Tout le monde dehors!

Marie-Julie Gagnon
Journaliste et chroniqueuse voyage
Une vue aérienne du labyrinthe d'Éco-Odyssée, où les visiteurs peuvent explorer les sentiers chaussés de patins.
Photo: Parc nature Éco-Odyssée Une vue aérienne du labyrinthe d'Éco-Odyssée, où les visiteurs peuvent explorer les sentiers chaussés de patins.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Patiner dans un labyrinthe en Outaouais

On trouve des sentiers de patinage un peu partout dans la province. Ce qui distingue celui d’Éco-Odyssée, à Wakefield, qui accueille les visiteurs en hiver pour une première année ? C’est un labyrinthe ! Environ les deux tiers des canaux d’eau qu’on peut découvrir l’été en planche à pagaie, en pédalo ou en canot est déneigé et entretenu depuis le début de janvier. « Vu que le labyrinthe existe depuis 15 ans, la glace se fait naturellement », fait valoir Amélie Rocheleau, directrice des communications.

Imaginé par Michel Leclair, qui a travaillé comme agent de conservation de la faune et consultant pour le parc de la Gatineau, le parcours a été créé dans le marais grâce à de précieux alliés : les castors. Ces derniers sont d’ailleurs toujours bien actifs en hiver.

Après quelques journées pendant les Fêtes, où le redoux a posé un défi supplémentaire, l’équipe d’Éco-Odyssée a fait une pause avant de rouvrir en janvier. « Nous avons pris le temps nécessaire pour apprendre à manier la glace, souligne Mme Rocheleau. Nous avons acheté une surfaceuse — une petite Zamboni. Depuis notre réouverture, ça va bien. Ça reste une glace naturelle. Il y a de l’eau en dessous, alors il y a de petites imperfections. »

Environ 3,5 kilomètres de sentier glacé sont maintenant accessibles. « Dès qu’il fait noir, le site est illuminé. La musique projetée s’entend dans toute la vallée. »

Le site compte aussi un gîte de trois chambres, des logements avec spas et deux hébergements en formule prêt-à-camper (chauffés).

Les réservations sont fortement recommandées.

 

Plein air et histoire à Val-Jalbert

Près d’un siècle après la fermeture du moulin à pulpe qui a entraîné la création de Val-Jalbert en 1901, une aura de mystère continue d’envelopper le village du Lac-Saint-Jean. Du haut de ses 72 mètres, la chute Ouiatchouan — « rapides au bouillon blanc » en langue innue — domine le paysage. Plus haute que les chutes Niagara d’une vingtaine de mètres, elle semble narguer l’horizon en crachant son écume.

Photo: Village historique de Val-Jalbert

Pour une deuxième année, il est possible d’explorer le village sous la neige et de voir l’impressionnante Ouiatchouan figée par le froid. En plus de découvrir les maisons construites pour les travailleurs à l’époque où l’industrie des pâtes et papiers était en plein essor, les visiteurs peuvent lâcher leur fou dans des glissades aménagées au cœur du site, dont la nouvelle de la rue Labrecque, accessible aux 10 ans et plus.

Grâce au Club Plein-Air Ouiatchouan, des sentiers de raquette et des pistes de ski de fond sont entretenus tant au village que dans le secteur du camping. Des soirées « clair de lune » sont aussi au programme. Pour vivre pleinement l’atmosphère du site, on opte pour l’hébergement dans une maison d’époque ou à l’étage du Magasin général.

Jeu d’évasion au parc de la Gorge-de-Coaticook

Depuis l’année dernière, un jeu d’évasion en plein air propose de combiner énigmes et randonnée au parc de la Gorge-de-Coaticook dans les Cantons-de-l’Est. La légende du Liéri met en scène une créature magique qui s’amuse à prendre différentes formes. Des indices semés dans le sentier de la montagne permettent de résoudre des énigmes à l’aide d’un cellulaire. Cinq stations de différents niveaux de difficulté, dont une ajoutée cette année, promettent de mettre tous les sens à l’épreuve.

Photo: Sofie Lacoste

De plus en plus populaire aux quatre coins de la province, la trottinette des neiges fait partie des autres activités mises en avant par le parc, en plus de la raquette, du vélo sur neige, de l’escalade de glace et de la randonnée hivernale.

Les animaux domestiques sont admis dans les sentiers.

À surveiller

Illumi à Laval

Jusqu’au 30 janvier, la 3e édition de la féerie de lumière présentée par Cavalia propose 19 tableaux illuminés, dont 14 nouveaux. La visite est possible à pied ou en voiture.

À Montréal

La Confrérie Marquette attend les amateurs d’énigmes dans la Petite-Patrie jusqu’au 30 janvier. Le point de départ de ce parcours ludique de 60 minutes : des sons bizarres ont été entendus en pleine nuit dans le parc du Père-Marquette. D’étranges inscriptions sont ensuite apparues. Parviendrez-vous à élucider ces mystères ? Il est nécessaire de télécharger une application mobile pour participer à l’activité. Pour les 12 ans et plus.

 

À voir en vidéo