Yawinonh: accompagner la femme à chaque cycle de sa vie

Sophie Ginoux
Collaboration spéciale
Yawinonh puise dans les savoirs des Premières Nations et dans notre modernité pour célébrer la féminité.
Photo: Maude Colin Photographe Yawinonh puise dans les savoirs des Premières Nations et dans notre modernité pour célébrer la féminité.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Il existe une panoplie de produits, de soins et de traitements destinés aux femmes sur notre marché. Mais combien d’entre eux les soutiennent tout au long de leur vie, des premières règles jusqu’à la ménopause ? C’est la mission qu’une entrepreneuse wendate s’est donnée en créant Yawinonh, qui puise dans les savoirs traditionnels des Premières Nations et dans notre modernité pour célébrer la féminité. Une très belle idée cadeau alors que le temps des Fêtes est à nos portes…

Alexandra Picard-Sioui se décrit elle-même comme une femme, une mère, une belle-mère, une amie, une amoureuse, une amante, une complice, une confidente. Et depuis peu, cette Wendate est aussi devenue une entrepreneuse. « J’ai eu une grande révélation quand j’ai commencé à faire de l’accompagnement holistique à la naissance, raconte-t-elle. En étudiant dans cette spécialité, je me suis replongée dans les savoirs ancestraux de ma nation, et j’ai décidé de les faire revivre et rayonner. »

Prendre soin de soi

Un plan d’affaires et un lopin de terre commerciale plus tard, Yawinonh, qui signifie « jeune femme » en langue wendate, a vu le jour. En se basant sur cette nation, au sein de laquelle la femme occupe une place centrale, ainsi que sur les principes de la roue de la médecine, Mme Picard-Sioui souhaite accompagner tous les cycles de la féminité.

Cette quête se traduit tout d’abord par une boutique, qui propose des produits pour prendre soin de soi. « On y retrouve une petite ligne corporelle (baume, savons, sels de bain, huile) confectionnée à Québec (Les produits Fleurie), ainsi qu’une section d’ingrédients pour des boissons et des infusions (plantes séchées, tonique, sirops, etc.), des bougies (dont une au foin d’odeur), des produits de fumigation (encens, conifères, accessoires, etc.) et des trousses signature pour réaliser des rituels traditionnels féminins », explique l’entrepreneuse.

Services holistiques et créatifs

Yawinonh, tout comme la femme, comporte plusieurs dimensions. Alexandra Picard-Sioui est donc en train de monter une programmation vivante composée de conférences et d’ateliers permettant de se préparer à la naissance, d’intégrer des plantes médicinales à sa routine quotidienne, ou encore de bien vivre ses menstruations ou sa ménopause. Elle a aussi organisé, le 1er octobre dernier, un premier événement de deux jours. « Nous avons notamment assuré des ateliers, des séances de yoga et un bain de forêt nocturne », indique joyeusement l’entrepreneuse, qui a hâte de répéter l’expérience.

Comme elle souhaite également que Yawinonh devienne une vitrine de l’art et de l’artisanat autochtones au féminin, Alexandra Picard-Sioui travaille à l’aménagement d’une salle de création et d’exposition où le perlage, le tissage, la poterie et la confection de tambours seront à l’honneur. Bref, ce n’est ni d’idées, ni d’engagement, ni de bienveillance que manque Alexandra Picard-Sioui, bien décidée à reconnecter les femmes avec leur jardin intérieur.

Le bien-être en cadeau

Que ce soit sous forme de produits ou d’activités, il y a 1001 manières d’offrir (et de s’offrir) du bien-être grâce à des initiatives locales. En voici quelques exemples.

Spa à la maison

Après deux ans de recherche, le Strøm spa nordique a lancé, au mois d’octobre, une ligne de soins pour prolonger l’expérience du spa chez soi. Nommée Boréal, cette gamme de 14 produits végétaliens, sans gluten, fabriqués au Québec et non testés sur les animaux s’inspire de la nature nordique avec des ingrédients comme l’épinette noire, le chèvrefeuille bleu, l’érable rouge, le pin gris, la camomille sauvage ou le cèdre blanc. En plus de soins pour le visage (démaquillant, crème, masque, exfoliant, sérums, etc.), la ligne comporte plusieurs produits pour le corps qui se glissent parfaitement dans un rituel de bien-être : un exfoliant purifiant et rafraîchissant, une huile nourrissante pour le corps et les cheveux, ainsi que trois huiles essentielles aux propriétés relaxantes et ressourçantes. Un coffret parfait pour les Fêtes à venir. 

Cocooning au masculin et au féminin

À l’occasion de Noël, pourquoi ne pas préférer aux ensembles contenant des produits bourrés d’ingrédients chimiques des solutions locales, naturelles et efficaces ? Nous disposons effectivement ici de petits bijoux pour notre peau et notre bien-être. Au féminin, par exemple — quoique cette ligne peut aussi s’adresser aux hommes —, la marque montréalaise Idoine, née de plusieurs années de recherche en cosmétologie et en aromathérapie, propose des produits performants biologiques, véganes, zéro déchet et aux ingrédients locaux. Par exemple, la crème ultrariche de la gamme  contient à elle seule de l’huile essentielle de peuplier baumier, de thé du Labrador et de thuya occidental, ainsi que des huiles de cameline, de squalane et du beurre de chanvre, tous concoctés au Québec et aux vertus antiâge, nourrissantes et cicatrisantes avérées. Un vrai concentré de bien-être pour la peau en hiver.

Du côté des hommes plus spécifiquement, Ophélia Nagar, propriétaire de deux salons de coiffure Menz Club à Québec, a collaboré avec des chimistes d’expérience pour créer des produits capillaires à la fois élégants, réfléchis et véganes, avec une petite pointe d’originalité en prime. La collection, produite au Québec, est composée du Babyface Killer, un ensemble pour faire pousser la barbe, d’un shampooing rechargeable en canette accompagné de son distributeur (chouette !) et d’un trio coiffant. 

S’initier à la poterie

Tout comme le yoga, l’art de la poterie permet de se raffermir en douceur les bras, les poignets et les mains, tout en vivant une expérience émotionnelle et créative. Voilà pourquoi une visite aux Faiseurs, situé au coeur de la Petite Italie à Montréal depuis 2018, pourrait constituer une bonne idée cadeau. Que trouve-t-on sur place ? Tout d’abord, un lieu où on peut boire et manger entouré de collections saisonnières de céramique réalisées par des artisans québécois. Et pour ceux qui ont envie de mettre la main à la pâte, ils peuvent soit faire de la peinture sur céramique, soit participer à un atelier d’initiation à la poterie. Pendant deux heures et demie, ils acquerront les rudiments du tournage en petit groupe, accompagnés par un professeur, avant de venir récupérer sa pièce finalisée quelques semaines plus tard. Il est aussi possible de planifier des sessions de plusieurs semaines pour perfectionner ses compétences, ou bien pour suivre des cours parents-enfants. À découvrir ! 

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.



À voir en vidéo