Aménager sa cour pour l’été sans se ruiner

Jessica Dostie Collaboration spéciale
Vous êtes un peu bricoleur? Vous pouvez utiliser du bois de palette pour fabriquer votre propre mobilier sur mesure à peu de frais.
Photo: Getty Images Vous êtes un peu bricoleur? Vous pouvez utiliser du bois de palette pour fabriquer votre propre mobilier sur mesure à peu de frais.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’arrivée du beau temps vous donne des idées de grandeur ? Avec le prix des matériaux qui explose, vous devrez peut-être revoir vos plans et remettre la construction de la terrasse de bois à l’année prochaine. Voici néanmoins cinq idées pour aménager une jolie cour sans se ruiner.

Revaloriser ce qu’on possède déjà

En véritable adepte du jardinage écologique, l’horticultrice Laurie Perron privilégie la récupération. Voilà qui peut vous faire économiser gros. Un exemple : avez-vous l’habitude de vider vos pots et de vous débarrasser de la vieille terre à la fin de chaque saison ? « On peut très bien récupérer notre terreau d’été en été, croit-elle. Il suffit de lui ajouter du compost pour lui donner un petit coup de fouet. » Besoin de pots ? Pensez aussi à donner une seconde vie à certains contenants que vous possédez déjà. Même chose pour les tuteurs : « N’importe quel bout de bois peut servir, rappelle-t-elle. L’idée, c’est d’être créatif avec ce qu’on a sous la main. » Stéphanie Guéritaud, à l’origine du blogue Déconome, loge à la même enseigne. « Il existe plein de belles façons de revaloriser ce qu’on a déjà. » Vous pouvez ainsi créer une ambiance tout autre en repeignant une vieille table en fer forgé, souligne-t-elle.

Sortir les outils

Les salons de jardin ont la cote, mais la facture peut vite grimper… sans oublier que les canapés modulaires d’extérieur à la mode sont parfois trop massifs pour les petites terrasses. Vous êtes un peu bricoleur ? Stéphanie Guéritaud propose d’utiliser du bois de palette pour fabriquer votre propre mobilier sur mesure à peu de frais. « C’est un matériau vraiment pas cher, indique-t-elle. En ce moment, on trouve facilement des tutoriels qui montrent comment fabriquer un canapé d’extérieur ou une table basse, par exemple. » La blogueuse déco recommande de choisir d’abord les coussins (pour la banquette, un coussin de chaise longue fait très bien l’affaire), puis de fabriquer le meuble en conséquence.

Miser sur les vivaces

« Pour donner une ambiance estivale à notre cour, les plantes sont incontournables », estime Stéphanie Guéritaud. Favorites des jardiniers paresseux, les vivaces repoussent d’année en année. Si vous avez de l’espace, c’est l’idéal ! Plantez des pivoines, des hémérocalles, des hostas ou des anémones, par exemple, et vous n’aurez à peu près rien à faire pour les voir refleurir l’année prochaine. Même chose pour certaines fines herbes, telles que la menthe, l’origan ou la ciboulette, installées en pleine terre (dans un pot, elles risquent de geler durant l’hiver). Si vous aimez les pétunias ou les bégonias, entre autres végétaux qui ne supportent pas notre climat, sachez toutefois que vous n’êtes pas obligé de les laisser mourir l’automne venu. Il vous suffit de garder vos pots à l’intérieur tout l’hiver, puis de les replanter au jardin au printemps suivant. Autre idée toute simple pour verdir votre petite terrasse durant l’été sans débourser une fortune : sortir vos plantes d’intérieur.

Trouver des semences… gratuites

Les bibliothèques de semences, vous connaissez ? Le concept, lancé il y a quelques années, a tout pour plaire aux néophytes comme aux jardiniers expérimentés. Certains organismes communautaires et bibliothèques municipales proposent ainsi au public une collection de semences — différentes espèces de fleurs et une variété de comestibles sont généralement offertes. Au printemps, on peut donc y « emprunter » les semences dont on a besoin. Il vous suffit ensuite de prélever les graines directement dans votre jardin à la fin de la saison, de les faire sécher et de renflouer les coffres de la bibliothèque pour l’année suivante. Si vous ne disposez pas d’une bibliothèque de semences près de chez vous, rien ne vous empêche de faire la même chose à plus petite échelle en conservant certaines graines pour vos semis de 2022, voire de les partager avec votre entourage si les récoltes sont abondantes.

Quelques « grainothèques » à Montréal : Société écocitoyenne de Montréal (Notre quartier nourricier), Santropol Roulant, bibliothèques Le Prévost, Ahuntsic, Atwater, Georges-Vanier et Saint-Charles.

Ailleurs au Québec, on en trouve notamment à Rosemère, à Salaberry-de-Valleyfield, à Drummondville, à Victoriaville, à Dolbeau-Mistassini et à Sainte-Mélanie.

Réfréner ses ardeurs au potager

Ce printemps, bien des jardiniers se sont fait prendre par la neige du 21 avril. Les experts de l’horticulture le répètent pourtant année après année : ne soyez pas trop pressés de planter à l’extérieur ! « Il faut que les températures au sol atteignent 10 ou 15 degrés », précise Laurie Perron. Dans son ouvrage Les quatre saisons de votre potager, Mélanie Grégoire conseille pour sa part d’attendre au moins la première semaine de mai dans le sud du Québec, voire quelques semaines plus tard dans les régions nordiques, avant de vous mettre les mains dans la terre. Vouloir aller plus vite que dame Nature, c’est risquer de devoir racheter les plants qui auront gelé. Voilà une économie facile à faire !