Pour étirer la saison des Perséides

Catherine Girouard Collaboration spéciale
La Route des sommets propose plusieurs sites parfaits pour admirer le ciel étoilé.
Photo: Tourisme Région de Mégantic La Route des sommets propose plusieurs sites parfaits pour admirer le ciel étoilé.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Vous n’avez pas pu admirer les Perséides les 12 et 13 août, alors que le trafic céleste était à son maximum, ou vous n’en avez pas eu assez ? Jusqu’au 24 août — et jusqu’à la fin du mois si on étire un peu —, cette pluie d’étoiles filantes est encore facilement observable. Quelques lieux pour augmenter ses chances de faire au moins un vœu.


La Route des sommets du parc Mégantic

Située dans la première Réserve internationale de ciel étoilé, cette route de près de 193 km propose plusieurs sites parfaits pour admirer le ciel étoilé. À parcourir en voiture, en randonnée, à vélo ou à moto, la Route des sommets traverse montagnes, lacs et 18 villages. Sentiers, plages, tours d’observation et plusieurs points de vue en hauteur valent le détour, identifiés par des panneaux « Rencontre au sommet ». Parmi ceux-ci, il y a notamment la halte de La Patrie, qui offre une vue sur le massif Mégantic, le sommet du mont Ham, où on peut réserver pour l’activité du Camping au sommet — possible jusqu’en octobre —, ou encore la plage du lac aux Araignées, où on peut s’emmitoufler dans une couverture sous le ciel bien sombre et étoilé.


Les parcs nationaux

Parce que loin des lumières des villes, les parcs nationaux sont naturellement de bons endroits pour profiter des Perséides. Plusieurs parcs de la SEPAQ offrent des activités d’astronomie jusqu’en septembre pour en profiter pleinement et en apprendre davantage sur les étoiles et les impacts de la pollution lumineuse. C’est le cas aux parcs Aiguebelle, Fjord-du-Saguenay, Frontenac, Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, Grands-Jardins, Jacques-Cartier, Mont-Orford, Mont-Saint-Bruno, Oka et Yamaska.

 

Et en ville ?

Pour ceux qui voudraient voir les Perséides sans sortir de la ville, les nombreux belvédères du mont Royal offrent une vue dégagée sur le ciel — et sur la ville. Le parc Maisonneuve, voisin du Jardin botanique, qui avait prolongé ses heures d’ouverture pour permettre l’observation du ciel durant les journées de plus haute activité, est aussi un lieu où le ciel moins lumineux permettra de voir quelques étoiles filantes. Et pour ceux qui auraient envie de s’installer au bord de l’eau, le parc Bellerive, qui longe le fleuve dans l’est de l’île, donnera un air de vacances à cette soirée, les yeux tournés vers les étoiles.