Des boisés pour découvrir Laval autrement

Nathalie Schneider Collaboration spéciale
Le bois de l’Équerre, situé dans le quartier Sainte-Rose
Photo: Réseau Canopée Le bois de l’Équerre, situé dans le quartier Sainte-Rose

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Le plein air à Laval se pratique généralement sur l’eau, tant la présence des rivières des Mille Îles et des Prairies s’impose depuis ses berges et ses mises à l’eau. Mais on y marche aussi, grâce à huit grands boisés qui constituent le poumon vert de l’île.

En quelques années, l’île de Laval s’est défaite de sa réputation de ville-dortoir pavillonnaire sans charme ni identité. Durant les années Vaillancourt, plusieurs associations environnementales se sont fortement mobilisées autour de la nécessité de protéger de grands milieux naturels forestiers, susceptibles d’attiser la convoitise des promoteurs immobiliers. Aujourd’hui, c’est chose faite : plus de 400 hectares sont accessibles au public grâce à l’engagement de la municipalité, mais aussi à l’implication de nombreux bénévoles. Mieux : la municipalité de Laval a confié à un organisme indépendant, Réseau Canopée, le soin de gérer ces espaces naturels autour de trois grands axes : la conservation, l’entretien et l’éducation.

Sur les 20 boisés de grande qualité écologique présents sur le territoire de Laval, seuls 8 sont accessibles au public et gérés par le Réseau Canopée. « Certains ont une taille exceptionnelle, comme le bois de l’Équerre qui s’étend sur plus de 200 hectares, ce qui équivaut à la superficie du parc du Mont-Royal, dit Cornelia Garpe, directrice générale du Réseau Canopée. Même les Lavallois ne les connaissent pas tous. Certains, comme le bois Papineau, renferment un écosystème exceptionnel avec des arbres tricentenaires. »

À savoir cependant : seul le sentier entretenu du bois de l’Équerre peut être emprunté par tous les types de marcheurs sur 2 km ; les autres s’adressent à des randonneurs sportifs qui ont plaisir à marcher même avec la présence sur les sentiers de racines et de flaques d’eau. Voici donc quelques pistes pour découvrir la trame verte de Laval.

Bois de l’Équerre

Un peu plus d’une dizaine de kilomètres sont accessibles en randonnée, mais seul un court sentier de moins de 2 km est labellisé Kéroul. On y dispose de tables à pique-nique et de panneaux d’interprétation. Une escapade ici peut prendre l’allure d’une observation ornithologique tant la fréquentation de nombreuses espèces aviaires y est grande. Certains secteurs peuvent être détrempés.

Accès par le chemin de l’Équerre.

Bois Papineau

Il n’est certes pas le plus grands des boisés de Laval, mais il possède des écosystèmes exceptionnels, avec des hêtres qui datent d’avant la colonisation (une rareté, surtout en milieu urbanisé !) et des érables noirs. On y marche sur près de 7 km en espérant très fort tomber sur l’une des 22 espèces de mammifères présents sur ce territoire, dont cerfs de Virginie, renards roux ou castors.

Accès par le boulevard Saint-Martin.

Bois de la Source et l’Orée des Bois

Un sentier chemine depuis ce milieu naturel et se rend jusqu’au petit boisé l’Orée des Bois, environ 7 km plus loin. Vous pourriez croiser des érables matures de plus de 80 ans, de beaux spécimens qui donnent à une randonnée le plus qui change tout. On peut y observer cinq sortes de rapaces et de nombreuses autres espèces d’oiseaux. À l’Orée des Bois, on se retrouve en plein cœur d’écosystèmes forestiers exceptionnels, avec une grande diversité florale.

Accès par l’avenue Laval.

Infos pratiques

Réseau Canopée œuvre aussi sur la création de corridors pour relier les espaces naturels et lutter contre les îlots de chaleur. Pour connaître les autres boisés de Laval et recueillir l’information sur chacun d’eux, visitez le site Web de l'organisme

 

À voir en vidéo