il fallait y penser.

Richard Pontbriand est au téléphone: on lui propose une nouvelle bière d'une microbrasserie près de Québec. D'emblée, il offre aux jeunes brasseurs, qui ont la broue dans le toupet, d'essayer leur bière et de la vendre. Demain, quatre bières viendront augmenter ses stocks. Richard vit son rêve et ses passions, qu'il va chercher sur les six continents.

- Le Sixième Continent, Marché de Sorel, tél. (450) 746-9090, www.sixiemecontinent.qc.ca.

***

Recette

Pétoncles des îles, croustillant de lomo* et purée de petits pois au miel, accompagnés de feuilles de rapini

Recette dédiée à l'équipage du Sedna IV, concoctée avec ce qu'il reste d'ingrédients à bord du navire après dix mois dans l'Antarctique.

Pour quatre personnes

- 1000 ml (4 tasses) de petits pois surgelés

- 30 ml de miel

- 45 ml d'huile d'olive

- 100 g (3 onces) de lomo (longe de porc ou de boeuf séché ou fumé)

- 30 ml d'huile d'olive

- 15 ml de sauce soja

- 90 g (3 onces) de pétoncles par personne

- 2 ml d'ail en poudre

- 60 ml de vin blanc (caché par Jean Lemire)

- 2 ml d'estragon séché

- 45 ml de beurre

- 250 ml de feuilles de rapini

- Sel et poivre au goût

Faites cuire les petits pois dans de l'eau salée, égouttez-les et pressez-les avant de les passer au robot avec le miel et 45 ml d'huile d'olive. Assaisonnez et réservez au bain-marie.

Découpez le lomo en petits copeaux ou en tranches fines et faites-le rôtir sous le gril du four pendant deux minutes.

Faites mariner les pétoncles cinq minutes dans le mélange d'huile et de sauce soja avec l'ail en poudre (ne salez pas). Faites revenir vivement les pétoncles une minute ou deux et réservez.

Ajoutez le vin blanc et l'estragon, puis finissez la sauce avec les petits morceaux de beurre froid. Versez le jus restant avec les pétoncles dans la sauce et faites réduire à la bonne consistance. Faites frire les feuilles de rapini à l'huile 30 secondes.

Dressez la purée en premier avec les copeaux de lomo sur le dessus. Ajoutez les pétoncles et les feuilles frites. Répartissez la sauce tout autour du plat.

* On peut remplacer le lomo par du jambon cru ou encore du bacon de dos. Cependant, on peut trouver du lomo à Montréal, à la boucherie Capitol du marché Jean-Talon.

- Truc: sur le dessus des feuilles de rapini, ajoutez un soupçon de sucre à glacer.

***

Biblioscopie

Cuisine de Bretagne - Isabelle Brancq-Lepage, Éditions Marabout, 2006, 159 pages

Une cuisine simple et adaptée avec des produits de Bretagne, comme l'artichaut ou le coco de Paimpol. Une vaste place est aussi accordée aux produits marins, au far breton et aux galettes. Plus de 100 recettes bien illustrées et plus alléchantes les unes que les autres, assez faciles à réaliser même si on n'a pas la dextérité d'un chef.

***

Gastroscopie

La grande fête du canard

Tout le monde parle de la fête du canard qui se déroulera à Knowlton aujourd'hui et demain, puis les 30 septembre et 1er octobre.

Course de canards et dégustation de plats à base de canard dans plus de 20 restaurants qui célèbrent ainsi le mois du canard.

Artistes invités et jeux divers seront au programme tout au long de ces fins de semaine aux couleurs estriennes riches en saveurs.

***

Week-ends gourmands à Rougemont

Avec l'automne, on annonce les couleurs et les vendanges mais aussi les pommes. Jusqu'au 9 octobre, la magnifique région de Rougemont célèbre la pomme et les cidriculteurs.

Démonstrations culinaires et dégustations seront offertes dans une quinzaine d'établissements. Horaires et renseignements sur les dégustations: www.tourismerougemont.com.

***

Philippe Mollé est conseiller en alimentation. On peut l'entendre tous les samedis matin à l'émission de Joël Le Bigot, Samedi et rien d'autre, à la Première Chaîne de Radio-Canada.