Quelques suggestions d’adresses caféinées

Sophie Ginoux Collaboration spéciale
La Brûlerie du Quai, en Gaspésie, est l'une des précurseures dans la torréfaction de cafés d’origine hors de la métropole.
Photo: Brûlerie du Quai La Brûlerie du Quai, en Gaspésie, est l'une des précurseures dans la torréfaction de cafés d’origine hors de la métropole.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Il est impossible de dresser une liste exhaustive des adresses où prendre un bon café au Québec. Un livre complet consacré aux cafés de la province, Caféine, en a d’ailleurs répertorié plus de 90 en 2018, et ce nombre s’est accru depuis. Voici néanmoins quelques endroits chaudement recommandés pour étancher sa soif de qualité et d’originalité !


 

Les institutions

La communauté italienne de Montréal compte plusieurs établissements qui perpétuent la tradition séculaire de l’expresso. Parmi eux figurent le Café Olimpico et le Café Club Social, deux grands classiques du genre. On peut aussi souligner les délicieux cafés du Campanelli et du Ferlucci, ouverts au cours de la dernière décennie.

Parallèlement, impossible de passer sous silence le Café Union, un torréfacteur fondé en 1910 et qui est demeuré une référence, ni le Toi, Moi et Café, qui offre la plus vaste sélection de café biologique et équitable de grade spécialisé au Canada.

Les cafés 3e vague

Ils sont très nombreux à avoir vu le jour depuis une quinzaine d’années ! Nous vous recommandons dans cette liste des microtorréfacteurs qui servent des cafés, comme Barista, Saint-Henri, Paquebot, Pista, Café Rico et Melk à Montréal, ainsi que Cantook et Nektar à Québec.

Mais il peut aussi s’agir de cafés spécialisés qui travaillent bien avec les produits d’un ou de plusieurs torréfacteurs, à l’image du Pikolo, du Caffè in Gamba et des Myriade à Montréal, mais aussi de Ma station et du Stockholm à Québec.

Pour les amateurs de ce type de cafés, sachez qu’il existe un site de référence qui dresse une liste assez complète et décerne même chaque année des prix aux meilleurs cafés 3e vague du Québec, Th3rdwave.

Les cafés hybrides

Place à l’originalité avec des établissements montréalais qui mêlent les genres et offrent du bon café ! Pour voir la vie en rose, rendez-vous au Pastel Rita, un atelier créatif et bar à vin fondé par un membre du groupe Radio Radio. Pour du vin nature et parmi les meilleurs grilled-cheese en ville, c’est au Lapin Pressé du quartier Petit Laurier qu’il faut se rendre. Évasion encore au Club Espresso Bar, où on peut sous un même toit faire réparer son vélo, acheter des vêtements de sport et boire du café Kittel. Enfin, si vous aimez les jolis écrins, faites un tour au Petit Dep, une épicerie fine au décor rétro craquant, qui vend des produits locaux et des cafés succulents.

Cafés de région

Les régions du Québec ne sont plus en reste en matière de bon café. Il faut évidemment citer la gaspésienne Brûlerie du Quai, une des précurseures dans la torréfaction de cafés d’origine hors de la métropole. Dans le comté de Portneuf se trouve La P’tite Brûlerie, qui travaille des grains à la tasse, tout comme Géogène à Sherbrooke, où on peut aussi rendre visite au Kaapeh en version café physique et barista mobile. À Saint-Jean-Port-Joli, Bonté divine est, semble-t-il, un microtorréfacteur à connaître, tout comme L’Abstracto, devenu une institution à Rouyn-Noranda. Enfin, évoquons l’original Moussonneur de Rimouski, dont le café salin (absolument !) est produit aux Îles-de-la-Madeleine.

À voir en vidéo