«Bloodroots»: désir de vengeance

Le jeu met d’abord en scène M. Wolf, notre personnage principal, qui, en pleine scène hivernale, retourne au pas de course vers son village.
Photo: Paper Cult Le jeu met d’abord en scène M. Wolf, notre personnage principal, qui, en pleine scène hivernale, retourne au pas de course vers son village.

La vengeance est un plat qui se mange froid. Et après avoir trucidé notre premier méchant à coups de carottes et de pommes de laitue dans le tout nouveau jeu d’action Bloodroots du studio indépendant montréalais Paper Cult, on comprend vite que ses développeurs ont pris le proverbe à la lettre.

Le jeu met d’abord en scène M. Wolf, notre personnage principal, qui, en pleine scène hivernale, retourne au pas de course vers son village. Les mares de sang sur la neige, de plus en plus nombreuses à mesure que l’on s’approche, ne laissent rien présager de bon. Sur place, c’est l’horreur : des corps inertes, par dizaines, jonchent le sol. Le pas fin, Black Wolf, nous attend. On comprendra qu’il est responsable du carnage. Un coup de feu et le voilà laissé pour mort. Or, M. Wolf n’est pas mort. Notre personnage décide alors de tout faire pour se venger.

Bloodroots est l’un de ces jeux d’action avec une vue du dessus dans lesquels on ramasse des objets (haches, épées, fusils… carottes) afin de tuer de façons toutes plus créatives les unes que les autres ceux qui auront le malheur de se trouver sur notre chemin. Un coup suffit souvent à venir à bout d’un sbire du méchant Black Wolf. Le défi réside dans la recherche du fameux combo : tuer le plus grand nombre de pas fins le plus rapidement possible et être ensuite coté sur sa performance.

Est-ce un jeu qui nous fera réfléchir sur nos propres désirs de vengeance ? Non, certainement pas. Ce serait toutefois vous mentir que de ne pas avouer ressentir une certaine satisfaction après avoir enchaîné une série de coups particulièrement bien exécutés. Le look très bouffon qu’a adopté Paper Cult pour son jeu aide à faire abstraction de la violence montrée à l’écran. Ne reste qu’à mesurer nos réflexes et nos capacités d’improvisation.

 

Bloodroots

Conçu et édité par Paper Cult. Offert pour PC Windows, Nintendo Switch et PlayStation 4. Une option en jeu permet de désactiver les effusions de sang.