Bloc-notes gourmand

Maryse Deraîche
Cahier Plaisirs
Les Premiers Vendredis revienent pour une dixième année sur l’esplanade du Parc olympique.
Photo: Bruno Destombes Les Premiers Vendredis revienent pour une dixième année sur l’esplanade du Parc olympique.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Nouveautés, événements, activités éphémères… Chaque semaine, le cahier Plaisirs vous fait part d’actualités gourmandes à ne pas manquer.

Rendez-vous du vendredi

 

On les attend chaque année avec impatience et ils seront de retour à compter du 3 juin prochain : Les Premiers Vendredis de l’esplanade du Parc olympique. Cet événement de cuisine de rue revient pour une dixième année et, pour souligner l’occasion, un nouveau concept culinaire a été développé mettant en valeur les différentes communautés culturelles du Québec : la rue culturelle. En plus des kiosques et des comptoirs de restauration traditionnels, un emplacement est réservé à la thématique culinaire du mois. Le Mexique sera à l’honneur le 3 juin.

Pour présenter la rue culturelle spécial Mexique, Les Premiers Vendredis ont choisi comme invités d’honneur Maria Chavez et Hector Veladiz, propriétaires du restaurant Maria Bonita, implanté au cœur de Montréal sur le boulevard Saint-Laurent depuis plus de 20 ans. D’autres commerçants tels que Ariz5, Mad Mexican, Arriba Burrito, Calaveras, Mi Corazon, Masa, Andros El Tacos et Lili et Gordo seront aussi de la partie pour faire découvrir cette belle gastronomie aux Montréalais affamés.

Autres nouveautés cette année : un espace 100 % Québec constitué de commerçants locaux, une nouvelle roulotte Cuisine libre pilotée par le chef Clément Boivin (La cabane d’à côté, du Pied de Cochon), des fermes locales et un comptoir de la Distillerie de Montréal.

Une ambiance musicale sera assurée grâce au talent de plusieurs DJ, et on retrouvera plus de 40 restaurateurs qui offriront le meilleur de la cuisine de rue montréalaise.

 

Les Premiers Vendredis, dès le 3 juin, de 16 h à 23 h, sur l’esplanade du Stade olympique, entrée gratuite

Cora fait son entrée en épicerie

 

La populaire marque de déjeuners lance deux nouvelles préparations pour crêpes : nature et chocolat. Pour préparer les crêpes Cora, il suffit d’ajouter au mélange du lait ou la boisson végétale de son choix. Deux minutes de cuisson à la poêle sont nécessaires, puis c’est servi !

« Les crêpes Cora font partie des incontournables dans nos restaurants depuis les tout débuts ! Nature ou avec ajout de fruits et de diverses garnitures, elles sont populaires autant auprès des adultes que des enfants qui en redemandent. Notre souhait était de créer des moments de bonheur dans les maisons de nos fidèles clients et aussi de faire redécouvrir nos crêpes aux amateurs de bons déjeuners », souligne madame Cora Tsouflidou, la fondatrice.

Les préparations pour crêpes sont donc un choix intéressant pour sortir de la routine d’un matin de semaine pressé ou pour un déjeuner en plein air, en camping. Les préparations pour crêpes Cora sont offertes dans un format familial de 700 g, soit l’équivalent de 28 crêpes. Le format pratique de l’emballage refermable permet de conserver la fraîcheur du produit durant 12 mois.

Offertes dans les supermarchés du Québec au coût de 8 $

Un nouveau biergarten dans Le Plateau-Mont-Royal

Photo: Eva Blue
 

Le chef Paul Toussaint s’allie à la brasserie Belle Gueule pour créer l’expérience d’un biergarten à Montréal. Depuis le 17 mai, et pour tout l’été, les Montréalais peuvent se rendre au 5579 avenue Christophe-Colomb, au nord du parc Laurier, pour déguster de bons plats et des bières rafraîchissantes. Le pub Aux Quartiers Belle Gueule offre un restaurant-pub élégant au look industriel, ainsi qu’un biergarten animé bien caché au milieu de graffitis et de verdure. Actuellement, le biergarten Belle Gueule peut accueillir plus de 200 convives, et grâce aux rénovations en cours, l’endroit pourra éventuellement asseoir au-delà de 300 personnes.

Pour Paul Toussaint, la création du menu du resto-pub Aux Quartiers Belle Gueule, et de son biergarten, est une occasion d’user de sa créativité sur carte blanche en s’inspirant des bières de la brasserie. Dans cette aventure, il sera en compagnie, encore une fois, de son acolyte Xavier Richard-Paquet qui sera le directeur de salle.

Le chef Toussaint partagera également ses responsabilités créatives avec Jan-Philippe Barbeau, le brasseur chez Belle Gueule responsable de la recherche et du développement de la brasserie. Les créations innovatrices de Jan-Philippe peuvent aller des kellerbiers allemandes et des scotches lagers aux bières peu orthodoxes contenant des ingrédients comme la vanille, la noix de coco ou la framboise. Le mariage des têtes du chef Paul et de Jan-Philippe Barbeau garantit la création d’un menu qui saura satisfaire les fervents de nourriture et de boissons audacieuses et délicieuses.

Et qu’en est-il de ce menu ? BBQ grésillant du maître Armando Vendittozzi, calzones, sandwich brisket, ceviche de poisson, quinoa et légumes grillés, quelques pizzas, et le célèbre et délicieux macaroni au fromage de Paul et son poulet jerk de renommée mondiale. Alléchant !

Le pub Aux Quartiers Belle Gueule et son biergarten sont situés au 5579 avenue Christophe-Colomb à Montréal. Du mardi au vendredi, de 16 h à minuit, et le samedi, de midi à minuit.

Un alcool d’exception pour le Québec

Photo: Samuel Pasquier

Inspiré de la culture montréalaise, Fove lance son tout premier spiritueux purement québécois : l’Acerum blanc, une eau-de-vie issue de la fermentation de sirop d’érable québécois. Derrière la naissance de Fove et du lancement de son tout premier alcool fin se trouve Corinne Cluis, docteure en biologie moléculaire forte de plus de 20 ans d’expérience en recherche, qui a su mettre à profit son bagage de connaissances approfondies en biochimie pour développer un premier produit distingué. Fidèle à son nom, Fove, du latin « réchauffer, chérir, entretenir », promet une gamme d’alcools d’exception finement distillés artisanalement, offrant des parfums frais et subtils dans chaque bouteille.

« Ce qui m’intéresse, c’est de comprendre les fondements biologiques et chimiques de l’art de distiller, et d’utiliser la recherche pour aller encore plus loin dans la création d’alcools parfumés tout naturellement. Au Québec, en plus d’avoir la fête et la convivialité ancrées dans notre culture, on est de plus en plus friands de produits locaux et raffinés, inspirés d’ici et d’ailleurs. J’ai envie d’inscrire Fove dans ce mouvement-là, d’un Québec moderne, innovant et proche de son territoire », mentionne Corinne Cluis, fondatrice de Fove.

Quant à l’Acerum en soi, du latin acer (érable) et de l’anglais rum(rhum), il se distingue par ses arômes délicats de poire croquante et d’agrumes, rehaussés de notes de fougère, de poivre blanc et de sève, pour offrir une bouche longue et onctueuse rappelant la douceur d’un caramel roux. À l’image de l’Écosse et de son scotch, de la France et de son cognac, du Mexique et de son mezcal, l’Acerum se positionne naturellement comme l’alcool de prédilection pour le Québec.

Offert en petits lots à la SAQ au coût de 46,50 $

À voir en vidéo